100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Barge gratuite à Mayotte pour dénoncer le non-respect des gestes barrières par le STM

À lire également

“C’est par l’éducation que la femme mahoraise peut s’émanciper

Cela fait à peine deux mois qu’elle a pris ses fonctions et pourtant Taslima Soulaimana, la nouvelle directrice régionale aux droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes a de grandes ambitions pour la femme mahoraise. Elle est cependant consciente que la tâche ne sera pas si facile. 

Le viol, une perversion cachée dans la société mahoraise

Le viol est un mal invisible, et à Mayotte on profite de cette invisibilité pour ne pas en parler. Dans une société où le sexe est tabou, les victimes d’agressions sexuelles sont trop souvent réduites au silence. Cependant, les langues commencent à se délier, et les victimes veulent désormais se faire entendre malgré les nombreuses barrières qu’elles doivent franchir.

Pauvreté : La dichotomie mahoraise

Le chiffre est l’un des plus parlants pour décrire la situation de Mayotte. Régulièrement employé, il va désormais changer. La part de la population vivant sous le seuil de pauvreté national passe en effet de 84% à 77%. Une baisse qui ne doit pas masquer une autre réalité : les inégalités de vie se sont creusées.

Mayotte : “On veut que l’État nous prenne en charge comme tous les demandeurs d’asile qui vivent en France”

C’est un ras-le-bol qui a poussé les demandeurs d’asile africains à manifester ce lundi 20 juillet devant la mairie de Mamoudzou. Ils réclament de meilleures conditions de vie et une meilleure prise en charge de la part des associations et de l’État, mais les moyens mis à disposition à Mayotte ne sont pas suffisants. 

Le Collectif des citoyens de Mayotte 2018 a entamé une opération coup de poing ce jeudi 25 février devant les gares maritimes de Mamoudzou et quai Ballou en Petite-Terre. Il pointe du doigt l’organisation du Service des transports maritimes (STM). Les membres du collectif ont incité les usagers piétons à ne pas acheter leurs tickets de barge, en espérant faire réagir le Département.

C’est une bonne surprise qui attendait les usagers piétons de la barge ce jeudi. Ils étaient autorisés à passer sans payer de ticket. Un cadeau du Service des transports maritimes (STM) ? Pas vraiment. Derrière ce laissez-passer, il faut en réalité voir la main des membres du Collectif des citoyens de Mayotte 2018 qui s’inquiètent du non-respect des gestes barrières. « Ils ont baissé la fréquence des barges, les gens se regroupent en faisant la queue pour acheter les tickets ou en attendant la barge et c’est de cette manière qu’on se contamine », dénonce Safina Soula, présidente du Collectif.

Le nouveau système de portique semble également être arrivé au mauvais moment. Son fonctionnement n’est pas idéal pendant cette crise sanitaire. « Tout le monde touche ces portiques et ils ne sont même pas désinfectés ! » s’indigne la présidente du Collectif. Une accusation démentie par l’un des agents du STM présent sur les lieux. « On les nettoie toutes les demi-heures ! » Les manifestants ont tout de même réussi à faire fermer les portiques et le personnel du STM a été obligé d’ouvrir un autre accès aux passagers. La billetterie a cependant continué son fonctionnement habituel. « On ne peut pas arrêter de vendre si nous n’avons pas d’instructions venant de nos responsables », explique un membre du personnel, partagé entre ses obligations professionnelles et ses convictions.

 

Une opération soutenue par les usagers

 

Au-delà de la gratuité, les usagers de la barge soutiennent le mouvement du Collectif. « Je suis d’accord avec leurs revendications. Ces portiques sont remplis de bactéries, mais on est obligés de les toucher », indique Amir, un passager. « Moi, quand je passe par là, j’essaye de toucher avec un mouchoir parce que j’ai peur d’être contaminée en touchant les tourniquets », affirme une autre. Nadufa qui prend régulièrement la barge souhaite que le mouvement soit entendu par les élus. « J’espère que le Département se rendra compte de la dangerosité de cet outil et qu’il prendra les mesures adéquates à cette crise sanitaire. »

Le conseil départemental n’a pour l’instant pas répondu à l’appel du Collectif, mais ce dernier ne manque pas d’idées pour améliorer la situation. « Il faut que la barge soit nettoyée toutes les heures, à chaque voyage. Les portiques doivent également être désinfectés. Ils peuvent mettre des marquages au sol et sur les sièges pour que les gens ne s’agglutinent pas », recommande Safina Soula. La gratuité de la barge n’était valable que pour les piétons, mais le Collectif des citoyens de Mayotte 2018 prévient, si aucune mesure n’est prise rapidement, le ton montera d’un cran…

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1007

Le journal des jeunes

chab-journal-des-jeunes-5

À la Une

Des émeutes ont éclaté à Kawéni, ce mercredi

Des barrages enflammés ont compliqué le passage des véhicules par Kawéni, ce mercredi. En fin de matinée, une opération de la police aux frontières...

Inscription du « mawlida shenge » au patrimoine culturel immatériel, « une chance énorme »

Le 27 juin dernier, la direction générale des patrimoines et de l’architecture du ministère de la Culture a inscrit le « mawlida shenge » (une pratique...

L’intercommunalité de Petite-Terre incendiée, mercredi matin

Trois préfabriqués sont partis en fumée, tôt ce mercredi matin, sur le site principal de la communauté de communes de Petite-Terre. Situés près du...

Chiconi FM-TV arrive sur la TNT

Après neuf ans d’existence, l’association Chiconi FM monte d’un cran avec la création d’une chaîne de télévision émise sur la TNT. Elle se veut...

Des réfugiés campent sur la place publique à Mamoudzou pour montrer leur souffrance

Depuis le samedi 13 août, des réfugiés d’origine africaine campent sur la place Zakia Madi à Mamoudzou. Des hommes et des femmes accompagnés de...