L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Le minimum vieillesse réévalué de 150 euros

À lire également

“C’est par l’éducation que la femme mahoraise peut s’émanciper

Cela fait à peine deux mois qu’elle a pris ses fonctions et pourtant Taslima Soulaimana, la nouvelle directrice régionale aux droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes a de grandes ambitions pour la femme mahoraise. Elle est cependant consciente que la tâche ne sera pas si facile. 

Le viol, une perversion cachée dans la société mahoraise

Le viol est un mal invisible, et à Mayotte on profite de cette invisibilité pour ne pas en parler. Dans une société où le sexe est tabou, les victimes d’agressions sexuelles sont trop souvent réduites au silence. Cependant, les langues commencent à se délier, et les victimes veulent désormais se faire entendre malgré les nombreuses barrières qu’elles doivent franchir.

Pauvreté : La dichotomie mahoraise

Le chiffre est l’un des plus parlants pour décrire la situation de Mayotte. Régulièrement employé, il va désormais changer. La part de la population vivant sous le seuil de pauvreté national passe en effet de 84% à 77%. Une baisse qui ne doit pas masquer une autre réalité : les inégalités de vie se sont creusées.

Mayotte : “On veut que l’État nous prenne en charge comme tous les demandeurs d’asile qui vivent en France”

C’est un ras-le-bol qui a poussé les demandeurs d’asile africains à manifester ce lundi 20 juillet devant la mairie de Mamoudzou. Ils réclament de meilleures conditions de vie et une meilleure prise en charge de la part des associations et de l’État, mais les moyens mis à disposition à Mayotte ne sont pas suffisants. 

Un amendement du gouvernement vient d’élever le montant de l’allocation de solidarité aux personnes âgées à 630 € à Mayotte. Si le député Mansour Kamardine et la CGT-MA considèrent cette revalorisation comme une « victoire », la CFDT refuse que ce montant soit toujours en-deçà du minimum vieillesse en métropole.

« C’est une importante victoire d’étape pour Mayotte », se réjouit le député Mansour Kamardine, qui plaidait pour une revalorisation du minimum vieillesse à Mayotte. Un amendement du gouvernement, dans le cadre du projet de réforme des retraites, vient en effet d’élever son montant à 630 euros, soit une hausse de 31 %. « Les ressources des bacocos vont réellement augmenter de 150 € en moyenne pour la très grande majorité d’entre eux, après des années de gel de l’alignement social », souligne Mansour Kamardine. D’autant que le gouvernement s’est également engagé à ce que l’Ircantec – la retraite complémentaire des agents contractuels du secteur public – soit appliquée à Mayotte avant la fin de l’année 2023.

Mais si l’élu se satisfait de cette avancée, l’allocation de solidarité aux personnes âgées (Aspa) reste, à Mayotte, encore largement en deçà de celle versée en métropole. Depuis le 1er janvier 2023, le montant national atteint en effet 961,08 € par mois pour les personnes seules et 1 492,08 € pour les couples.

Un minimum vieillesse deux fois moins important qu’en métropole

Jusqu’alors, le minimum vieillesse à Mayotte était deux fois moins important qu’en métropole. Pour Mansour Kamardine, « une large majorité des retraités mahorais vivent dans la grande pauvreté (contre 13% en outre-mer, hors Mayotte, et 1% en métropole). » La pension moyenne est de 276 € et 85% à 90% des retraités mahorais avaient jusque-là des ressources plafonnées à 480 par mois, en tenant compte de leur pension et de l’allocation de solidarité aux personnes âgées. Pour le gouvernement, cette décote s’explique par « la crainte d’un appel d’air depuis les Comores », souligne Ousseni Balahachi, le secrétaire départemental de la CFDT.

Pour lui, « on ne peut pas se contenter des miettes données par le gouvernement ». Le syndicaliste s’interroge : « comment peut-on considérer qu’il n’y ait pas le même traitement sur tout le territoire national ? C’est de la discrimination et du mépris. » Selon le syndicaliste, les élus ne se « battent d’ailleurs pas assez pour que les retraités mahorais soient traités de la même manière que sur le reste du territoire national. » La CFDT demande donc la mise en place d’un échéancier pour « sortir de cette situation d’inégalité. » Un souhait partagé par Mansour Kamardine qui veut « arriver à l’alignement de l’Aspa dans des délais acceptables. »

Les syndicats se mobiliseront le 7 mars

De son côté, Salim Nahouda, secrétaire général de la CGT-MA, voit cette revalorisation comme une bonne nouvelle, mais souhaite « que les personnes puissent toucher cette allocation dès 62 ans et pas seulement à partir de 65 ans, comme c’est le cas aujourd’hui. » Par ailleurs, cette revalorisation ne « change rien aux revendications du syndicat dans le cadre de la réforme des retraites. » La CGT-MA comme la CFDT se mobiliseront à nouveau le 7 mars, date de la prochaine journée de grève, pour protester contre le projet de loi.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1077

Le journal des jeunes

À la Une

Barrages : « Tout ce travail risque de se retourner contre nous »

Ce jeudi, plusieurs représentants des Forces vives, dont Safina Soula, ont tenu une conférence de presse à Mamoudzou pour demander à leurs confrères de...

Barrages : Des élus restés sur leur faim de leur déplacement à Paris

Le déplacement en début de semaine d’une poignée d’élus mahorais n’a pas permis d’en savoir davantage sur les engagements pris récemment par le gouvernement...

Un couvre-feu à Tsingoni après les incendies criminels

Les derniers affrontements entre des bandes de Miréréni et de Combani ont entraîné de lourds dégâts matériels dans le quartier Mogoni. La municipalité de...

Crise de l’eau : Un nouveau décret pour les aides « dans les tuyaux »

L’aide exceptionnelle de l’État à destination des entreprises les plus affectées par la crise de l’eau est prolongée jusqu’au 29 février. Elle pourrait inclure...

« Elle n’a jamais accepté que son seul fils épouse une Mahoraise »

Le matin du 3 juin 2016, à Labattoir, une dame de 60 ans a porté trois coups de machette à la tête d’une septuagénaire....