L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Votez !

Crise de l’eau : « On ne va pas se mentir, on va vers du dur »

À lire également

“C’est par l’éducation que la femme mahoraise peut s’émanciper

Cela fait à peine deux mois qu’elle a pris ses fonctions et pourtant Taslima Soulaimana, la nouvelle directrice régionale aux droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes a de grandes ambitions pour la femme mahoraise. Elle est cependant consciente que la tâche ne sera pas si facile. 

Le viol, une perversion cachée dans la société mahoraise

Le viol est un mal invisible, et à Mayotte on profite de cette invisibilité pour ne pas en parler. Dans une société où le sexe est tabou, les victimes d’agressions sexuelles sont trop souvent réduites au silence. Cependant, les langues commencent à se délier, et les victimes veulent désormais se faire entendre malgré les nombreuses barrières qu’elles doivent franchir.

Pauvreté : La dichotomie mahoraise

Le chiffre est l’un des plus parlants pour décrire la situation de Mayotte. Régulièrement employé, il va désormais changer. La part de la population vivant sous le seuil de pauvreté national passe en effet de 84% à 77%. Une baisse qui ne doit pas masquer une autre réalité : les inégalités de vie se sont creusées.

Mayotte : “On veut que l’État nous prenne en charge comme tous les demandeurs d’asile qui vivent en France”

C’est un ras-le-bol qui a poussé les demandeurs d’asile africains à manifester ce lundi 20 juillet devant la mairie de Mamoudzou. Ils réclament de meilleures conditions de vie et une meilleure prise en charge de la part des associations et de l’État, mais les moyens mis à disposition à Mayotte ne sont pas suffisants. 

Dans l’hôtellerie et la restauration, la pénurie d’eau frappe déjà les établissements mahorais. Outre l’incertitude entourant la raréfaction de la ressource, celles concernant la clientèle en moins ou les investissements à réaliser deviennent de plus en plus préoccupantes. LUmih Mayotte (Union des métiers et des industries de l’hôtellerie) a donc invité adhérents et non adhérents à une assemblée générale extraordinaire, ce lundi après-midi, au lycée des Lumières, à Kawéni.

crise-de-leau-on-ne-va-pas-se-mentir-on-va-vers-du-dur
Charles-Henri Mandallaz et Marcel Rinaldy, respectivement président et trésorier de l’Umih Mayotte, ont réuni des adhérents et des non adhérents pour répondre à leurs questions sur la crise de l’eau qui frappe actuellement toute l’île.

« Je n’ai jamais été aussi inquiet. Même avec la crise du Covid-19, on savait ce qui nous attendait », admet Charles-Henri Mandallaz. Le président de lUmih Mayotte vient juste de terminer une rapide assemblée sur la question de l’eau, au lycée des Lumières, à Kawéni. Avec Marcel Rinaldy, le trésorier du syndicat, ils souhaitaient faire un point, ce lundi, sur les revendications des secteurs de l’hôtellerie et la restauration. Les non adhérents étaient également invités à écouter ce que propose le syndicat, qui n’est pour l’instant guère rassurant. « On ne va pas se mentir, on va vers du dur », reconnaît le président et gérant d’un hôtel et deux restaurants sur l’île, devant la vingtaine de personnes réunies dans une salle de classe. « Thierry Marx (N.D.L.R. le célèbre cuisinier et président de l’Umih au niveau national) a alerté la Première ministre Elisabeth Borne, le ministre du Travail Olivier Dussopt et celui des Outre-mer Philippe Vigier », poursuit-il.

De la part des participants, les questions fusent à la fois sur les dernières informations à propos de la gravité de la pénurie, mais aussi des mesures plus pratiques comme le caractère rendu obligatoire depuis la semaine dernière de mettre à disposition « du gel hydroalcoolique dans les toilettes pour garantir l’hygiène publique ». « L’arrêté est déjà appliqué, donc si ce n’est encore le cas chez vous, vous êtes dans l’illégalité », indique Marcel Rinaldy à un public étonné. Tous s’inquiètent également d’être la cible de contrôles sanitaires rigoureux alors que tout le secteur a l’impression de naviguer à vue puisque aucune feuille de route ne leur a été présentée (le syndicat doit rencontrer la préfecture de Mayotte, ce mardi).

Des équipements coûteux

Avec les coupures d’eau de 48 heures, la préfecture de Mayotte a promis des aides exceptionnelles aux secteurs particulièrement touchées par le manque d’eau. Seulement voilà, le chômage partiel n’est pas pris en charge totalement par l’État, les gérants devront aussi en payer une part. « Des collègues commencent à y penser avec la situation actuelle », reconnaît Charles-Henri Mandallaz, qui trouve ce dispositif « intolérable ». « La défaillance n’est pas de notre côté. »

Un autre point qui fait enrager les professionnels de la restauration et de l’hôtellerie, c’est le coût des équipements. Les cuves de 500 litres coûtent entre 500 et 1.000 euros, les pompes pour alimenter les établissements ne sont pas non plus données. La facture peut vite grimper. « J’ai dû sortir 20.000 euros de ma poche. J’aurais préféré l’investir dans autre chose, mais bon, c’est devenu une obligation », donne comme exemple le président de l’Umih. Et il n’est pas le seul dans ce cas-là, ceux qui n’ont pas encore de cuves y regardent à deux fois, mais l’idée de se retrouver en manque d’eau en plein service les contraint à cette nécessité. Là aussi, l’Umih espère que ces achats seront compensés par l’État, tout comme le prix des bouteilles d’eau qu’ils doivent faire payer aux clients faute de carafe d’eau potable. « Les clients sont sur la même planète. Ils comprennent », assure celui qui est à la tête du syndicat.

Pour se faire entendre, l’Umih n’exclut pas la voie judiciaire. Le vote de ce lundi à l’unanimité a entériné le rapprochement avec un avocat pour un possible recours contre l’État pour des indemnisations. La Société mahoraise des eaux (SMAE) ne serait pas épargnée. Comme les particuliers, les professionnels ne comprennent pas pourquoi ils payent pour un service qui n’est pas rendu et pourraient eux aussi décider de ne plus honorer leurs factures, menacent-ils.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte hebdo n°1084

Le journal des jeunes

À la Une

Un nouveau cas de choléra détecté à Koungou ce jeudi

La préfecture de Mayotte et l’Agence régionale de santé (ARS) confirment qu’une nouvelle personne atteinte du choléra a été identifiée, ce jeudi 11 avril....

TME : Catégorie entreprise innovante

Par les perspectives qu’elles offrent pour l’économie mahoraise et les nouvelles filières qu’elles développent, cinq structures ont retenu notre attention dans la catégorie entreprise...

Deux scénarios possibles pour le contournement routier de Combani

Le conseil départemental a décidé, ce mardi, de reprendre la main sur les prochaines étapes de la construction du contournement routier de Combani, le...

Des stades pleins pour les finales des tournois ramadan

Les finales des tournois de ramadan sponsorisés par Orange se sont tenues ce jeudi 11 avril, journée de fête de l’Aïd-el-fitr. Les dernières rencontres...

Comores : Trente-huit détenus s’évadent de la prison de Moroni

Un militaire qui figure parmi les détenus serait à l’origine de la débandade de ce jeudi matin, selon les déclarations du chef du parquet...