Expulsions : des solutions partielles ont été trouvées

Expulsions : des solutions partielles ont été trouvées

"Dimanche dernier, des habitants de KaniKéli ont pris l’initiative d’expulser des personnes installées dans le village de Choungui. Plusieurs dizaines d’habitations ont été détruites et leurs occupants ont été forcés de quitter les lieux.

Informé de cette situation, le Préfet de Mayotte Seymour Morsy, a rappelé au maire de KaniKéli ses obligations en termes d’ordre public et de relogement des personnes sans toit. Le premier magistrat et son équipe, en lien avec la Préfecture, ont immédiatement travaillé à chercher des solutions de relogement pour les familles en situation régulière. Les personnes en situation irrégulière ont quant à elles étaient conduites au Centre de rétention administrative en vue d’être reconduites à la frontière.

La nécessité de prendre en compte la détresse de ces familles et de maîtriser une situation sanitaire qui pourrait s’avérer délicate, en raison de la présence d’enfants en bas âge, ont été dès le départ des priorités pour les services de l’État. La gendarmerie a par ailleurs été mobilisée rapidement afin d’éviter l’irréparable et protéger cette population, en situation régulière sur le territoire.

Une réunion de conciliation a été organisée hier soir dans les locaux de la mairie de Kani-Kéli, par la directrice de cabinet du Préfet, Florence Ghilbert-Bezard, en présence de l’équipe municipale, du conseiller départemental du canton de Bouéni, de la gendarmerie et des représentants villageois. Suite à ces échanges, des solutions individuelles ont été trouvées afin de reloger ces personnes, en accord avec l’ensemble des participants à la réunion. Ce travail a été mené par l’association Espace Anjouan Mayotte pour l’harmonie et la concorde, afin d’héberger ces familles chez des proches.

Le Préfet de Mayotte tient à rappeler l’annonce de la ministre des Outre-mer concernant la mise en place de l’Établissement public foncier qui permettra très prochainement de mener à bien le travail de titrisation des terrains. Par ailleurs, une circulaire préparée par la DEAL, a été transmise aux maires à deux reprises en juillet 2015 puis en avril 2016, dressant l’inventaire des actions qu’il leur est possible de mener pour lutter contre l’urbanisation illégale au regard des textes réglementaires.”

Abonnement Mayotte Hebdo