Un cluster à la mairie de Mamoudzou mène à la fermeture des services

À lire également

Quand la population mahoraise prépare la riposte

Sur les réseaux sociaux ou dans la rue, formellement ou spontanément, les initiatives se multiplient pour répondre à la délinquance qui flambe à nouveau sur l’île aux parfums. Au risque, parfois, de voir l’exaspération prendre le pas sur la loi. 

Mayotte : une naissance dont ils se souviendront

Une naissance dans la rue, ce n’est pas si courant. C’est pourtant ce qu’ont vécu Jonathan et Mouna, lundi 18 mai, date à laquelle Sarah, leur petite fille, a décidé d’arriver. Un évènement auquel ont participé quelques passants, sur les lieux par hasard. Et quand s’improvise une chaîne de soutien, cela donne une belle histoire. Récit. 

Attaquée de toutes parts à Mayotte, Panima tente de riposter

Entre la polémique sur la qualité des repas livrés aux confinés du RSMA, et la mise à l’arrêt d’une partie importante de son activité à cause du confinement, l’entreprise de restauration collective est sur tous les fronts. Mais face à ces multiples coups durs, son directeur, Gilles Rouinvy, ne baisse pas les bras et répond aux critiques. Entretien.

Les chiffres qui rendent le confinement compliqué à Mayotte

On le sait, le confinement à Mayotte est rendu d’autant plus difficile qu’une grosse partie de la population vit dans des habitations insalubres, dénuées du confort élémentaire. Dans une publication diffusée hier, l’Insee rappelle quelques chiffres parlants. Résumé point par point.

La mairie de Mamoudzou n’est pas épargnée par les clusters qui se multiplient sur l’île. 5 agents ont contracté la Covid-19, ce qui a mené à la fermeture des bâtiments municipaux jusqu’au 2 novembre. Un service minimum est cependant assuré.

Ce mardi matin, à l’Hôtel de ville de Mamoudzou, on pouvait entendre les mouches voler. Les locaux ont été vidés de ses agents et des usagers à cause de la fermeture de différents services. Le 26 octobre, la commune chef-lieu annonçait l’apparition de « quelques cas à la Covid-19 au sein des agents municipaux ». Il s’agit en réalité de 5 personnes qui travaillent dans trois services différents. Il a été difficile pour l’Agence régionale de santé et la mairie de trouver un lien entre elles. Mais après une recherche plus avancée, l’ARS a découvert que ces agents municipaux ont contracté le virus « lors d’un petit-déjeuner » selon la cheffe de service de veille et sécurité sanitaire de l’institution sanitaire. « Maintenant, nous pouvons parler de cluster, dès lors que 3 cas ont un lien entre eux », précise-t-elle. Une liste de cas contacts a été établie et chacun a reçu un message pour effectuer un test dans les 7 jours. Aujourd’hui, l’ARS se veut rassurante et indique que « la situation est maîtrisée car la trentaine de cas contacts a été testé négatif. La mairie de Mamoudzou n’a rien d’exceptionnel par rapport à nos situations à risque ».

Éviter la propagation du virus

Si seulement 3 services sont touchés par les cas positifs, la mairie de Mamoudzou a décidé de fermer ses portes au public et de favoriser le télétravail afin de protéger le personnel et les visiteurs. « Nous avons fermé pratiquement tous les services, car nous avons 1.080 agents et ils sont amenés à naviguer de bâtiment en bâtiment administratif de la ville et l’Hôtel de ville. Ces flux d’agents peuvent contribuer à la propagation du virus », explique Olivier Chauveau, directeur de communication de la commune. Tous sont soumis à une septaine jusqu’au 2 novembre inclus. Seuls les services de l’état civil, des urgences techniques et administratives reçoivent du public.

Des administrés surpris par la fermeture

Durant le premier jour de fermeture, les usagers ont été surpris de trouver porte close à l’Hôtel de ville. « Je suis venu pour une procuration et on me dit de revenir mardi prochain. Ça ne m’arrange pas, car c’est urgent », se plaint un jeune homme devant le bâtiment. Non loin de là se trouvent deux jeunes filles qui regardent à travers les baies vitrées, dans l’espoir qu’un agent ouvre les portes. Après de longues minutes d’attente, elles repartent déçues. « On doit revenir la semaine prochaine. Je ne sais même pas pourquoi ils ont fermé », regrette l’une d’elle. Rares sont ceux qui étaient au courant de la nouvelle. « J’ai entendu à la radio que la mairie de Mamoudzou fermait ses portes, mais qu’il y avait des numéros où on pouvait appeler. Alors je l’ai fait, je me suis renseignée avant de venir », explique une mère venue déclarer la naissance de sa fille.

Mayotte Hebdo de la semaine

Le journal des jeunes

À la Une

Destruction de bangas à Kahani : sur 398 personnes, une trentaine de relogés

La préfecture lançait ce lundi une nouvelle démolition d’un quartier informel à Kahani. Une opération rendue possible grâce à la loi Élan, adoptée deux...

CIDE : des cadeaux distribués aux enfants du service pédiatrie de Mayotte

Vendredi, à l'occasion du 31ème anniversaire de la Convention internationale des droits de l'enfant, Catherine Barbezieux, la directrice du centre hospitalier de Mayotte, et...

La loi sécurité globale : des forces de l’ordre mahorais satisfaits et des journalistes inquiets

Vendredi dernier, l’Assemblée nationale a voté l’adoption de la loi sécurité globale qui suscite l’indignation du monde des journalistes, soutenus par la population. Elle...

Sea Shepherd à Mayotte : “Nous ne sommes pas là pour faire des ronds de jambe, nous voulons des résultats”

À contre-courant. Alors que les associations locales de lutte contre le braconnage des tortues applaudissent la création d’un groupe de coopération opérationnelle fraîchement annoncé...

Coupe régionale de France : …Et à la fin, c’est M’tsapéré qui gagne !

Après plusieurs mois de tergiversations liées à la crise sanitaire, Mayotte connaît enfin le nom de son représentant au huitième tour de la Coupe...