100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Un nouvel espace numérique inauguré à Passamaïnty

À lire également

“C’est par l’éducation que la femme mahoraise peut s’émanciper

Cela fait à peine deux mois qu’elle a pris ses fonctions et pourtant Taslima Soulaimana, la nouvelle directrice régionale aux droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes a de grandes ambitions pour la femme mahoraise. Elle est cependant consciente que la tâche ne sera pas si facile. 

Le viol, une perversion cachée dans la société mahoraise

Le viol est un mal invisible, et à Mayotte on profite de cette invisibilité pour ne pas en parler. Dans une société où le sexe est tabou, les victimes d’agressions sexuelles sont trop souvent réduites au silence. Cependant, les langues commencent à se délier, et les victimes veulent désormais se faire entendre malgré les nombreuses barrières qu’elles doivent franchir.

Pauvreté : La dichotomie mahoraise

Le chiffre est l’un des plus parlants pour décrire la situation de Mayotte. Régulièrement employé, il va désormais changer. La part de la population vivant sous le seuil de pauvreté national passe en effet de 84% à 77%. Une baisse qui ne doit pas masquer une autre réalité : les inégalités de vie se sont creusées.

Mayotte : “On veut que l’État nous prenne en charge comme tous les demandeurs d’asile qui vivent en France”

C’est un ras-le-bol qui a poussé les demandeurs d’asile africains à manifester ce lundi 20 juillet devant la mairie de Mamoudzou. Ils réclament de meilleures conditions de vie et une meilleure prise en charge de la part des associations et de l’État, mais les moyens mis à disposition à Mayotte ne sont pas suffisants. 

L’accès aux douze ordinateurs à la médiathèque de Passamaïnty est d’ores et déjà effectif, même si l’inauguration n’a pu se faire que ce vendredi matin. Financé par le Gip Carif-Oref (Centre d’animation des ressources et d’information à la formation – Observatoire régional de l’emploi et de la formation), l’équipement se veut accessible à tous.

En service depuis quelques semaines, le nouvel espace numérique de la médiathèque Rama M’sa de Passamainty est le premier du genre dans le sud de la commune de Mamoudzou. Comme celle de M’Gombani, la salle comportant douze ordinateurs et permet aux plus jeunes de pouvoir naviguer sur Internet et de s’initier aux outils numériques. Pour les habitants plus âgés et notamment ceux qui n’ont pas accès à un ordinateur, l’équipement doit leur permettre de faire des démarches en ligne. « Ils pourront payer leurs factures ou faire un curriculum vitae », donne en exemple l’adjoint au maire en charge du numérique, Soiyinri Mhoudoir. Celui a signé la convention liant la ville au Gip Carif-Oref (Centre d’animation des ressources et d’information à la formation – Observatoire régional de l’emploi et de la formation), le financeur du projet. En tant qu’administrateur du Gip, le Département représenté par Hassani El Anrif est l’autre signataire du document.

Le prolongement de la cité des métiers

Ce dispositif s’inscrit dans ce qui se fait déjà à la cité des métiers, à Mamoudzou. A savoir, un accès libre qui permet de faire des démarches administratives. En outre, les utilisateurs ne seront pas tous seuls face à l’écran. Deux agentes ont la charge de cet espace situé au cœur de la médiathèque. La première assure déjà la permanence sur les heures d’ouverture de la médiathèque. Une conseillère numérique, salariée du GIP, viendra ensuite renforcer le dispositif. Elle assurera notamment des ateliers pour développer la pratique des outils numériques, notamment à des débutants.
Histoire que cet espace soit vraiment accessible à tous.

 

Le nom de Rama M’sa définitivement associé à la médiathèque

En parallèle de l’inauguration, la mairie de Mamoudzou a voulu officialiser le choix du nom de Rama M’sa pour la médiathèque du village. L’ancien instituteur de M’tsapéré, Kani-Kéli et Passamaïnty a beaucoup œuvré pour ce dernier, puisqu’il a été capitaine de l’équipe de football et président de l’association culturelle. Décédé le 1er novembre 2014, l’ancien premier adjoint de la ville de Mamoudzou avait créé le point lecture de la bibliothèque associative en 1997.  « C’est une grande figure de notre territoire », confirme la maire de Mamoudzou. Très émue, sa famille a tenu à remercier la mairie pour cet honneur. « C’est avec beaucoup d’émotion et de gratitude que je vous remercie d’avoir gravé son nom sur cette médiathèque », déclare ainsi sa fille.

Mayotte Hebdo de la semaine

Le journal des jeunes

chab6

À la Une

Intrusion au CHM : un homme de 29 ans et un mineur de 17 ans interpellés

La police de Mamoudzou a arrêté deux personnes suspectés de vol, ce jeudi 26 janvier. Ils seraient les auteurs du cambriolage du centre hospitalier...

Après un droit de retrait, ce vendredi matin, la barge reprend

Quelques chanceux ont réussi à prendre les premières barges du service des transports maritimes (STM), ce vendredi matin. Ensuite, à 7h, la rotation s'est...

La Cadéma désavoue le syndicat des Eaux de Mayotte

Au premier point abordé ce jeudi soir, en réunion de conseil, la Cadéma (communauté d’agglomération de Dembéni-Mamoudzou) avait décidé de mettre sa menace à...

Pamandzi ou Bouyouni, le choix se fera en 2023

Un nouveau dossier de présentation sur le projet de la piste longue à Mayotte vient d’être publié par la direction générale de l’aviation civile...

« Est-ce que je me vois à la télé ? » : état des lieux de l’audiovisuel mahorais

Le Conseil de la culture, de l’éducation et de l’environnement de Mayotte (CCEEM) a présenté, ce jeudi 26 janvier, son rapport intitulé « État de...