L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Votez !

« C’est important qu’il y ait des adultes pour que les choses se passent bien »

À lire également

“C’est par l’éducation que la femme mahoraise peut s’émanciper

Cela fait à peine deux mois qu’elle a pris ses fonctions et pourtant Taslima Soulaimana, la nouvelle directrice régionale aux droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes a de grandes ambitions pour la femme mahoraise. Elle est cependant consciente que la tâche ne sera pas si facile. 

Le viol, une perversion cachée dans la société mahoraise

Le viol est un mal invisible, et à Mayotte on profite de cette invisibilité pour ne pas en parler. Dans une société où le sexe est tabou, les victimes d’agressions sexuelles sont trop souvent réduites au silence. Cependant, les langues commencent à se délier, et les victimes veulent désormais se faire entendre malgré les nombreuses barrières qu’elles doivent franchir.

Pauvreté : La dichotomie mahoraise

Le chiffre est l’un des plus parlants pour décrire la situation de Mayotte. Régulièrement employé, il va désormais changer. La part de la population vivant sous le seuil de pauvreté national passe en effet de 84% à 77%. Une baisse qui ne doit pas masquer une autre réalité : les inégalités de vie se sont creusées.

Mayotte : “On veut que l’État nous prenne en charge comme tous les demandeurs d’asile qui vivent en France”

C’est un ras-le-bol qui a poussé les demandeurs d’asile africains à manifester ce lundi 20 juillet devant la mairie de Mamoudzou. Ils réclament de meilleures conditions de vie et une meilleure prise en charge de la part des associations et de l’État, mais les moyens mis à disposition à Mayotte ne sont pas suffisants. 

Déployés dans beaucoup de quartiers de Mamoudzou, les parents-relais permettent chaque jour aux enfants de se rendre en sécurité à l’école ou dans les établissements secondaires. Ce vendredi 26 mai, ces bénévoles ont pu rencontrer le préfet de Mayotte, Thierry Suquet, à Kawéni.

Ils jalonnent les routes de Mamoudzou, tous les matins, affublés de leurs gilets jaunes fluorescents. Les parents-relais, un dispositif de surveillance des élèves, ont investi peu à peu à la ville de Mamoudzou. Il y en aurait 500 aujourd’hui, dont 200 rien qu’à Kawéni. « Un succès », selon Chaharoumani Chamassi, le directeur de la police municipale, qui a pu en vanter les mérites au préfet de Mayotte. En effet, ce vendredi matin, Thierry Suquet a rencontré certains de ces bénévoles qui se lèvent tôt le matin pour accompagner les milliers d’élèves qui se rendent dans les écoles et les établissements secondaires de la ville. « C’est important qu’il y ait des parents qui accompagnent des enfants à l’école, parce que c’est important qu’il y ait des adultes pour que les choses se passent bien et tranquillement », leur a dit le préfet de Mayotte. « Ce genre de démarche peut servir d’exemple sur ce qu’on peut faire à Mayotte. »

Parfois sans emploi ou avant de se rendre au travail, les parents-relais donnent de leur temps aux enfants. Ils le font de différentes manières. Certains coordonnent, d’autres régulent la circulation aux passages-piétons, quelques-uns accompagnent des groupes d’élèves jusqu’à la porte de leur établissement. « Il y en a qui sont là le matin et plusieurs dans l’après-midi. Ils restent des heures sous la chaleur », a rappelé Hamid Soumeth, de l’association de Kawéni, Amis des îles. C’est là le fonctionnement particulier de ce dispositif. Ce sont les associations locales qui recrutent et fournissent des bénévoles. Interrogé sur un possible relâchement au fur et à mesure de la part des volontaires, Chaharoumani Chamassi a réfuté : « On a le même nombre de parents depuis le début, ils sont fidèles au poste. Ils le font d’abord pour leurs enfants ».

Plus de moyens demandés

Elles ont beau faire ça de manière désintéressée, les associations ont profité de la rencontre pour faire plusieurs demandes. « Je vais commencer par rassurer tout le monde. La municipalité va bien octroyer 10.000 euros par association participante », a indiqué le directeur de la police. Les coordinateurs espèrent ainsi pouvoir fournir en bouteilles d’eau ou casquettes les parents. Ils demandent aussi à être équipés de sifflets ou de talkies-walkies. Alors que certains remplissent leurs missions du mieux qu’ils le peuvent, les associations aimeraient un peu de formation pour leur venir en aide. Tandis qu’à Kawéni, le système est déjà bien rodé, elles voudraient que les entreprises locales leur donnent un coup de pouce, arguant que leur présence dissuade les vols et les actes de vandalisme.

Le directeur de la police ne les a pas découragées à faire transmettre leurs doléances. Au contraire, celui qui à l’initiative du dispositif est plutôt satisfait du résultat sur le terrain. Il espère d’ailleurs étendre le dispositif à Cavani et surtout autour du lycée Younoussa-Bamana, source de problèmes d’insécurité dernièrement.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte hebdo n°1084

Le journal des jeunes

À la Une

Un nouveau cas de choléra détecté à Koungou ce jeudi

La préfecture de Mayotte et l’Agence régionale de santé (ARS) confirment qu’une nouvelle personne atteinte du choléra a été identifiée, ce jeudi 11 avril....

TME : Catégorie entreprise innovante

Par les perspectives qu’elles offrent pour l’économie mahoraise et les nouvelles filières qu’elles développent, cinq structures ont retenu notre attention dans la catégorie entreprise...

Deux scénarios possibles pour le contournement routier de Combani

Le conseil départemental a décidé, ce mardi, de reprendre la main sur les prochaines étapes de la construction du contournement routier de Combani, le...

Des stades pleins pour les finales des tournois ramadan

Les finales des tournois de ramadan sponsorisés par Orange se sont tenues ce jeudi 11 avril, journée de fête de l’Aïd-el-fitr. Les dernières rencontres...

Comores : Trente-huit détenus s’évadent de la prison de Moroni

Un militaire qui figure parmi les détenus serait à l’origine de la débandade de ce jeudi matin, selon les déclarations du chef du parquet...