asd

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

La POPAM combat les addictions, « vrai enjeu » mahorais

À lire également

Mayotte : la cause de la mort de personnes atteintes du Covid-19 passée sous silence ?

Le conseil d’État a été saisi par une entreprise locale de pompes funèbres concernant de graves accusations de dysfonctionnement dans la gestion de morts atteints du Coronavirus. Si aucune décision n’a encore été rendue, Jean L’Huilier, croque-mort, détaille les raisons qui l’ont motivé à intenter une telle action en justice. 

Mayotte dans le spectre d’une pénurie alimentaire

Les aides alimentaires semblent partir d’une bonne intention. Pourtant, cette initiative pourrait rapidement vider les rayons des magasins et provoquer une pénurie sur l’île, dans quelques semaines, si les acteurs sociaux ne changent pas de stratégie.

 

Le coronavirus a fait son entrée au CRA de Mayotte

Alors qu’associations et syndicats de police s’inquiétaient le mois dernier des conséquences sanitaires qu’impliquait la réouverture du centre de rétention administrative, les derniers ours viennent leur donner raison. Plusieurs cas de coronavirus y ont en effet été détectés, sans que les mesures nécessaires à contenir la propagation du Covid-19 ne soient prises.

“J’ai vraiment cru ne pas avoir de vol”, un médecin raconte son périple ubuesque pour venir renforcer les équipes du centre hospitalier de Mayotte

Jérémie Gallon, comme des dizaines de membres du corps médical a pris la décision de venir prêter main-forte au CHM. Mais comme des dizaines de ses confrères ou collègues, il a d’abord dû, avant de partir “au front” contre la crise sanitaire, affronter “ce que l’administration peut faire de pire”. Récit d’un voyage en absurdie.

 

Ce vendredi 9 septembre se déroulait l’inauguration de la plateforme Oppelia de prévention et de soins en addictologie (POPAM). Ouvert depuis le début de l’année à Miréréni, dans la commune de Tsingoni, ce lieu est le premier de Mayotte à accueillir, orienter et accompagner les personnes souffrant d’addictions, ainsi que leurs familles.

« On boit un verre entre amis, on reproduit le geste, et c’est là que commence l’addiction. » Alain Morel, le directeur général de l’association Oppelia, a insisté sur le fait que les addictions pouvaient toucher tout le monde, devant un parterre de partenaires venus assister à l’inauguration de la première antenne du genre à Mayotte. Ouverte depuis le début de l’année 2022, la petite maison avec jardin mirérénienne reconvertie en centre d’accueil a déjà reçu 2.000 personnes pour les écouter et les orienter vers le service adapté.

« Une implantation locale, pas une association parisienne »

La coordination était d’ailleurs au cœur des débats, ce vendredi matin. Entre deux imitations de Jacques Chaban-Delmas, Jean-Louis Loirat, le président d’Oppelia, est d’ailleurs revenu sur le « rôle vecteur » de Moncef Mouhoudhoire dans la création de la POPAM. « On multiplie les rouages, mais aussi les chances d’avoir des grains de sable », a ajouté le président, réaffirmant qu’Oppelia à Mayotte était « une implantation locale, pas une association parisienne ». Créé en 1975, l’organisme aux quelque 800 salariés en dépêche donc 14 à Miréréni avec l’ambition de travailler en symbiose avec les acteurs locaux, dont l’Agence régionale de santé.

« Il nous manquait cette dernière pierre », s’est d’ailleurs félicité Olivier Brahic, le directeur général de l’agence régionale de santé. « La lutte contre l’addiction est un vrai enjeu à Mayotte, étant donné la pyramide des âges et les dommages que représentent la consommation précaire. » « Personne n’a la solution à lui seul », a abondé Alain Morel, rappelant qu’il ne fallait pas résumer l’addiction à un comportement fautif, mais à un comportement social : « C’est la communauté sociale qui peut définir l’ensemble des solutions aux addictions, qui sont forcément multidimensionnelles. »

Mieux connaître les drogues locales

C’est pourquoi la gendarmerie était présente pour cette inauguration, les militaires remplissant un rôle de prévention essentiel auprès de la population. « On connaît aujourd’hui des phénomènes délinquants très prenants, dans lesquels on a, la majeure partie du temps, des comportements addictifs », a expliqué l’adjudant-chef Dayan Chanfi, présent sur la terrasse couverte de l’établissement. Celui qui est aussi en charge de la Maison de protection des familles de Koungou a également évoqué que la gendarmerie de Mayotte devait « travailler en amont, expliquer les conséquences sanitaires et judiciaires de ces comportements ».

Autre objectif de cette coordination souhaitée par toutes et tous, une « connaissance plus précise des drogues spécifiques à Mayotte », comme le voudrait Olivier Brahic. « On parle beaucoup de la chimique, que l’on apparente aux nouveaux produits de synthèse », a confirmé l’adjudant-chef Dayan Chanfi. « Au sein de notre unité, on a trois militaires qui sont formateurs antidrogues. On peut donc mener des actions de prévention sur toutes les actions qu’on a dans l’île. Les partenaires peuvent compter sur nous pour travailler main dans la main, pour réduire ces comportements. » Il en va effectivement de la santé et de la sécurité des Mahorais : selon une enquête réalisée en 2009, 36% des jeunes buveurs de Mayotte déclarent boire sept verres et plus lorsqu’ils s’alcoolisent.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1097

Le journal des jeunes

À la Une

A Mlezi Maoré : « On a pu amortir les perturbations »

L’année 2023 a été compliquée chez Mlezi Maoré. Faute de financements, l’association qui œuvre dans le social et la santé a dû procéder à...

« Un contrôle interne insuffisant » de l’association Mlezi Maoré

La Chambre régionale des comptes a rendu public vendredi 12 juillet son rapport d’observations sur l’association Mlezi Maoré. Il souligne notamment un « contrôle interne...

Salime M’déré « a tout perdu »

Suite à l’arrêté du préfet de Mayotte du 25 juin dernier, portant démission d’office Salime M’déré a perdu son poste de premier vice-président du...

Fin de la grève à La Poste après trois semaines de mobilisation

Depuis le 26 juin, des salariés de La Poste s’étaient mis en grève. Ils demandaient une prime contre la vie chère et les paiements...

« Vous êtes la fierté de votre village, de votre quartier, de votre ville »

Près de 30 bacheliers de Mamoudzou ont été distingués par la mairie vendredi 12 juillet. Une cérémonie était organisée pour les titulaires des mentions...