test

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Mon Pouleti : une polémique qui prend des ailes

À lire également

“C’est par l’éducation que la femme mahoraise peut s’émanciper

Cela fait à peine deux mois qu’elle a pris ses fonctions et pourtant Taslima Soulaimana, la nouvelle directrice régionale aux droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes a de grandes ambitions pour la femme mahoraise. Elle est cependant consciente que la tâche ne sera pas si facile. 

Le viol, une perversion cachée dans la société mahoraise

Le viol est un mal invisible, et à Mayotte on profite de cette invisibilité pour ne pas en parler. Dans une société où le sexe est tabou, les victimes d’agressions sexuelles sont trop souvent réduites au silence. Cependant, les langues commencent à se délier, et les victimes veulent désormais se faire entendre malgré les nombreuses barrières qu’elles doivent franchir.

Pauvreté : La dichotomie mahoraise

Le chiffre est l’un des plus parlants pour décrire la situation de Mayotte. Régulièrement employé, il va désormais changer. La part de la population vivant sous le seuil de pauvreté national passe en effet de 84% à 77%. Une baisse qui ne doit pas masquer une autre réalité : les inégalités de vie se sont creusées.

Mayotte : “On veut que l’État nous prenne en charge comme tous les demandeurs d’asile qui vivent en France”

C’est un ras-le-bol qui a poussé les demandeurs d’asile africains à manifester ce lundi 20 juillet devant la mairie de Mamoudzou. Ils réclament de meilleures conditions de vie et une meilleure prise en charge de la part des associations et de l’État, mais les moyens mis à disposition à Mayotte ne sont pas suffisants. 

Le nouvel abattoir Mon Pouleti a-t-il raté sa dernière campagne de publicité ? Ou au contraire, a-t-il fait un coup de maître ? Les avis sur la question sont très partagés. Leur affiche montrant une poule habillée en salouva ne passe pas auprès de certains Mahorais qui crient au scandale alors que d’autres la prennent au second degré. De son côté, la marque réfute toutes les accusations et affirme avoir voulu faire une pub décalée.

Une poule, un salouva et la polémique est lancée. Les panneaux 4 par 3 de l’abattoir de volailles AVM Mon Pouleti visibles partout dans l’île font jaser. Depuis quelques jours, on peut voir dans la rue des affiches mettant en scène une poule habillée en salouva. La version masculine montre un coq vêtu d’un débardeur et d’un chicoyi, une tenue traditionnelle mahoraise pour les hommes. Mais étonnamment, le coq ne fait pas autant parler de lui.

mon-pouleti-polemiquemon-pouleti-polemique

Entre indignation et incompréhension, certains Mahorais estiment que cette pub est « un manque de respect » envers la femme mahoraise. Et les critiques négatives fusent sur les réseaux sociaux. « C’est déshonorant et honteux » ; « L’image me dépasse » ; « Quel message veulent-ils faire passer ? », peut-on lire sur Facebook. D’autres appellent carrément au boycott. « N’acceptons pas ce genre de pub, boycottons-les tous » ; « N’achetez pas cette marque tant que cette pub n’aura pas été retirée ! » Les critiques vont encore plus loin, puisque certains y voient une forme de discrimination raciale. « Ces racistes ont affiché tout haut ce qu’ils pensent tout bas », lance un internaute mécontent.

Mais parmi les critiques, tout n’est pas négatif. Certains en revanche ne comprennent pas la polémique. « C’est seulement une caricature, je ne vois pas pourquoi vous en faites tout un plat » ; « Nous avons tous une façon différente d’interpréter une image » ; « Moi je vois un poulet en salouva, pas une boueni en salouva » ; « Au lieu de soutenir une enseigne locale qui d’autant plus nous propose du produit frais, on appelle au boycott », s’indignent d’autre part les fervents défenseurs de la marque. Quoi qu’il en soit, elle a réussi son coup puisque toute l’île parle d’elle.

Une publicité décalée

Depuis la polémique, l’abattoir Mon Pouleti n’a pas communiqué, mais contacté par nos soins, le directeur général se dit surpris par l’ampleur des réactions. « La campagne doit se lire avec la poule et le coq. On n’est pas en train de dénigrer la femme mahoraise pour laquelle on a beaucoup de respect. Parmi nos éleveurs il y a beaucoup de femmes », défend Guillaume Rubin le directeur général de AVM Mon Pouleti. Et si certains commentaires accusent la marque d’être raciste, l’entrepreneur rappelle que son président est mahorais et que la campagne de communication « a été réfléchie par les deux communautés, mzungu et mahoraise, ça a été validé par tout le monde ».

L’entreprise n’en est pas à son premier coup. Peu de temps avant, elle avait publié une illustration d’une poule drapée dans le salouva dit Zéna Mdéré. Les réactions ont immédiatement été vives sur les réseaux sociaux et la marque a aussitôt retiré l’image. « On a compris qu’associer cette grande dame était mal vu et ce n’était pas le but de notre campagne. On s’est trompés là-dessus et on a tout de suite changé cette image pour mettre un salouva normal », reconnaît Guillaume Rubin.

L’objectif n’est donc pas de heurter les Mahorais, mais plutôt de se démarquer des autres en proposant une « publicité décalée, quelque chose d’original », assure la direction. Et malgré les critiques négatives, elle assume complètement cette campagne publicitaire et ne songe pas à la retirer. Au contraire, l’entreprise est plutôt satisfaite des retombées. « Ça fait parler et c’est ce que l’on voulait. On est désolés que ça en choque quelques-uns, mais on est plutôt contents de la manière dont ça se passe », affirme le directeur général de AVM Mon pouleti. Buzz ou bad buzz : comme on dit, il n’y a pas de mauvaise publicité !

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1094

Le journal des jeunes

À la Une

Désormais 210 cas de choléra à Mayotte

L’Agence régionale de Santé (ARS) de Mayotte a publié un nouveau bulletin relatif au choléra sur le territoire. Il fait état de 210 cas...

Incendie au collège de Dzoumogné : les épreuves du brevet seront déplacées au lycée professionnel

Après l’incendie qui a ravagé le collège de Dzoumogné, ce dimanche 23 juin, la piste criminelle est privilégiée (voir encadré). L’établissement étant fermé jusqu’à...

Le personnel du dispensaire de Kahani en droit de retrait ce lundi

Depuis ce lundi matin, le personnel du dispensaire de Kahani, dans la commune de Ouangani, est en droit de retrait. Ils sont actuellement environ...

L’usine sucrière d’Hajangoua vers des travaux en 2025

En 2022, l’ancienne usine sucrière d’Hanjagoua, dans la commune de Dembéni, a été sélectionnée par la mission Bern. La subvention pourtant obtenue depuis, les...

« Le clandestin à Mayotte ne doit avoir qu’une seule certitude, celle d’être renvoyé »

Circonscription sud. Manon Moreno (Reconquête) fait ses premiers en politique à l’occasion des élections législatives qui auront lieu les 30 juin et 7 juillet...