asd

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Explosion des cas de VIH à Mayotte : « nous sommes très inquiets »

À lire également

Mayotte : la cause de la mort de personnes atteintes du Covid-19 passée sous silence ?

Le conseil d’État a été saisi par une entreprise locale de pompes funèbres concernant de graves accusations de dysfonctionnement dans la gestion de morts atteints du Coronavirus. Si aucune décision n’a encore été rendue, Jean L’Huilier, croque-mort, détaille les raisons qui l’ont motivé à intenter une telle action en justice. 

Mayotte dans le spectre d’une pénurie alimentaire

Les aides alimentaires semblent partir d’une bonne intention. Pourtant, cette initiative pourrait rapidement vider les rayons des magasins et provoquer une pénurie sur l’île, dans quelques semaines, si les acteurs sociaux ne changent pas de stratégie.

 

Le coronavirus a fait son entrée au CRA de Mayotte

Alors qu’associations et syndicats de police s’inquiétaient le mois dernier des conséquences sanitaires qu’impliquait la réouverture du centre de rétention administrative, les derniers ours viennent leur donner raison. Plusieurs cas de coronavirus y ont en effet été détectés, sans que les mesures nécessaires à contenir la propagation du Covid-19 ne soient prises.

“J’ai vraiment cru ne pas avoir de vol”, un médecin raconte son périple ubuesque pour venir renforcer les équipes du centre hospitalier de Mayotte

Jérémie Gallon, comme des dizaines de membres du corps médical a pris la décision de venir prêter main-forte au CHM. Mais comme des dizaines de ses confrères ou collègues, il a d’abord dû, avant de partir “au front” contre la crise sanitaire, affronter “ce que l’administration peut faire de pire”. Récit d’un voyage en absurdie.

 

Depuis 2022, Mayotte fait face à une recrudescence des cas de VIH (virus de l’immunodéficience humaine). L’accès au dépistage et aux soins est entravé par le contrôle de l’immigration clandestine mais aussi par la précarité des populations vivants à Mayotte. Face à ces obstacles, des acteurs de santé publique se coordonnent pour développer le dépistage.

explosion-des-cas-de-vih-a-mayotte-nous-sommes-tres-inquiets
L’infectiologue Mohamadou Niang qui travaille au centre hospitalier de Mayotte se dit « très inquiet de la circulation du VIH » et du nombre de cas qui explose.

Assises à l’ombre, jeudi 6 juin, des femmes attendent leur tour pour se faire dépister. Dans le camion itinérant de dépistage, garé devant la Caisse de sécurité sociale de Mayotte (CSSM), une salariée de Nariké M’sada, l’association de lutte contre le sida, réalise un test rapide d’orientation diagnostique (trod). L’événement est organisé par l’Agence régionale de santé (ARS) dans le cadre de la Semaine de la santé sexuelle du 3 au 9 juin.

Alors que le nombre de cas de VIH explose à Mayotte, il y a urgence à dépister. En septembre 2023, l’infectiologue Mohamadou Niang a lancé l’alerte VIH sur le territoire. « Nous sommes très inquiets de la circulation de la maladie. En 2019, quand je suis arrivé au centre hospitalier de Mayotte, on comptait 275 cas de personnes vivants avec le VIH. Actuellement, nous en sommes à 560 », décrit le chef de l’unité maladies infectieuses. En 2016, trois patients atteints du sida – c’est-à-dire le dernier stade de l’infection par le VIH- étaient suivis par le centre hospitalier de Mayotte (CHM). Désormais, ce nombre a été multiplié par quatre. « Et ces données sont seulement la partie apparente de l’iceberg », s’alarme-t-il.

La peur des contrôles de la PAF

Pour casser la chaîne de contamination, il faut dépister massivement. Mais celui-ci est entravé par plusieurs facteurs. Pour les personnes en situation irrégulière, il faut se rendre au CHM à Mamoudzou, seul lieu où elles peuvent se faire dépister. « Certaines renoncent à se déplacer jusqu’au CHM car elles craignent d’être contrôlées par la police aux frontières (PAF) », explique docteur Niang. « Parfois, certains de mes patients séropositifs renoncent au système de soins faute de moyens. Les personnes sans papiers doivent venir le chercher au CHM, mais si leur titre de séjour arrive à expiration, elles peuvent préférer mettre fin à leur traitement plutôt que de prendre le risque de se faire contrôler par la PAF. » Or, en cas d’interruption du traitement, elles risquent de contaminer le partenaire. L’infectiologue préconise donc plutôt « de leur permettre de récupérer leur traitement antirétrovirale (ARV) directement en pharmacie à proximité de leur domicile, comme c’est le cas pour les affiliés sociaux ».

La précarité sociale constitue l’autre obstacle majeur au dépistage, associée à l’absence de transports en commun. Les structures de dépistage essentiellement situées à Mamoudzou obligent les habitants du nord et du sud de Mayotte à prendre un taxi pour aller se faire dépister. « Pour une personne qui vit à l’autre bout de l’île, cela peut lui coûter jusqu’à seize euros de taxi aller-retour. Quand on sait que 77 % de la population vit sous le seuil de pauvreté, le dépistage n’est même pas envisageable », souligne Moncef Mouhoudhoire, le directeur de l’association Nariké M’sada. Un constat partagé par l’infectiologue Mohamadou Niang : « Pour une partie de la population qui arrive à Mayotte, la première préoccupation, c’est de se nourrir. Pour certaines qui sont séropositives, faire le traitement est secondaire, elles n’en n’ont pas les moyens ».

 « Aller vers » les populations

Forte de ces constats et pour enrayer la courbe de contamination, différents acteurs de santé publique ont décidé de mener une action coordonnée basée sur la stratégie « d’aller vers » les populations. Le Lion’s club Mayotte lagon, le laboratoire Gilead et la préfecture de Mayotte ont financé l’achat d’une unité mobile de dépistage pilotée par l’association Nariké M’sada, à savoir un camion qui sillonne les parties reculées de l’île. En parallèle, au sein des Protection maternelle infantile (PMI), 19 éducateurs de santé ont été formés au test rapide d’orientation diagnostique (trod). « Ces personnels vont dépister directement dans les salles d’attente des PMI », indique Pierre Sauves, le directeur de la PMI de Mayotte. L’objectif : maximiser le nombre de personnes dépistées.

Simultanément au dépistage, Moncef Mouhoudhoire estime qu’il faut renforcer en urgence l’accès à la contraception à Mayotte. L’accès aux préservatifs « n’est pas garanti dans le plus jeune département de France. Il y a un business à créer pour en mettre à disposition dans les lieux de vie nocturne. A 2h du matin, en sortant d’un bar, si on se demande où est-ce que je peux trouver un préservatif, on doit avoir une réponse », affirme-t-il.

Actuellement, l’ARS mène une campagne de distribution de préservatifs gratuits dans l’ensemble de Mayotte en particulier dans des lieux très fréquentés par les Mahorais, entre autres dans les magasins Douka Bé et dans les salons de coiffure.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1097

Le journal des jeunes

À la Une

Un bilan Mayotte Place nette « positif » selon le préfet

Ce mardi 16 juillet, le préfet a tenu une conférence de sécurité, en présence des élus mahorais, pour leur faire le compte-rendu de l’opération...

Dans l’attente de leurs papiers, des jeunes apprennent à créer un jeu vidéo

L’association Web Cup a animé la semaine dernière une formation de création de jeu vidéo au sein du Centre régional information jeunesse de Mayotte...

A Mlezi Maoré : « On a pu amortir les perturbations »

L’année 2023 a été compliquée chez Mlezi Maoré. Faute de financements, l’association qui œuvre dans le social et la santé a dû procéder à...

« Un contrôle interne insuffisant » de l’association Mlezi Maoré

La Chambre régionale des comptes a rendu public vendredi 12 juillet son rapport d’observations sur l’association Mlezi Maoré. Il souligne notamment un « contrôle interne...

Salime M’déré « a tout perdu »

Suite à l’arrêté du préfet de Mayotte du 25 juin dernier, portant démission d’office Salime M’déré a perdu son poste de premier vice-président du...