100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Depuis 20 ans à Mayotte !

L’APAJH et le CCAS de Mamoudzou s’unissent pour les personnes atteintes de handicap

À lire également

Mayotte : la cause de la mort de personnes atteintes du Covid-19 passée sous silence ?

Le conseil d’État a été saisi par une entreprise locale de pompes funèbres concernant de graves accusations de dysfonctionnement dans la gestion de morts atteints du Coronavirus. Si aucune décision n’a encore été rendue, Jean L’Huilier, croque-mort, détaille les raisons qui l’ont motivé à intenter une telle action en justice. 

Mayotte dans le spectre d’une pénurie alimentaire

Les aides alimentaires semblent partir d’une bonne intention. Pourtant, cette initiative pourrait rapidement vider les rayons des magasins et provoquer une pénurie sur l’île, dans quelques semaines, si les acteurs sociaux ne changent pas de stratégie.

 

Le coronavirus a fait son entrée au CRA de Mayotte

Alors qu’associations et syndicats de police s’inquiétaient le mois dernier des conséquences sanitaires qu’impliquait la réouverture du centre de rétention administrative, les derniers ours viennent leur donner raison. Plusieurs cas de coronavirus y ont en effet été détectés, sans que les mesures nécessaires à contenir la propagation du Covid-19 ne soient prises.

“J’ai dû mentir sur ma fièvre pour être pris en charge”, un policier malade témoigne

Un policier, hospitalisé depuis ce lundi au CHM après avoir contracté le Coronavirus regrette la prise en charge dont il a été l’objet jusqu’à présent. Selon son témoignage, ce père de famille aurait été conduit à mentir sur son état pour, qu’enfin, un dépistage lui soit proposé.

 

L’association pour adultes et jeunes handicapés (APAJH) et le centre communal d’action sociale de Mamoudzou ont signé vendredi dernier une convention visant à faciliter l’insertion professionnelle des personnes prises en charge par l’APAJH. Un partenariat sur trois ans qui fait partie des grands projets de l’association à Mayotte.

Nul doute qu’il reste encore beaucoup à faire pour les personnes en situation de handicap en France, et particulièrement à Mayotte où les préjugés leur mènent la vie dure. Alors afin de faciliter leur quotidien et leur permettre une meilleure insertion professionnelle, le centre communal d’action sociale de Mamoudzou et la fédération APAJH ont signé une convention pour une durée de trois ans. Le but ? Créer un partenariat entre la plateforme de parcours renforcés d’accès à la professionnalisation (PPRAP) et le CCAS de la ville chef-lieu pour faciliter la collaboration entre les deux structures. La PPRAP, qui se trouve à l’espace Corralium à Kaweni mais qui sera prochainement déplacée au centre Kinga, existe depuis bientôt un an. Elle fait de l’insertion pour les personnes en situation de handicap qui sont capables de travailler.

« À Mayotte, nous avons du mal à insérer ce public parce que même si ces personnes ont des compétences, nous avons des préjugés et avons du mal à les accepter. La plateforme sert à sensibiliser et à mobiliser les partenaires pour qu’ils aillent chercher des compétences », précise Soumaïla Soula Madi, directeur du pôle adulte de la fédération APAJH Mayotte. La convention engage donc le CCAS de Mamoudzou à rendre plus fluide les démarches administratives des stagiaires de la PPRAP. Cela passe en premier lieu par une mise à disposition de moyens de locomotion pour une meilleure mobilité. « Nous devons également les aider à construire les dossiers d’aides, ou encore à recenser sur le terrain les personnes qui sont en situation de vulnérabilité, fusionner des listes entre le CCAS et l’APAJH pour que nous puissions les accompagner », détaille Zaïtouni Abdallah, vice-présidente du CCAS de Mamoudzou. Cette convention ne concerne que le public de la commune chef-lieu qui représente néanmoins « 70% des personnes accompagnées », souligne Soumaïla Soula Madi.

 

De grands projets pour Mayotte

 

La fédération APAJH existe en France depuis bientôt soixante ans, mais elle n’est arrivée à Mayotte que depuis le début de la départementalisation. Et a commencé à créer des structures uniquement depuis trois ans. Le retard à rattraper est donc colossal, alors l’APAJH multiplie les projets sur le territoire. Elle veut signer d’autres conventions avec les autres communes de l’île. « Plus nous aurons de points d’accroche sur le terrain, plus les choses avanceront facilement. Nous avons commencé à discuter avec plusieurs municipalités », indique Jean-Louis Garcia, président de l’APAJH qui est actuellement en visite à Mayotte. À l’exemple de la ville de Bandrélé qui devra également établir un partenariat avec la fédération. « À la rentrée prochaine à Bandrélé, nous allons ouvrir une unité d’enseignement élémentaire pour les enfants autistes et pour cela, nous avons besoin de la ville pour qu’elle puisse ouvrir une classe », souligne-t-il encore.

Lors de la signature de la convention à la mairie de Mamoudzou, les représentants de l’APAJH ont également annoncé la création d’une entreprise adaptée avant la fin de l’année 2021. « C’est un intermédiaire entre le monde ordinaire de production et le monde protégé des ESAT (établissements et services d’aide par le travail). Les travailleurs qui seront dans cette entreprise auront droit à un contrat de travail ordinaire, sauf que l’État aidera au poste », éclaire le président de l’APAJH. L’État va compenser les structures qui embaucheront ces personnes en situation de handicap car il considère qu’elles ne peu-vent pas travailler aussi vite que les autres et apporter la même part de productivité. Pour rendre les choses plus faciles et sécuriser les travailleurs, la fédération a cherché des partenaires pour rendre une prestation de services. « Nous allons travailler avec l’agence régionale de santé de Mayotte. Nous allons former une petite équipe qui participera à la démoustication. Le deuxième partenaire est le CHM qui a accepté d’intégrer une équipe dans le cadre de l’hospitalisation à domicile. Elle viendra en renfort pour faire le ménage, les courses, aider les patients, etc », déclare Jean-Louis Garcia. L’APAJH prévoit de mettre en route l’entreprise adaptée avec une quinzaine de personnes, mais elle ambitionne déjà de doubler les effectifs l’année prochaine car ce ne sont pas les aides qui manquent. « Tous les ans arrivent à Mayotte des aides au poste et comme il n’y a pas de porteur de projet d’entreprise adaptée, à la fin de l’année les aides retournent à Paris », déplore le président de l’APAJH. Ce dernier promet de rattraper le retard cumulé dans le départe-ment. « Il faut donner plus à ceux qui en ont le moins et donner moins à ceux qui en ont le plus », affirme-t-il. Une manière pour lui d’assurer l’égalité républicaine. Il ne reste plus qu’à voir de quelle manière cette vision s’articulera à Mayotte.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°966

Le journal des jeunes

À la Une

En plus de son plan propreté, Mamoudzou s’attaque à son trafic routier

Ce vendredi 17 septembre, le maire de Mamoudzou, Ambdilwahedou Soumaïla, a présenté son plan propreté 2020-2030 et signé un arrêté de voirie pour expérimenter...

Dans les yeux des jeunes mahorais avec “Nouveau regard sur ma ville 2021”

Vendredi dernier avait lieu le vernissage de l’exposition photographique “Nouveau regard sur ma ville 2021”. Un projet mis en place par la communauté d'agglomération...

Stéphane Bijoux, député européen : « Notre responsabilité, c’est d’accompagner nos planteurs, nos éleveurs et aussi nos pêcheurs »

Lundi 13 septembre, le député européen de La Réunion Stéphane Bijoux présentait devant le parlement de l'Union sont rapport intitulé "Vers un renforcement du...

Compagnies maritimes : la baisse des rotations pénalise les entreprises de Mayotte

Depuis l’annonce en juin d’une réduction du nombre de navires de CMA-CGM au port de Longoni, les patrons de l’île tirent la sonnette d’alarme....

Mon Pouleti : une polémique qui prend des ailes

Le nouvel abattoir Mon Pouleti a-t-il raté sa dernière campagne de publicité ? Ou au contraire, a-t-il fait un coup de maître ? Les...