asd

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Comores : Les employés de l’Université des Comores en grève dès ce jeudi

À lire également

“C’est par l’éducation que la femme mahoraise peut s’émanciper

Cela fait à peine deux mois qu’elle a pris ses fonctions et pourtant Taslima Soulaimana, la nouvelle directrice régionale aux droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes a de grandes ambitions pour la femme mahoraise. Elle est cependant consciente que la tâche ne sera pas si facile. 

Le viol, une perversion cachée dans la société mahoraise

Le viol est un mal invisible, et à Mayotte on profite de cette invisibilité pour ne pas en parler. Dans une société où le sexe est tabou, les victimes d’agressions sexuelles sont trop souvent réduites au silence. Cependant, les langues commencent à se délier, et les victimes veulent désormais se faire entendre malgré les nombreuses barrières qu’elles doivent franchir.

Pauvreté : La dichotomie mahoraise

Le chiffre est l’un des plus parlants pour décrire la situation de Mayotte. Régulièrement employé, il va désormais changer. La part de la population vivant sous le seuil de pauvreté national passe en effet de 84% à 77%. Une baisse qui ne doit pas masquer une autre réalité : les inégalités de vie se sont creusées.

Mayotte : “On veut que l’État nous prenne en charge comme tous les demandeurs d’asile qui vivent en France”

C’est un ras-le-bol qui a poussé les demandeurs d’asile africains à manifester ce lundi 20 juillet devant la mairie de Mamoudzou. Ils réclament de meilleures conditions de vie et une meilleure prise en charge de la part des associations et de l’État, mais les moyens mis à disposition à Mayotte ne sont pas suffisants. 

Ce mouvement qui est initié par les enseignants et le personnel administratif vise à obtenir la régularisation des salaires des mois de mai et de juin. Les grévistes veulent aussi que les autorités leur garantissent un paiement régulier jusqu’en septembre.

C’est à travers un courrier envoyé, ce mercredi, au gouvernement comorien que les enseignants et le personnel de l’Université des Comores ont annoncé entrer en grève illimitée dès ce jeudi 27 juin. L’information nous a été confirmée par le secrétaire général du syndicat des enseignants de l’Université des Comores (Sneuc), Abdou Saïd Mouignidaho. « Monsieur le ministre, suite au préavis de grève déposé par les deux syndicats de l’UDC le 21 juin 2024, par ce courrier, nous vous informons de la volonté commune de cesser le travail dans le cadre d’un mot d’ordre de grève. Ce mouvement de grève débutera le 27 juin 2024 pour une durée illimitée. Ce mot d’ordre de grève concerne les personnels enseignants et les personnels administratifs », lit-on dans le courrier auquel nous avons eu accès. Cette nouvelle crise bloque la délibération des examens de fin d’année. De nombreux départements n’ont toujours pas publié les résultats de ce deuxième semestre. A noter que les étudiants qui ne parviennent pas à valider l’année sont obligés de passer en deuxième session. Mais puisque le personnel fermera les bureaux, et que les enseignants vont rester chez eux, tout va être bloqué.

La décision d’observer une grève pour une durée indéterminée a été prise ce mercredi, à l’issue d’une réunion à laquelle les deux groupes syndicaux ont assisté : le syndicat des enseignants ainsi que le syndicat du personnel Iatos, qui regroupe tous les employés travaillant dans l’administration. Le motif derrière cette crise est un problème de règlement de salaires.

Le flou sur les cinq prochains mois

Jusqu’à présent, les enseignants et le personnel comptent deux mois d’impayés : mai et juin. Mais le plus inquiétant est qu’il n’y a aucune garantie que d’ici septembre la situation va s’arranger. En effet, parmi les raisons qui ont obligé les grévistes à lancer un préavis est que récemment, le président provisoire de l’Université, Ibouroi Ali Tabibou, a déclaré son incapacité de payer les cinq prochains mois. « Si avril a été versé, c’est parce qu’ils ont contracté un prêt auprès d’une banque. Du coup, pour éviter une accumulation d’arriérés, nous avons interpellé le gouvernement afin de nous trouver une solution », a indiqué, le secrétaire général du Sneuc, qui a fait savoir que jusqu’à maintenant les autorités trainent les pieds. Ce silence est à l’origine de cette grève. Dans leur courrier de préavis en date du 21 juin, les deux syndicats avaient dévoilé la démarche entamée avant de brandir la menace de la grève. « Le syndicat national des enseignants de l’Université des Comores et le Syndicat national du personnel dministratif de l’Université des Comores avons entamé des négociations avec nos autorités compétentes afin de trouver une solution à cette situation préoccupante. Malgré notre collaboration avec nos autorités compétentes, aucune garantie effective de prise en charge de nos salaires n’est approuvée jusqu’à présent par le gouvernement », avaient écrit les secrétaires généreux des organisations syndicales. En plus de revendications salariales, les grévistes exigent la mise en place des organes décisionnels de l’Université à l’instar du conseil d’administration et le conseil scientifique. Depuis la démission du président Saïd Bourhane en 2018, le président Azali Assoumani s’est immiscé dans les affaires de l’Université et nomme les administrateurs jusqu’à nos jours.

Au mois de décembre dernier, une nouvelle loi sur l’enseignement supérieur, censée rétablir l’ordre institutionnel a été promulguée. Mais jusqu’à maintenant, elle n’est pas entrée en vigueur.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1097

Le journal des jeunes

À la Une

Un bilan Mayotte Place nette « positif » selon le préfet

Ce mardi 16 juillet, le préfet a tenu une conférence de sécurité, en présence des élus mahorais, pour leur faire le compte-rendu de l’opération...

Dans l’attente de leurs papiers, des jeunes apprennent à créer un jeu vidéo

L’association Web Cup a animé la semaine dernière une formation de création de jeu vidéo au sein du Centre régional information jeunesse de Mayotte...

A Mlezi Maoré : « On a pu amortir les perturbations »

L’année 2023 a été compliquée chez Mlezi Maoré. Faute de financements, l’association qui œuvre dans le social et la santé a dû procéder à...

« Un contrôle interne insuffisant » de l’association Mlezi Maoré

La Chambre régionale des comptes a rendu public vendredi 12 juillet son rapport d’observations sur l’association Mlezi Maoré. Il souligne notamment un « contrôle interne...

Salime M’déré « a tout perdu »

Suite à l’arrêté du préfet de Mayotte du 25 juin dernier, portant démission d’office Salime M’déré a perdu son poste de premier vice-président du...