100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Depuis 20 ans à Mayotte !

Avec son nouveau siège, la Croix Rouge s’affirme comme un acteur indispensable du territoire

À lire également

“C’est par l’éducation que la femme mahoraise peut s’émanciper

Cela fait à peine deux mois qu’elle a pris ses fonctions et pourtant Taslima Soulaimana, la nouvelle directrice régionale aux droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes a de grandes ambitions pour la femme mahoraise. Elle est cependant consciente que la tâche ne sera pas si facile. 

Le viol, une perversion cachée dans la société mahoraise

Le viol est un mal invisible, et à Mayotte on profite de cette invisibilité pour ne pas en parler. Dans une société où le sexe est tabou, les victimes d’agressions sexuelles sont trop souvent réduites au silence. Cependant, les langues commencent à se délier, et les victimes veulent désormais se faire entendre malgré les nombreuses barrières qu’elles doivent franchir.

Mayotte : “On veut que l’État nous prenne en charge comme tous les demandeurs d’asile qui vivent en France”

C’est un ras-le-bol qui a poussé les demandeurs d’asile africains à manifester ce lundi 20 juillet devant la mairie de Mamoudzou. Ils réclament de meilleures conditions de vie et une meilleure prise en charge de la part des associations et de l’État, mais les moyens mis à disposition à Mayotte ne sont pas suffisants. 

Pauvreté : La dichotomie mahoraise

Le chiffre est l’un des plus parlants pour décrire la situation de Mayotte. Régulièrement employé, il va désormais changer. La part de la population vivant sous le seuil de pauvreté national passe en effet de 84% à 77%. Une baisse qui ne doit pas masquer une autre réalité : les inégalités de vie se sont creusées.

Il aura fallu prendre son mal en patience, mais la délégation territoriale de la Croix Rouge française à Mayotte bénéficie d’un siège flambant neuf à Passamaïnty. Une inauguration réalisée ce lundi 28 juin 2021 en présence du directeur général, Jean-Christophe Combe, qui a rappelé les principes et les valeurs de l’association fondée par Henry Dunant. Avec cette nouvelle maison, la Croix Rouge ouvre une nouvelle page de son histoire, sur un territoire où les missions ne manquent pas.

« On n’a pas fait les choses à moitié ! » Dans le brouhaha des mbiwis, toutes les voix sont unanimes à quelques secondes de dévoiler officiellement la plaque du nouveau siège de la Croix Rouge française à Passamaïnty, situé à proximité du lotissement Les Palétuviers. Un projet débuté il y a une décennie qui voit enfin le jour après deux ans de travaux. Dans l’euphorie du rendez-vous, des dizaines de bénévoles s’adonnent même à plusieurs déhanchés au passage du directeur général de l’association, Jean-Christophe Combe, venu spécialement sur le territoire pour l’inauguration. Reconnaissable de loin, de par sa couleur caractéristique, cette « maison » construite sur le principe de l’unité accueille désormais l’ensemble des directions des différents pôles. « Chacun dans nos responsabilités a le devoir de protéger cet emblème, ses principes et ses valeurs », rappelle l’invité du jour, sans oublier de mentionner l’acte fondateur d’Henry Dunant lors de la bataille de Solférino le 24 juin 1859. « Le grand public viendra toujours frapper à [notre] porte, il faudra continuer à l’accompagner et à l’orienter. »

« Nous faisons partie de l’écosystème »

Présente depuis une vingtaine d’années, la délégation territoriale se positionne depuis comme un acteur incontournable sur le 101ème département. Comme en témoignent son implication au cours de la crise sanitaire avec le centre de dépistage, sans lequel « 15.000 passagers n’auraient pas pu voyager depuis janvier », le dispositif de vaccination alors que le variant Delta est aux portes de Mayotte, le programme de prévention santé (accès à l’eau potable, à l’hygiène et à l’assainissement) et la distribution des bons alimentaires d’urgence. « Nous faisons partie de l’écosystème et il faut le cultiver », se réjouit celui qui est en poste depuis 2017. Mais aussi et surtout, la structure locale ne cesse de croître et comptabilise aujourd’hui plus de cent salariés et quelque 300 bénévoles. « Que nous soyons fiers collectivement du travail qui a été fait. De mémoire de Mahorais, nous n’avons jamais vu autant la Croix Rouge auprès de la population », se félicite Jean-Christophe Combe, convaincu de devoir « assurer la résilience des individus et des collectifs vers un retour à l’autonomie » et « tendre la main à celui qui en a besoin pour lui rendre sa dignité ». En clair, cela ne se résume pas seulement à « nourrir les gens » et à « leur donner accès à la santé ».

Peu importe les animosités des uns et des autres, notamment à l’égard des populations en situation irrégulière, le directeur général persiste et signe. « Nous ne regardons pas la nationalité et la situation administrative. Même si cela peut poser question, nos actions parlent d’elles-mêmes. Nous sommes pleinement implantés », indique-t-il en guise de réponse à ses détracteurs. Avant d’ajouter : « Le procès fait à la Croix Rouge est injuste, c’est méconnaître nos activités ! » Preuve en est avec le doublement des capacité du service de soins infirmiers à domicile dans le but de couvrir l’ensemble du territoire et l’accompagnement des personnes âgées et en situation de handicap. « Nous sommes sur tous les fronts et nous aidons tout le monde. C’est notre raison d’être et d’agir. » Voilà qui est dit.

« La Croix Rouge, c’est vous ! »

Pour « probablement » sa dernière apparition publique à Mayotte, le préfet Jean-François Colombet ne cache pas non plus sa joie de côtoyer « les plus hauts dignitaires de la Croix Rouge », à l’instar de Françoise Fromageau, la vice-présidente de la Fondation, ou encore Gaëlle Nerbard, la directrice nationale Outre-mer. Un contingent réuni durant quatre jours pour structurer et professionnaliser encore davantage l’association. « Cette maison aussi belle fut-elle reste du béton, du plastique et de l’acier, et les salariés et les bénévoles vont lui donner une âme. […] La Croix Rouge, c’est vous ! », conclut-il, comme pour remercier une dernière fois de vive voix l’engagement et la détermination des Mahoraises et des Mahorais qui se plient en quatre pour faire avancer leur île.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°966

Le journal des jeunes

À la Une

En plus de son plan propreté, Mamoudzou s’attaque à son trafic routier

Ce vendredi 17 septembre, le maire de Mamoudzou, Ambdilwahedou Soumaïla, a présenté son plan propreté 2020-2030 et signé un arrêté de voirie pour expérimenter...

Dans les yeux des jeunes mahorais avec “Nouveau regard sur ma ville 2021”

Vendredi dernier avait lieu le vernissage de l’exposition photographique “Nouveau regard sur ma ville 2021”. Un projet mis en place par la communauté d'agglomération...

Stéphane Bijoux, député européen : « Notre responsabilité, c’est d’accompagner nos planteurs, nos éleveurs et aussi nos pêcheurs »

Lundi 13 septembre, le député européen de La Réunion Stéphane Bijoux présentait devant le parlement de l'Union sont rapport intitulé "Vers un renforcement du...

Compagnies maritimes : la baisse des rotations pénalise les entreprises de Mayotte

Depuis l’annonce en juin d’une réduction du nombre de navires de CMA-CGM au port de Longoni, les patrons de l’île tirent la sonnette d’alarme....

Mon Pouleti : une polémique qui prend des ailes

Le nouvel abattoir Mon Pouleti a-t-il raté sa dernière campagne de publicité ? Ou au contraire, a-t-il fait un coup de maître ? Les...