100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Coopération : l’économie sociale et solidaire veut s’étendre dans l’océan Indien

À lire également

“C’est par l’éducation que la femme mahoraise peut s’émanciper

Cela fait à peine deux mois qu’elle a pris ses fonctions et pourtant Taslima Soulaimana, la nouvelle directrice régionale aux droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes a de grandes ambitions pour la femme mahoraise. Elle est cependant consciente que la tâche ne sera pas si facile. 

Le viol, une perversion cachée dans la société mahoraise

Le viol est un mal invisible, et à Mayotte on profite de cette invisibilité pour ne pas en parler. Dans une société où le sexe est tabou, les victimes d’agressions sexuelles sont trop souvent réduites au silence. Cependant, les langues commencent à se délier, et les victimes veulent désormais se faire entendre malgré les nombreuses barrières qu’elles doivent franchir.

Pauvreté : La dichotomie mahoraise

Le chiffre est l’un des plus parlants pour décrire la situation de Mayotte. Régulièrement employé, il va désormais changer. La part de la population vivant sous le seuil de pauvreté national passe en effet de 84% à 77%. Une baisse qui ne doit pas masquer une autre réalité : les inégalités de vie se sont creusées.

Mayotte : “On veut que l’État nous prenne en charge comme tous les demandeurs d’asile qui vivent en France”

C’est un ras-le-bol qui a poussé les demandeurs d’asile africains à manifester ce lundi 20 juillet devant la mairie de Mamoudzou. Ils réclament de meilleures conditions de vie et une meilleure prise en charge de la part des associations et de l’État, mais les moyens mis à disposition à Mayotte ne sont pas suffisants. 

La chambre régionale de l’économie sociale et solidaire (Cress) de Mayotte accueille la première délégation ESS de l’océan Indien. L’idée : réunir des représentants de Tanzanie, des Comores, du Mozambique et du Kenya pour porter des projets à l’échelle régionale.

« Dans un contexte de relations tendues avec nos pays voisins, comme les Comores, l’ESS est un outil de diplomatie économique. » C’est ainsi que Kamal Youssouf, le directeur du Cress, présente le projet nommé BusinESS OI, porté par la chambre régionale de l’économie sociale et solidaire (Cress) de Mayotte. Ce « cluster » de l’ESS à l’échelle de l’océan Indien ambitionne de porter des projets interrégionaux. Depuis juillet 2021, la Cress – dont l’une des missions est « d’animer la coopération régionale à travers l’économie sociale et solidaire » – noue des liens avec des organisations au Kenya, au Mozambique, aux Comores et en Tanzanie. Parmi elles, l’instance de représentation des coopératives du Mozambique, l’association des gouvernements locaux tanzaniens, l’organisation des entreprises de l’ESS kenyane, l’accélérateur d’entreprises à impact kenyan ou encore l’association comorienne Maeecha, qui milite pour la protection des droits de l’enfant. Depuis lundi 21 novembre, leurs représentants sont réunis à Mayotte pour continuer à échanger et commencer à lancer des initiatives.

cooperation-economie-sociale-solidaire-etendre-ocean-indien
Pour Kamal Youssouf, directeur de la chambre régionale de l’économie sociale et solidaire de Mayotte, qui porte le projet BusinESS OI, l’ESS est aussi « un outil de diplomatie économique entre les territoires ».

Des débouchés sur les autres territoires

« L’association RTME, basée à Acoua, qui transforme le manioc en farine, a besoin de nouvelles sources d’approvisionnement. A Mayotte, ce produit coûte cher et on n’a pas de quantités suffisantes pour répondre aux besoins du marché. Grâce aux relations nouées avec les autres pays de l’océan Indien, nous allons pouvoir acheminer du manioc des Comores ou de Tanzanie », indique l’homme à la tête du Cress. Selon lui, ces deux pays manquent de débouchés sur leurs territoires et n’ont pas de structure de valorisation comme celle qui existe à Mayotte. Des partenariats qui pourraient également permettre de favoriser la mobilité décarbonnée. En Petite-Terre, la société Mobhelios, qui propose des vélos électriques en location, envisage de lancer une offre de motos électriques ainsi que des bornes de recharges pour les voitures. « Les Comores sont notamment intéressées pour dupliquer ce type de projet », poursuit le directeur. Un troisième projet concerne le Banga au chocolat à Combani. « L’idée est de créer des ponts entre nos cinq territoires pour alimenter la chocolaterie en matière première ou créer ce type de structures dans les autres pays. »

« Dix millions d’euros n’ont pas été utilisés »

En janvier prochain, un réseau d’incubateurs devrait voir le jour. L’idée est de créer une structure d’accompagnement mahoraise, connectée à une seconde à Moroni, et à d’autres entités au Kenya, au Mozambique et en Tanzanie. « Les incubateurs pourraient ainsi permettre à des porteurs de projet de créer une structure sur un autre territoire, en levant les freins techniques ou réglementaires mais également en mobilisant des financements sur les autres territoires », indique Kamal Youssouf.

Le volet financier est d’ailleurs l’une des premières motivations du projet BusinESS OI, financé par le conseil départemental et le programme Interreg V Océan Indien, qui vise à renforcer l’insertion régionale de Mayotte et de La Réunion dans l’Océan Indien, via des financements du fonds européens de développement régional (Feder). « Ces cinq dernières années, ce programme nous allouait une enveloppe de douze millions d’euros. Mais dix millions n’ont pas été utilisés. » En cause, notamment : l’absence de cadre légal commun. Le premier objectif du projet est donc de définir une base commune. D’autant que d’autres financements de l’Etat Français pourraient être mobilisés dans les quatre pays partenaires de la zone. « Ce sont des pays qui sont dans le périmètre des financements européens et du conseil départemental de Mayotte, c’est pour cela qu’ils ont été sélectionnés. Et sur ces territoires, d’autres fonds pourraient être débloqués via les ambassades françaises. »

 

Novembre, mois de l’économie sociale et solidaire

La Cress de Mayotte organise la sixième édition du mois de l’économie sociale et solidaire à Mayotte. Un événement qui « constitue une vitrine des initiatives des acteurs du territoire ». Depuis le début du mois, de nombreux événements ont permis de valoriser l’ESS sur l’ensemble du territoire. Ce vendredi 25 novembre, l’école des colibris à Dzaouzdi anime un après-midi parents-enfants. Le 26 novembre de 8h à 16h, Mayotte Nature Environnement organise une formation au nettoyage de sites à Mamoudzou. Dimanche 27 novembre, de 9h à 12h le nettoyage du quartier Montlegun est organisé à Koungou. Puis le 28 novembre 2022 de 9h à 17h, la médiathèque de Bandrélé accueillera la troisième édition de Mayotte acteur de son développement, qui vise à accompagner les entreprises mahoraises à monter en compétences. D’autres événements sont organisés. Tout le programme est sur cress-mayotte.org

 

Un secteur regroupant 2.836 emplois en 2021

Selon la loi du 31 juillet 2014, l’ESS est « un mode d’entreprendre et de développement économique, adapté à tous les secteurs d’activité ». Cette économie vise l’intérêt collectif, l’implication des citoyens, le respect de l’environnement et la proximité des territoires. A Mayotte, le secteur représentait 2.836 emplois en 2021, répartis dans 290 établissements. 14 % sont des structures privées et 83 % des associations. Au total, elles représentent 30 millions d’euros de masse salariale brute annuelle.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1029

Le journal des jeunes

chab6

À la Une

Réforme des retraites : les grévistes mobilisés à Mamoudzou

Les rangs étaient un peu plus clairsemés que lors des précédents rassemblements. Environ 150 personnes se sont réunies ce mardi matin sur le parvis...

Concours d’informatique : des élèves de M’gombani au top niveau national

Participants au concours « Castor informatique », plusieurs élèves de sixième du collège Halidi Selemani de M’gombani, à Mamoudzou, ont obtenu d’excellents résultats, les plaçant parmi...

Hervé Madiec : « la règlementation a beaucoup changé ces dernières années »

Présent à Mayotte sous les dénominations Star Mayotte et Star « Urahafu », le groupe Suez y est le principal acteur du recyclage et de la...

Idris déploie ses ailes à la Marine nationale

Âgé de 27 ans, Idris se passionne pour l’aviation depuis l’adolescence. Et il a tout fait pour vivre de sa passion alors que rien...

Catégorie entraîneur de l’année

Magdalena Alliaud – 29 ans – Rugby Despérados Rugby Club M’tsapéré / Comité Territorial de Rugby de Mayotte Magdalena Alliaud est de ces rares entraîneuses féminines...