100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

“On va arracher notre liberté” : de Colocs ! à la vraie vie, le combat des jeunes femmes mahoraises

À lire également

“C’est par l’éducation que la femme mahoraise peut s’émanciper

Cela fait à peine deux mois qu’elle a pris ses fonctions et pourtant Taslima Soulaimana, la nouvelle directrice régionale aux droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes a de grandes ambitions pour la femme mahoraise. Elle est cependant consciente que la tâche ne sera pas si facile. 

Le viol, une perversion cachée dans la société mahoraise

Le viol est un mal invisible, et à Mayotte on profite de cette invisibilité pour ne pas en parler. Dans une société où le sexe est tabou, les victimes d’agressions sexuelles sont trop souvent réduites au silence. Cependant, les langues commencent à se délier, et les victimes veulent désormais se faire entendre malgré les nombreuses barrières qu’elles doivent franchir.

Pauvreté : La dichotomie mahoraise

Le chiffre est l’un des plus parlants pour décrire la situation de Mayotte. Régulièrement employé, il va désormais changer. La part de la population vivant sous le seuil de pauvreté national passe en effet de 84% à 77%. Une baisse qui ne doit pas masquer une autre réalité : les inégalités de vie se sont creusées.

Mayotte : “On veut que l’État nous prenne en charge comme tous les demandeurs d’asile qui vivent en France”

C’est un ras-le-bol qui a poussé les demandeurs d’asile africains à manifester ce lundi 20 juillet devant la mairie de Mamoudzou. Ils réclament de meilleures conditions de vie et une meilleure prise en charge de la part des associations et de l’État, mais les moyens mis à disposition à Mayotte ne sont pas suffisants. 

La série événement diffusée depuis le 6 septembre a suscité de vifs débats alors qu’une partie de l’opinion y voit une menace pour les traditions et la culture mahoraises. À rebours de ces critiques, certaines femmes y voient au contraire un écho à leur propre vécu. Et la fin d’un tabou.

Il est 20h et treize minutes, lundi soir, chez Cousin, à Mamoudzou. Des applaudissements retentissent au fond de la terrasse, aménagée en coin débat pour l’occasion. Le troisième épisode de la série Colocs vient de se terminer, et le petit groupe de femmes et d’hommes tapis dans la pénombre prend une seconde pour digérer ce nouveau shot d’images coup de poing. D’abord intimidées, les langues se délient une à une.“Est-ce qu’on peut avoir les épaules quand on est jeune, enfin, ce n’est pas à elle d’assumer, même si c’est une sage-femme, on peut se demander si son salaire suffit à payer à la fois son loyer, ses loisirs, et ceux de sa famille”, soulève une spectatrice, en référence au personnage de Nadjla, qui doit subvenir aux besoins de son foyer. Un homme plus âgé arrive sur ces entrefaites. “Je ne m’attendais pas à ça, j’ai pris une claque ! Vraiment, c’est courageux ce que tu fais, la thématique que tu abordes… C’est une fissure et maintenant, ça y est, c’est là”, lance-t-il à l’attention de Jacqueline Djoumoi-Guez, la réalisatrice.

arracher-liberte-colocs-vraie-vie-combat-jeunes-femmes-mahoraises

En guise de fissure, la série diffusée depuis le 6 septembre sur Mayotte la 1ère et réalisée par la directrice de Clap Productions, a surtout permis de lever le voile sur le quotidien de nombreuses Mahoraises, forcées de jongler à leur retour de métropole entre la liberté acquise de l’autre côté du globe, et les attentes d’une société qui ne les comprend pas. Un brusque retour en arrière que la réalisatrice a elle-même expérimenté, à son retour à Mayotte en 2013. “Moi aussi, quand je suis rentrée, j’ai eu le problème d’avoir un appartement, l’idée même d’évoquer le sujet c’était un problème, le fait de sortir sans être accompagné du cousin, de la petite sœur ou je ne sais qui, c’était un problème chez moi aussi”, expose Jacqueline Djoumoi-Guez, qui ne veut toutefois pas réduire sa création au seul récit autobiographique. “C’est comme à peu près toutes les femmes ici, en somme”, ajoute-t-elle.

“Ce débat n’aurait jamais eu lieu si ça avait été un homme”

Reste que mettre des images sur cette facette de la société fait l’effet d’une petite bombe. Depuis le 6 septembre, chaque diffusion apporte son lot de débats parfois virulents, surtout sur les réseaux sociaux. Manque de respect aux valeurs, à la culture, à la mère, ou encore image dévergondée de la femme… Les critiques vont bon train, au grand dam d’une partie de l’opinion, notamment féminine. Sur Instagram, une vidéo en date du 8 septembre, qui déboute ces arguments, a ainsi fait près de 30.000 vues. “Personne n’a attendu la série, on pointe juste du doigt un problème qui existe déjà (…). Ce débat n’aurait jamais eu lieu si ça avait été un homme”, dézingue Oumy, enregistrée au smartphone par Anaisse Chabouhane, l’actrice qui joue Farzati dans la série. “On va arracher notre liberté”, finit-elle au terme de cette diatribe enflammée d’une vingtaine de minutes.

Un miroir tendu à la société

Mais pourquoi ces réactions viscérales ? “À travers cette série, on tend un miroir à la société mahoraise, et on interroge la place qu’elle donne aux femmes, les préjugés, les codes induits par une culture, une tradition, qui méritent réflexions”, analyse Taslima Soulaimana, la directrice régionale aux droits des femmes et à l’égalité entre les femmes et les hommes, qui a soutenu le projet pour cette raison. “Cela choque, parce que c’est comme si on oubliait que les femmes étaient parties faire des études, qu’elles étaient toutes seules et totalement autonomes. Et quand elles reviennent, on leur redonne la même place qu’au départ, comme si on voulait occulter cette étape franchie.

Un combat d’hier et d’aujourd’hui

Et ce clash des générations ne date pas d’hier. “Il y a beaucoup de thèmes qui m’ont rappelé mon vécu, ne serait-ce que par rapport au retour au pays, au refus des parents qu’on soit plus autonome, qu’on puisse vivre toute seule sans être mariée, cette pression de la famille, de l’entourage… Ça a été un long combat que j’ai réussi à gagner grâce à un compromis : en habitant juste au-dessus de chez mon grand-frère”, raconte Nadine Hafidou, cheffe d’entreprise à Deltah, qui a notamment inspiré le personnage de Raïssa dans la série. Un combat qui s’explique aussi par la pression subie par la famille elle-même. “Je suis venue à l’avant-première avec ma mère et ça a fait tomber une barrière. On n’en avait jamais parlé avant et là elle m’a avoué qu’elle avait eu du mal avec cette période, car elle appréhendait beaucoup la pression des autres”, explique l’ingénieure.

Il y a une certaine hypocrisie, parce qu’on fait l’autruche sur des télénovelas brésiliennes ou des séries indiennes qui passent sur la 1ère et abordent souvent toutes ces petites notions… Mais on se dit que de toute façon, c’est pas nous”, analyse pour sa part une jeune diplômée de retour à Mayotte depuis quelques mois, qui a elle aussi dû batailler pour obtenir son propre appartement, malgré ses cinq années dans l’Hexagone “en totale autonomie”. “Après le visionnage du premier épisode, ma mère m’a dit ‘‘j’ai l’impression de t’entendre’’ et je lui ai répondu que je n’étais pas la seule à penser ce que je pense, à chercher un appart etc.” Un argumentaire qui a payé, puisque la jeune femme a enfin réussi à décrocher le Graal : son propre appartement. À quand la crémaillère ?

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1013

Le journal des jeunes

chab-journal-des-jeunes-5

À la Une

Le conseil départemental pris d’assaut par les travailleurs

Ce jeudi 29 septembre, l’appel national des syndicats à la grève a été entendu par près de 200 personnes, sur la place de la République,...

Logement : une aide à la pierre jusqu’à 100.000 euros pour près de 38 bénéficiaires

Mise en place par le Département, l’aide à la pierre vise à aider les familles ou personnes à faibles revenus à accéder à la...

Guet-apens de « Pilou » : L’auteur des coups de couteau condamné à quinze ans de prison

Le procès de la bande de Doujani, qui a agressé violemment un lycéen à l’intérieur d’un bus le 11 mai 2016, s’est terminé ce...

La laka de retour au premier plan, avec la course de pirogues traditionnelles de Mamoudzou

La mairie de Mamoudzou organise le dimanche 16 octobre la première course de pirogues traditionnelles sur le front de mer de la ville chef-lieu,...

Éric Dupond-Moretti veut créer une « task force » de magistrats

Outre un budget du ministère de la Justice en hausse de 170 millions d’euros, Éric Dupond-Moretti a annoncé plusieurs mesures, mardi 27 septembre, devant...