Publicités

Conseil : Malika Djoumoi, l’excellence mahoraise qui s’exporte en Europe

À lire également

“C’est par l’éducation que la femme mahoraise peut s’émanciper

Cela fait à peine deux mois qu’elle a pris ses fonctions et pourtant Taslima Soulaimana, la nouvelle directrice régionale aux droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes a de grandes ambitions pour la femme mahoraise. Elle est cependant consciente que la tâche ne sera pas si facile. 

Le viol, une perversion cachée dans la société mahoraise

Le viol est un mal invisible, et à Mayotte on profite de cette invisibilité pour ne pas en parler. Dans une société où le sexe est tabou, les victimes d’agressions sexuelles sont trop souvent réduites au silence. Cependant, les langues commencent à se délier, et les victimes veulent désormais se faire entendre malgré les nombreuses barrières qu’elles doivent franchir.

Mayotte : “On veut que l’État nous prenne en charge comme tous les demandeurs d’asile qui vivent en France”

C’est un ras-le-bol qui a poussé les demandeurs d’asile africains à manifester ce lundi 20 juillet devant la mairie de Mamoudzou. Ils réclament de meilleures conditions de vie et une meilleure prise en charge de la part des associations et de l’État, mais les moyens mis à disposition à Mayotte ne sont pas suffisants. 

Pauvreté : La dichotomie mahoraise

Le chiffre est l’un des plus parlants pour décrire la situation de Mayotte. Régulièrement employé, il va désormais changer. La part de la population vivant sous le seuil de pauvreté national passe en effet de 84% à 77%. Une baisse qui ne doit pas masquer une autre réalité : les inégalités de vie se sont creusées.

Mahoraise, originaire de Mamoudzou, Malika Djoumoi vise l’excellence. Elle fait partie des rares jeunes diplômés qui ont réussi à intégrer un cabinet d’audit du groupe Big Four. Un groupement des quatre cabinets d’audit et de conseil les plus influents au monde. La jeune femme est actuellement en poste au Luxembourg où elle compte se perfectionner avant de rentrer dans son île natale, Mayotte.

À seulement 23 ans, Malika Djoumoi a déjà atteint ses objectifs et est même allée au-delà. Elle a intégré l’Institut d’administration des entreprises (IAE) de Poitiers et en est ressortie diplômée d’un Master 2 comptabilité contrôle d’audit. Dès la fin de ses études, elle tombe sur une opportunité qu’elle ne peut laisser passer. « J’ai vu qu’un cabinet du groupe Big Four recrutait un comptable au Luxembourg. J’avais l’intention de travailler en région parisienne, mais j’ai immédiatement postulé lorsque j’ai vu l’annonce », se souvient la jeune femme, âgée de 22 ans à ce moment-là. Considérée comme junior, elle réussit tout de même à obtenir le poste. Les cabinets d’audit Big Four sont réputés pour être les meilleurs au monde, Malika Djoumoi a donc parfaitement conscience de la chance qu’elle a.

Cette expérience rend son curriculum vitae plus qualitatif et lui permet de s’exporter au-delà des frontières françaises. « Le Luxembourg est arrivé par hasard et je m’y sens très bien. L’audit au Luxembourg est quelque chose de très réputé et il y a plein d’opportunités. C’est bien aussi parce que je ne suis pas dépaysée. Les gens parlent français, allemand et luxembourgeois donc je ne me sens pas à l’étranger, mais je sais que je ne suis pas en France », souligne-t-elle. L’aventure européenne plaît d’autant plus à Malika Djoumoi qu’elle s’accompagne d’une très bonne rémunération ! « Pour quelqu’un qui sort du public et non du privé comme moi, c’est plus intéressant de commencer dans un grand cabinet au Luxembourg plutôt que dans un grand cabinet en métropole. Je suis au même niveau que ceux qui font HEC ou d’autres grandes écoles », assure-t-elle. La comptable a commencé à travailler en octobre 2020, et elle a l’intention d’y rester quelque temps pour se forger et gagner en expérience.

 

Rigueur et détermination, les clés du succès

 

Malika Djoumoi a obtenu son baccalauréat économique et social à seulement 16 ans. Comme la grande majorité des bacheliers mahorais, elle quitte Mayotte pour poursuivre ses études en métropole. « C’était un peu compliqué, parce que j’étais très jeune et la métropole était un vrai changement pour moi. J’ai donc choisi d’aller à Saint-Nazaire parce que j’avais de la famille là-bas et ça me rassurait », indique-t-elle. Elle s’entoure également d’étudiants mahorais pour se sentir moins seule. Un entourage qui a joué un rôle déterminant dans sa réussite, insiste-t-elle. Mais si la jeune femme a réussi à gravir les échelons, c’est surtout parce qu’elle a fait du travail son meilleur allié. « Les études de comptabilité ne sont pas difficiles, mais cela demande beaucoup de rigueur. Il faut se donner un cadre et faire le travail demandé. » Elle était également motivée à mettre en application le plan de carrière qu’elle avait élaboré dès le début de ses études. « Je savais où je voulais aller, et le fait d’avoir un objectif très clair m’a aidée à me motiver », assure Malika Djoumoi.

À l’obtention de son diplôme, elle se dit heureuse de ne pas s’être éloignée de sa famille « pour rien », mais elle est aussi contente de pouvoir tordre le cou aux préjugés qui l’ont suivie durant ses études supérieures. « Quand on vient de l’Outre-mer, parfois on subit du mépris de la part des professeurs et des élèves. Il est donc important d’avoir confiance en soi, en ce que l’on a appris, et continuer à travailler », déclare la comptable. Elle parle en connaissance de cause puisqu’elle affirme avoir subi cette arrogance. « Durant mes premières années à Saint-Nazaire, je n’étais pas major de ma promo, mais j’avais eu les meilleures notes dans quelques matières et une professeure m’a dit que connaissant le niveau de Mayotte, elle ne s’attendait pas à ça. C’est une remarque qui m’avait surprise, car j’avais un très bon dossier. Il ne faut pas oublier qu’il y a des éléments très bons chez nous aussi. »

Un manque de considération qu’elle remarque également auprès de ses camarades, mais qu’importe ! Elle ne perdra jamais de vue ses objectifs. Aujourd’hui, la carrière de Malika Djoumoi n’en est qu’à ses débuts, mais elle dépasse déjà tout ce qu’elle avait espéré. Si pour l’instant, elle se plaît au Luxembourg, elle envisage de rentrer chez elle à Mayotte. Un jour. Car si elle veut se mettre « au service de son île et faire quelque chose de bien », l’heure est encore aux rêves de sommets et d’aventures.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°963

Le journal des jeunes

À la Une

Un avenir incertain pour les taxis de Mayotte

La chambre des métiers et de l’artisanat a tenu un séminaire porté sur l’avenir des taxis à Mayotte ce mercredi. L’occasion de parler des...

À Mayotte, le retour des soirées signe celui du sexisme ordinaire

On dit souvent de Mayotte qu’elle est une société matriarcale. Pourtant, tout comme en métropole, si ce n’est plus, le sexisme est ici aussi...

Balades artistiques et patrimoniales à Mamoudzou

Le projet “Nouveau regard sur ma ville 2021” mis en œuvre par la communauté d'agglomération de Dembéni-Mamoudzou (Cadema) a pour objectif de faire découvrir...

Ces mahorais qui quittent l’île aux parfums pour se construire une carrière

Asma* vit à Paris. Originaire de Mamoudzou, la Mahoraise de 28 ans affirme aujourd’hui ne pas regretter un instant avoir quitté le 101ème département...

Au conseil départemental, “l’opposition constructive” ne lâchera rien

Toujours privés d’hémicycle, les nouveaux élus du conseil départemental étaient réunis ce lundi 19 juillet dans l’Hôtel de ville de Mamoudzou pour une assemblée...