Le CRIJ de plus en plus visible auprès des jeunes

Le CRIJ de plus en plus visible auprès des jeunes

Le Centre régional d’information jeunesse (CRIJ) de Mayotte se lance à la rencontre des jeunes afin de se faire connaître et de leur présenter les différents services  à découvrir afin de construire ou d'affiner leurs projets d'avenir. Mais l'association doit d'abord se rendre plus visible.

Ce jeudi 28 mars, au centre commercial du Baobab, le centre régional d’information jeunesse (CRIJ) de Mayotte a organisé une rencontre avec les jeunes pour leur présenter les métiers de l'animation et bien d’autres. Le CRIJ de Mayotte est une structure associative de type loi 1901 qui a pour objectif d’accompagner le public dans le cadre de sa mission d'information autour de l’emploi, la formation, le sport et les loisirs. Malgré les efforts de la structure pour se faire connaître de son public cible – les jeunes –  ses membres constatent amèrement que beaucoup ignorent encore son existence, ses missions et services.

C'est pourquoi de nouvelles initiatives ont été prises, sous l'impulsion d'un audit réalisé à la demande du CRIJ Mayotte par son équivalent réunionnais il y a quelques mois, telles qu'aller au-devant des bénéficiaires eux-mêmes dans les lieux de fréquentation prisés par les jeunes mahorais. Les responsables y exposent les différents services que peut offrir le centre et prennent bonne note des questions qui peuvent surgir lors de ces rencontres.

"Vous connaissez le CRIJ ?"

Ce jeudi, dans le hall d'entrée du centre commercial Said Ali Abdallah, chargé de mobilité européenne au centre, tient un stand bardé de dépliants. Apercevant un groupe de trois filles et un garçon de 15 ou 16 ans qui paraissent vaguement intrigués, il les alpague : "Vous connaissez le CRIJ ?" Un peu intimidés, ils répondent par la négative. Pendant quelques minutes, ils écouteront avec intérêt les explications de Said Ali Abdallah. C'est tout à fait le genre de public que cible la structure : la majorité d'entre eux ne sait pas quel établissement choisir après le bac. Si l'une des filles sait déjà qu'elle veut devenir gendarme, elle ignore encore le cursus à suivre pour y parvenir. Une de ses amies qui dit vouloir "travailler dans le social", ne sait pas encore quel métier l'intéresse le plus, ni comment s'y former.

Pour  recueillir ces informations essentielles à leur avenir, les collégiens, lycéens, étudiants, professionnels, ou jeunes évoluant hors du système scolaire peuvent également se rendre directement dans les locaux du CRIJ, rue du Stade, à Cavani, Mamoudzou, ou sur le site officiel du centre. L'association y présente les différents dispositifs, notamment la mobilité internationale avec le Service Volontaire Européen (SVE) pour les jeunes de 17 à 30 ans, sur lequel elle communique beaucoup. Le dispositif permet de doter les jeunes d’une expérience professionnelle concrète, fondée sur la base du volontariat, les encourager à apprendre des langues étrangères et promeut un esprit de tolérance. Avec une expérience entièrement financée par la Commission européenne, les jeunes n'ont rien à débourser. D'où l'importance de connaître cette opportunité pour ne pas la laisser passer. Autre levier d'action : l'implication des parents dans le projet scolaire et professionnel de leurs enfants, sur lequel le CRIJ a décidé de mettre l'accent en 2019.

*En partenariat avec la Mission locale, Mlezi maoré et plusieurs communes de Mayotte, le CRIJ Mayotte est ouvert à tous les demandeurs d’emploi âgés de 17 à 30 ans. Le centre propose également un accompagnement pour écrire CV et lettres de motivation ainsi que pour  accompagner les jeunes dans leurs démarches administratives.

Abonnement Mayotte Hebdo