Publicités

Les Assises du numérique à Mayotte, vers une réduction de la fracture digitale

À lire également

“C’est par l’éducation que la femme mahoraise peut s’émanciper

Cela fait à peine deux mois qu’elle a pris ses fonctions et pourtant Taslima Soulaimana, la nouvelle directrice régionale aux droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes a de grandes ambitions pour la femme mahoraise. Elle est cependant consciente que la tâche ne sera pas si facile. 

Le viol, une perversion cachée dans la société mahoraise

Le viol est un mal invisible, et à Mayotte on profite de cette invisibilité pour ne pas en parler. Dans une société où le sexe est tabou, les victimes d’agressions sexuelles sont trop souvent réduites au silence. Cependant, les langues commencent à se délier, et les victimes veulent désormais se faire entendre malgré les nombreuses barrières qu’elles doivent franchir.

Mayotte : “On veut que l’État nous prenne en charge comme tous les demandeurs d’asile qui vivent en France”

C’est un ras-le-bol qui a poussé les demandeurs d’asile africains à manifester ce lundi 20 juillet devant la mairie de Mamoudzou. Ils réclament de meilleures conditions de vie et une meilleure prise en charge de la part des associations et de l’État, mais les moyens mis à disposition à Mayotte ne sont pas suffisants. 

Pauvreté : La dichotomie mahoraise

Le chiffre est l’un des plus parlants pour décrire la situation de Mayotte. Régulièrement employé, il va désormais changer. La part de la population vivant sous le seuil de pauvreté national passe en effet de 84% à 77%. Une baisse qui ne doit pas masquer une autre réalité : les inégalités de vie se sont creusées.

Après plusieurs mois d’ateliers et d’échanges, les acteurs du numérique de Mayotte se sont réunis pour présenter leurs projets. Les Assises ont réuni plus de 200 participants, privés et publics, pour identifier les problématiques du territoire et engager une transition numérique sur l’île.

Le numérique intéresse tout le monde, c’est même devenu une nécessité”, clame haut et fort Faiçoil Mouhoussoune, le directeur du Gemtic (groupement des entreprises mahoraises des technologies, de l’information et de la communication). Ce constat pousse les acteurs des Assises du numérique se projeter rapidement pour lutter contre la fracture digitale sur l’île. Parmi les cinq grands enjeux à mener sur le territoire : les infrastructures, le matériel et les services, la pédagogie, la formation et l’insertion et le financement.

assises-numerique-mayotte-reduction-fracture-digitale

À la base du futur cluster numérique mahorais « qui s’inscrit dans ces projets », le Gemtic est l’un des protagonistes majeurs des Assises. L’objectif de ce projet ? « Tout connecter, aller plus loin, être avant-gardiste et surtout produire sans être uniquement consommateur dans l’économie du numérique. » Dans la continuité de l’agenda déjà proposé, un portail numérique est en cours de création « pour centraliser toutes les informations », afin que toute personne lambda, issue de n’importe « branche professionnelle » ayant besoin d’un service, puisse y avoir « un accès facile ».

Clairement identifiées, d’autres solutions concrètes doivent voir prochainement le jour, comme l’installation de bornes Wifi gratuites ou encore le déploiement de la fibre optique sur l’ensemble de l’île. Deux manques mis en lumière au cours de la crise sanitaire, et plus particulièrement durant les périodes de confinement, qui ont grandement pénalisé les élèves ainsi que le suivi des formations. “La continuité pédagogique doit être assurée aussi à Mayotte”, persiste et signe Youssouf Moussa, le directeur du Carif-Oref dans le 101ème département. Pour ne pas revivre une telle situation, les Assises prévoient de travailler en étroite collaboration avec les établissements scolaires et de s’appuyer sur des formations à destination des médiateurs du numérique.

 

Une transition qui commence dès aujourd’hui

 

Si de nombreux projets sont à venir, certains sont déjà en place. L’île compte déjà 11 espaces numériques où les habitants peuvent venir accéder à une connexion ou demander de l’aide pour réaliser certaines démarches. Auxquelles il faut ajouter un bus mobile qui permet d’aller directement à la rencontre des populations les plus précaires et de les accompagner dans cette transition. “C’est un service de proximité qui nous aide à lutter contre la fracture numérique”, insiste Youssouf Moussa, convaincu de ces bienfaits, grâce notamment à la formation à ces nouveaux outils d’une quinzaine d’agents, dont la mission première consiste à épauler les utilisateurs. Qui sont, soit dit en passant, toujours plus nombreux : 8.000 en 2019, contre 15.000 en 2020. D’ici deux ou trois ans, le but du Carif-Oref est d’en accueillir 50.000 chaque année.

On a pris conscience des enjeux du numérique sur un petit territoire comme le nôtre et de son importance pour la démocratie”, indique Faouzat Mli, directrice de la direction du numérique, des systèmes d’informations et des moyens au conseil départemental. Selon elle, les enjeux sont d’ordre économiques, tant pour les entreprises que les habitants, puisque de plus en plus de dossiers administratifs sont se retrouvent digitalisés, à l’instar de la prise de rendez-vous à la préfecture.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°963

Le journal des jeunes

À la Une

Un avenir incertain pour les taxis de Mayotte

La chambre des métiers et de l’artisanat a tenu un séminaire porté sur l’avenir des taxis à Mayotte ce mercredi. L’occasion de parler des...

À Mayotte, le retour des soirées signe celui du sexisme ordinaire

On dit souvent de Mayotte qu’elle est une société matriarcale. Pourtant, tout comme en métropole, si ce n’est plus, le sexisme est ici aussi...

Balades artistiques et patrimoniales à Mamoudzou

Le projet “Nouveau regard sur ma ville 2021” mis en œuvre par la communauté d'agglomération de Dembéni-Mamoudzou (Cadema) a pour objectif de faire découvrir...

Ces mahorais qui quittent l’île aux parfums pour se construire une carrière

Asma* vit à Paris. Originaire de Mamoudzou, la Mahoraise de 28 ans affirme aujourd’hui ne pas regretter un instant avoir quitté le 101ème département...

Au conseil départemental, “l’opposition constructive” ne lâchera rien

Toujours privés d’hémicycle, les nouveaux élus du conseil départemental étaient réunis ce lundi 19 juillet dans l’Hôtel de ville de Mamoudzou pour une assemblée...