asd

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Comores : les États-Unis critiquent la dégradation des droits humains dans l’archipel

À lire également

“C’est par l’éducation que la femme mahoraise peut s’émanciper

Cela fait à peine deux mois qu’elle a pris ses fonctions et pourtant Taslima Soulaimana, la nouvelle directrice régionale aux droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes a de grandes ambitions pour la femme mahoraise. Elle est cependant consciente que la tâche ne sera pas si facile. 

Le viol, une perversion cachée dans la société mahoraise

Le viol est un mal invisible, et à Mayotte on profite de cette invisibilité pour ne pas en parler. Dans une société où le sexe est tabou, les victimes d’agressions sexuelles sont trop souvent réduites au silence. Cependant, les langues commencent à se délier, et les victimes veulent désormais se faire entendre malgré les nombreuses barrières qu’elles doivent franchir.

Pauvreté : La dichotomie mahoraise

Le chiffre est l’un des plus parlants pour décrire la situation de Mayotte. Régulièrement employé, il va désormais changer. La part de la population vivant sous le seuil de pauvreté national passe en effet de 84% à 77%. Une baisse qui ne doit pas masquer une autre réalité : les inégalités de vie se sont creusées.

Mayotte : “On veut que l’État nous prenne en charge comme tous les demandeurs d’asile qui vivent en France”

C’est un ras-le-bol qui a poussé les demandeurs d’asile africains à manifester ce lundi 20 juillet devant la mairie de Mamoudzou. Ils réclament de meilleures conditions de vie et une meilleure prise en charge de la part des associations et de l’État, mais les moyens mis à disposition à Mayotte ne sont pas suffisants. 

Dans son rapport de l’année 2021, publié récemment, le département d’État américain, l’équivalent de ministère des Affaires étrangères, a relevé des actes de tortures et de traitements inhumains ainsi qu’une impunité pour la violation des droits humains, surtout au sein des forces de sécurité. Les menaces visant les journalistes ont été citées également.

Voilà une information qui ne va pas plaire au gouvernement du colonel Azali Assoumani, qui dirige l’Union des Comores d’une main de fer depuis maintenant six ans. Le département américain a rendu son rapport annuel de 2021 sur les droits humains. Le document n’est pas tendre envers les autorités de Moroni. Le rapport passe de fait en revue de nombreux aspects des droits fondamentaux qui connaissent un rétrécissement, notamment la liberté d’expression ou encore le respect de l’intégrité physique de la personne. Les données issues de ces enquêtes donnent une idée sur l’image du pays. Elles servent même de référence aux institutions internationales, à l’instar de l’Organisation des Nations Unies. Le département d’État qui fait office de ministère des Affaires étrangères dans les autres pays, a d’abord évalué les Comores sur les privations arbitraires de la liberté et les meurtres à motivation politique. L’affaire la plus connue et qui entache jusqu’à présent la réputation du gouvernement actuel est celle du major Hakim Saïd Bapale. Cet ancien militaire à la retraite est décédé dans des circonstances troubles, en plein interrogatoire, le 7 avril 2021, dans un camp militaire à Anjouan. Sa famille a toujours affirmé que sa dépouille présentait des signes de violences physiques graves après sa garde à vue. Cela expliquerait selon certains son enterrement dans la précipitation, probablement par ses frères d’armes.

Tortures

Adda, son village natal, s’était révolté et est parvenu à l’exhumer avant de l’inhumer selon les règles religieuses. Bapale avait été accusé de tentative de déstabilisation d’où son interpellation. Acculé, le gouvernement soupçonné d’avoir autorisé l’usage de la torture pour obtenir des informations, avait quelques heures après l’éclatement de l’affaire annoncé l’ouverture d’une enquête. Mais, depuis silence radio. Rien n’a été fait. On pense que le dossier est classé alors que tout le monde s’attendait à des sanctions comme l’avait promis, le délégué chargé de la Défense, Youssoufa Mohamed Ali. « L’impunité est un phénomène est un problème au sein des forces de sécurité tant dans la police que dans l’armée. La corruption et la réticence de la population à porter plainte y ont contribué », pointe le département d’État. Sur les arrestations arbitraires, le tableau est loin d’être encourageant. Le rapport note plusieurs interpellations de personnalités dont le seul tort est d’avoir organisé des manifestations politiques, exprimé leurs opinions politiques ou critiqué le gouvernement d’Azali Assoumani. Le régime est accusé de recourir à des méthodes autoritaires envers ses opposants, dont certains sont toujours emprisonnés. Bien qu’ils soient désormais jugés et condamnés, l’ancien président Ahmed Abdallah Mohamed Sambi et l’ex-gouverneur de l’île d’Anjouan, Abdou Salami, n’ont pas perdu leurs étiquettes de détenus politiques. Pour rappel, ils ont passé presque quatre ans en détention avant leur jugement.

Autocensure, arrestation de journalistes…

Sur le volet des libertés d’expression, la diplomatie américaine, a déploré les dérives du pouvoir de Moroni. « Les individus ne peuvent critiquer le gouvernement ou soulever des questions d’intérêt publics sans contrainte. Il y a aussi l’autocensure dans certains médias, et l’arrestation des journalistes, comme ce fut le cas en 2021 avec les deux journalistes français refoulés alors qu’ils étaient venus couvrir une manifestation », énumère le document dont les informations sont le fruit d’une série d’entretiens que mène l’ambassade du pays concerné. La chancellerie récolte ses données auprès des ONG locales et les médias pour ne pas citer que ces acteurs. Le rapport traite par ailleurs les questions des libertés religieuses, la traite d’êtres humains, les conditions de détention des prisonniers, dont certains ont été écroués parce qu’ils ont tenu des manifestations. « Les militants politiques sont souvent arrêtés temporairement. En 2021, trois manifestants dont Abdou Hassane [gracié depuis], Sabkia et Youssouf Said ont écopé de peines d’emprisonnement parce qu’ils ont planifié un rassemblement. Les leaders de Mabedja, une association citoyenne arrivée de France pour manifester contre la vie chère et réclamer plus de démocratie, n’ont été libérés qu’après avoir accepté de ne pas faire de déclarations dans les médias ou sur les réseaux sociaux », dénonce Washington, qui a rappelé que le gouvernement comorien exerçait de temps à autre des pressions bilatérales à des fins politiques.

Corruption

En 2019, un opposant répondant au nom d’Inssa Mohamed, alias Bobocha, accusé de vouloir assassiner le chef de l’État, Azali Assoumani, a été livré aux autorités de Moroni par Madagascar, alors qu’il bénéficiait d’un statut de réfugié accordé par le haut-commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (Hcr). Les récents scrutins présidentiels et gubernatoriaux de 2019, remportés haut la main par l’ex-putschiste avec 59% des voix, y sont aussi épinglés. « Ces élections n’ont pas été libres et équitables et les observateurs internationaux et nationaux ont constaté que l’élection était marquée par d’importantes irrégularités. Pour les législatives de 2020, boycottées par l’opposition mais jugées équitables généralement, les opposants n’avaient pas été autorisés à se réunir pendant la période de campagne », a pointé le département d’État américain, qui a critiqué la dissolution de la commission anti-corruption, décidée par l’actuel chef de l’État. Résultat : le personnel diplomatique résident, les Nations Unies et les agences humanitaires ont rapporté que la petite corruption faisait florès au sein de l’archipel et ce à tous les niveaux. Malgré ces critiques, aucun officiel n’a réagi depuis la sortie de ce rapport. Est-ce parce que le président Azali Assoumani prévoit de se rendre dans les prochains jours aux États-Unis ?

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1097

Le journal des jeunes

À la Une

Dans l’attente de leurs papiers, des jeunes apprennent à créer un jeu vidéo

L’association Web Cup a animé la semaine dernière une formation de création de jeu vidéo au sein du Centre régional information jeunesse de Mayotte...

A Mlezi Maoré : « On a pu amortir les perturbations »

L’année 2023 a été compliquée chez Mlezi Maoré. Faute de financements, l’association qui œuvre dans le social et la santé a dû procéder à...

« Un contrôle interne insuffisant » de l’association Mlezi Maoré

La Chambre régionale des comptes a rendu public vendredi 12 juillet son rapport d’observations sur l’association Mlezi Maoré. Il souligne notamment un « contrôle interne...

Salime M’déré « a tout perdu »

Suite à l’arrêté du préfet de Mayotte du 25 juin dernier, portant démission d’office Salime M’déré a perdu son poste de premier vice-président du...

Fin de la grève à La Poste après trois semaines de mobilisation

Depuis le 26 juin, des salariés de La Poste s’étaient mis en grève. Ils demandaient une prime contre la vie chère et les paiements...