100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Depuis 20 ans à Mayotte !

Parler d’éducation avec l’association Coup de Pouce et les Ceméa

À lire également

“C’est par l’éducation que la femme mahoraise peut s’émanciper

Cela fait à peine deux mois qu’elle a pris ses fonctions et pourtant Taslima Soulaimana, la nouvelle directrice régionale aux droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes a de grandes ambitions pour la femme mahoraise. Elle est cependant consciente que la tâche ne sera pas si facile. 

Le viol, une perversion cachée dans la société mahoraise

Le viol est un mal invisible, et à Mayotte on profite de cette invisibilité pour ne pas en parler. Dans une société où le sexe est tabou, les victimes d’agressions sexuelles sont trop souvent réduites au silence. Cependant, les langues commencent à se délier, et les victimes veulent désormais se faire entendre malgré les nombreuses barrières qu’elles doivent franchir.

Mayotte : “On veut que l’État nous prenne en charge comme tous les demandeurs d’asile qui vivent en France”

C’est un ras-le-bol qui a poussé les demandeurs d’asile africains à manifester ce lundi 20 juillet devant la mairie de Mamoudzou. Ils réclament de meilleures conditions de vie et une meilleure prise en charge de la part des associations et de l’État, mais les moyens mis à disposition à Mayotte ne sont pas suffisants. 

Pauvreté : La dichotomie mahoraise

Le chiffre est l’un des plus parlants pour décrire la situation de Mayotte. Régulièrement employé, il va désormais changer. La part de la population vivant sous le seuil de pauvreté national passe en effet de 84% à 77%. Une baisse qui ne doit pas masquer une autre réalité : les inégalités de vie se sont creusées.

Des ateliers d’échanges entre parents sont organisés chaque semaine par l’association Coup de Pouce, en partenariat avec les Céméa. Tournée vers l’accompagnement des jeunes, l’association de Kawéni profite de ces moments pour aborder l’éducation des enfants et les conflits qui peuvent subvenir au sein du cocon familial. Et depuis 2016, une quinzaine de parents est présente à chaque séance.

Tous les vendredis, c’est le même rituel. Les parents de Kawéni se retrouvent dans les locaux de l’association Coup de Pouce pour échanger sur le thème de l’éducation. “Ils parlent de leur vie quotidienne, de l’éducation, de leurs méthodes”, déroule Halima Moussa Combo, membre de la structure. Installés autour de la table, une quinzaine de pères et de mères regardent des films, tournés par les Ceméa (centres d’entraînement aux méthodes d’éducation active), représentant des scènes de vie familiale quotidienne. À chaque fin de projection, un débat est lancé, sur la manière dont le parent a réagi et sur comment eux-mêmes auraient réagi. Chacun donne son point de vue, sa manière de penser. “Ils sont inquiets pour la sécurité et l’éducation de leurs enfants et en venant ici, ils se rendent compte qu’ils ne sont pas seuls”, souligne Halima, fière de réunir depuis 2016 des parents dans ces ateliers et de voir que les choses bougent, petit à petit.

 

Des échanges qui portent leur fruit

 

Le partenariat entre l’association Coup de Pouce et les Ceméa est né il y a bientôt cinq ans. Depuis, de réels changements ont pu être observés à Kawéni. “Beaucoup de jeunes ont lâché leurs bêtises et font maintenant des formations avec l’association”, note Amini Ousseni, formateur auprès de l’association. Initialement, cette action avait été mise en place après le constat par les médiateurs de Coup de Pouce de l’existence de nombreux conflits entre les jeunes et les parents. Pour que les participants se sentent libres de partager leurs expériences, les groupes ne devaient pas dépasser les quinze participants, avaient-ils jugé. C’est encore la configuration qui fait loi ce vendredi. Comme chaque semaine, différents parents sont présents pour aborder les questions qui les taraudent : l’autorité, les relations pères-filles… Il n’y a pas de tabou entre ces murs, et certains parents utilisent les conseils de leurs pairs pour essayer de faire changer les choses sous leur toit.

 

Une association proche de la population

 

Les ateliers du vendredi ne sont qu’une petite partie des actions menées par l’association. En plus des formations proposées aux jeunes, Coup de Pouce est très proche des habitants du quartier. Ils nettoient ensemble les rues et organisent même des brocantes, pour éviter que du matériel inutilisé s’entasse chez les habitants de Kawéni alors qu’il pourrait servir à d’autres. Les membres de l’association et les Kawéniens sont donc très proches. Un lien de confiance s’est tissé entre eux et permet aussi cette libération de la parole. Cette semaine, l’atelier se termine en chanson. Samuel, animateur de l’association mais aussi chanteur, entame des notes a capella, à destination de ces pères et mères de famille. Qui repartent le cœur léger, un sourire aux lèvres après ce spectacle inopiné. Et avant de retrouver leur foyer, des idées plein la tête.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°976

Le journal des jeunes

À la Une

« À Mayotte, les enseignants enseignent en saignant ! »

Jeudi 2 novembre, les professeurs du lycée Gustave Eiffel de Kahani se sont soulevés contre les épisodes de violences incessants que connaît l'établissement. Une...

Douze années de travail pour convaincre de l’importance de la filière de brique de terre compressée

L'association ART.Terre vient d'éditer un livre intitulé « Construire en terre mahoraise ». Un ouvrage né de la nécessité de rendre compte du caractère...

Opération séduction du préfet et du directeur de l’ARS pour inciter les Mahorais à faire la 3ème dose

Le nouveau directeur de l’agence régionale de santé de Mayotte, Olivier Brahic, et le préfet, Thierry Suquet, ont visité le centre de vaccination de...

Journée mondiale de lutte contre le Sida : la sensibilisation ne suffit pas à Mayotte

Le 1er décembre marque la journée mondiale de lutte contre le Sida. Les actions de sensibilisation se multiplient sur l’île, et les différentes associations...

Les petites mains de Mayotte travaillent pour l’avenir

Ce mercredi 1er décembre, l’agence française de développement (AFD) organisait à l’hôtel Sakouli une cérémonie dans le cadre du programme Mouv’Outremer. L’occasion de récompenser...