La télémédecine, un outil d'accès aux soins à Mayotte

La télémédecine, un outil d'accès aux soins à Mayotte

À partir du samedi 15 septembre, la télémédecine sera opérationnelle en France et dans les DROM-COM, une première. Au regard de l'évolution démographique médicale à Mayotte, cette nouvelle technique permettra notamment de réduire les inégalités d'accès à la santé. Mais les consultations pourraient rencontrer quelques problèmes.  

Consulter un médecin, un généraliste ou un spécialiste sans se déplacer, c'est bientôt possible. Dès samedi 15 septembre, la télémédecine sera mise en place en France et dans les DROM-COM, après qu'un accord a été trouvé entre l'Assurance maladie et les syndicats des médecins en juin dernier. Cette pratique médicale se caractérise par une consultation à distance effectuée grâce à un appel vidéo via Internet. Elle doit permettre "de faciliter la coopération entre les acteurs de santé, en organisant le partage d'informations, d'améliorer l'efficience du système médical et la qualité de vie des personnes, notamment celles atteintes de maladies chroniques - dont le nombre risque d'augmenter considérablement avec l’allongement de la durée de la vie ndlr - et de réduire les inégalités de l'accès à la santé, notamment dans des départements comme Mayotte", explique le docteur Claude Bronner, vice-président de la Fédération des médecins de France (FMF). Pour l'Agence régionale de santé (ARS) qui soutient financièrement ce projet, la télémédecine est "un levier de progrès" dans l'organisation des soins et "constitue une réponse pleine et entière" au développement de la santé à Mayotte. L'Organisation mondiale de la santé (OMS), elle, parle carrément de "facteur-clé" dans le perfectionnement du système médical. 

Définie dès 1997 par l'OMS, cette téléconsultation coûtera au patient le même prix qu'un simple rendez-vous, soit 25 euros chez un généraliste et 30 euros chez un spécialiste. Pour être remboursé, le patient devra "téléconsulter" son généraliste ou un expert désigné par son médecin traitant. Une plateforme sécurisée à cet effet a été mise en place pour garantir le secret médical. Toutefois, pour bénéficier de cette nouvelle technologie de santé, encore faudra-t-il que le médecin traitant s'inscrive sur ce site dédié. 

L'accès aux soins augmente, mais…

Dans un territoire comme Mayotte, les conditions d'accès aux soins et aux avis de spécialistes sont "essentielles pour la réduction des inégalités. En effet, le 101ème département français est caractérisé par une faible densité en professions de santé et par une forte croissance démographique. La démographie médicale est également contrainte par un "turn-over important" et "un non-remplacement" des départs dans le secteur libéral. La télémédecine apparaît donc comme une réponse aux besoins du territoire mahorais, souvent rural et isolé. Elle pourrait aussi venir compléter la médecine traditionnelle.

Cependant, si cette nouvelle technique de consultation semble offrir une réponse à la problématique des déserts médicaux, pas sûr que sa réalisation se déroule sans accroc. Le faible équipement en matériel informatique caractéristique de Mayotte constitue un premier frein à sa mise en œuvre dans le département. Pour rappel, 80% de la population mahoraise vit en-dessous du seuil de pauvreté et ne dispose pas, de fait, des moyens de s'acheter un ordinateur. Au-delà du matériel, le futur patient devra également disposer d'une connexion internet, une gageure dans certaines zones rurales de l'île. Les  personnes âgées, quant à elles, ne seront pas forcément réceptives à cette nouvelle technologie. "Elles seront accompagnées et informées à ce sujet", promet Claude Bronner.

 

En projet depuis 2010

La télémédecine peut sembler futuriste, mais elle est déjà dans les esprits depuis de nombreuses années. En effet, cette pratique a été instituée par un décret du 10 octobre 2010, et intégrée dans le Code de la santé publique (CSP). La télémédecine y est alors clarifiée, légitimée et reconnue comme un acte médical à part entière. En 2011, le ministère de la Santé lance l’élaboration d’un plan stratégique national afin de la déployer sur l'ensemble du territoire, en prenant soin de favoriser les usages de terrain. Finalement, il aura fallu attendre plus de huit ans pour que la télémédecine soit mise en œuvre en France et dans les DROM-COM. 

 

Abonnement Mayotte Hebdo