Convention partenariat sécurité

Convention partenariat sécurité

C’est au nom du préfet que Madame Ghilbert-Bezard (sous-préfète, directrice de cabinet du préfet de Mayotte) a exprimé son entière satisfaction de voir se réaliser cette convention de partenariat à échelle départementale. Les signataires présents ont unanimement mis en avant les objectifs informatif, préventif et sécuritaire qui se concrétiseront d’ici peu, mais également l’efficacité du travail des forces de l’ordre qui en découlera. “Un projet qui nous tenait à coeur” C’est en ces termes que Monsieur Montès (directeur régional de la Poste de Mayotte) a souhaité décrire cette alliance qui vise avant tout la sécurité quotidienne des agents de la poste dans l’exercice de leurs fonctions. Même si, aux dires de l’intéressé précité, “Mayotte est encore un territoire relativement privilégié en matière de sûreté”, il n’en demeure pas moins que la volonté de la Poste est avant tout d’agir de manière dissuasive et préventive, avec l’appui des forces de l’État qui disposeront notamment de la mise à jour des plans des différents établissements postaux. Ces échanges d’informations entre les acteurs du réseau postal, du commandement de la gendarmerie nationale et de la direction de la sécurité publique existaient déjà, mais il était nécessaire, dans un souci d’efficacité, de réactualiser les données et de mettre en place un organigramme précis quant aux processus et démarches à effectuer en cas de problèmes et/ou méfaits rencontrés sur le terrain. Ces méfaits justement, qui se veulent, statistiquement parlant, rares et stables d’une année à l’autre, relèvent principalement de la dégradation des guichets automatiques, des cambriolages, des incivilités et agressions à l’encontre des agents des bureaux de poste, des vols de courrier, etc. Quelles sont les actions concrètes ? Malgré une formation annuelle des agents postaux déjà existante en interne, cette convention, aussi appelée “co-production de sécurité”, vise avant tout à fournir et réactualiser les conseils et réflexes adéquats sur le plan de la sécurité passive. Ainsi, les correspondants et référents sûreté des gendarmeries et de la police nationale se rendront directement sur sites afin de former les personnels postaux concernés. Un calendrier de formation sera établi en ce sens. Selon l’analyse du commissaire divisionnaire, Philippe Miziniak, cet enseignement permettra de faciliter l’information et le travail des forces de l’ordre.

En effet, ainsi repris par le Capitaine Franck Racine (officier de prévention, gendarmerie nationale), ces formations, visant avant tout la sécurité propre à chacun en apprenant à demeurer “spectateur attentif” quelle que soit l’infraction rencontrée, permettront notamment d’acquérir auprès de chaque personnel du réseau postal les automatismes nécessaires des suites d’un délit quant à la préservation des éléments de preuves sur son lieu de travail. Cette co-production de sécurité devrait s’élargir au profit d’autres institutions privées et/ ou publiques telles que le CHM ainsi que les commerces de proximité. La Poste qui se réjouit quant au concret à venir en matière d’actions sécuritaires, compte désormais sur Mayotte 19 établissements financiers et 4 agences postales communales. Dans les prochains mois, 3 autres points de contact supplémentaires devraient voir le jour sur les communes d’Acoua, de Ouangani et plus tardivement, de Poroani.

MLG

Abonnement Mayotte Hebdo