100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Depuis 20 ans à Mayotte !

Des enfants atteints de handicap découvrent le lagon de Mayotte

À lire également

Mayotte : la cause de la mort de personnes atteintes du Covid-19 passée sous silence ?

Le conseil d’État a été saisi par une entreprise locale de pompes funèbres concernant de graves accusations de dysfonctionnement dans la gestion de morts atteints du Coronavirus. Si aucune décision n’a encore été rendue, Jean L’Huilier, croque-mort, détaille les raisons qui l’ont motivé à intenter une telle action en justice. 

Mayotte dans le spectre d’une pénurie alimentaire

Les aides alimentaires semblent partir d’une bonne intention. Pourtant, cette initiative pourrait rapidement vider les rayons des magasins et provoquer une pénurie sur l’île, dans quelques semaines, si les acteurs sociaux ne changent pas de stratégie.

 

Le coronavirus a fait son entrée au CRA de Mayotte

Alors qu’associations et syndicats de police s’inquiétaient le mois dernier des conséquences sanitaires qu’impliquait la réouverture du centre de rétention administrative, les derniers ours viennent leur donner raison. Plusieurs cas de coronavirus y ont en effet été détectés, sans que les mesures nécessaires à contenir la propagation du Covid-19 ne soient prises.

“J’ai dû mentir sur ma fièvre pour être pris en charge”, un policier malade témoigne

Un policier, hospitalisé depuis ce lundi au CHM après avoir contracté le Coronavirus regrette la prise en charge dont il a été l’objet jusqu’à présent. Selon son témoignage, ce père de famille aurait été conduit à mentir sur son état pour, qu’enfin, un dépistage lui soit proposé.

 

L’association départementale des Pupilles de l’enseignement public, qui prend en charge des enfants en situation de handicap, a organisé des sorties en mer pour permettre à ces jeunes de découvrir le lagon. Un moyen d’éveiller leurs sens et de les sortir de leur quotidien.

Gonzales, le pilote maritime du bateau Némo, accueillait un public pas comme les autres dans son navire ce jeudi matin. Neuf enfants en situation de handicap, pris en charge par l’association départementale des Pupilles de l’enseignement public, ont eu le privilège de monter à bord de l’engin de 12 mètres de long à la découverte des merveilles qui se cachent dans le lagon de Mayotte. La structure s’occupe d’une soixantaine d’enfants vivant avec un handicap. Ils ne vont pas à l’école et sont isolés, alors les membres leur apprennent les bases du français et organisent des activités pour éveiller leurs sens.

Durant trois jours cette semaine, les enfants volontaires ont pu faire une sortie en mer. Une première pour eux. Arrivés au ponton de Mamoudzou à 9h, le petit groupe découvre la surprise qui les attend. « Ils pensaient sûrement qu’on allait prendre la barge. Ils ne savaient pas qu’ils allaient monter sur un bateau », indique Taoidoudi Chamssidine, l’accompagnant éducatif et social (AES) de l’association. Malgré l’appréhension, ils grimpent tous dans l’embarcation de manière volontaire. Sans plus tarder, le navire se dirige vers la passe en S, site de plongée connu pour sa richesse d’espèces sous-marines. L’association a expressément choisi le bateau Némo de l’opérateur nautique Randonnée palmée car il est doté d’une immense bulle. Les passagers peuvent ainsi observer les fonds marins sans plonger dans l’eau. Les enfants s’y approchent, craintifs. « Ils pensent qu’ils vont tomber dans l’eau », explique l’AES.

Après quelques mots rassurants, les jeunes acceptent de se pencher pour admirer les différentes espèces de poissons, les tortues ainsi que les coraux. « On peut manger le poisson ? », interroge l’une d’entre eux. Si le guide donne des informations et anime la sortie, force est de constater que son discours n’atteint pas sa cible… La plupart des enfants ne parlent pas français, alors les accompagnatrices essayent de traduire en langue locale, mais même ainsi, certains jeunes préfèrent regarder la toiture du bateau plutôt que d’écouter et regarder les spécimens qui défilent sous leurs yeux. « C’est compliqué de s’adapter à la clientèle, surtout à des enfants qui ont des problèmes. On n’y connait rien, on n’est pas formés pour cela. On ne sait pas si notre discours sert à quelque chose mais dans tous les cas, il faut le faire », selon le pilote du bateau.

« Ils peuvent vivre ce que les autres enfants vivent »

Après l’observation des poissons et autres espèces sous-marines, les enfants sont invités à aller dans l’eau un par un avec une bouée, un masque de plongée et le moniteur à leur côté. Contrairement à ce qu’avaient pensé les accompagnatrices, presque tous acceptent d’y aller. Seulement deux préfèrent rester sur le banc. Certains relèvent le défi avec le sourire, d’autres sont en panique une fois dans l’eau. « Ils n’ont jamais fait cela donc for-cément ça les secoue un peu. Mais on s’attendait à ce type de réactions. Malgré tout, ils ont fait un gros effort et ont été très courageux », soutient Halima Ali Youssouf, l’enseignante des jeunes.

L’équipe pédagogique est convaincue des bienfaits d’une sortie comme celle-ci pour ces enfants atteints d’autisme, de trisomie ou de problèmes mentaux en tout genre. « Même s’ils ne disent rien, je sais qu’ils sont contents. Ce sont des enfants qui ne quittent pratiquement jamais leurs domiciles. Une activité comme celle-ci les fait sortir de l‘ordinaire et ils peuvent vivre ce que les autres enfants vivent », précise Taoidoudi Chamssidine, l’AES. Et pour les aider à se surpasser davantage, une visite au centre équestre de Hajangua est prévue dans les prochains jours. Il s’agira également d’une première pour ces jeunes de l’association les Pupilles de l’enseignement public. Une chance pour les principaux concernés mais également un soulagement pour leurs parents qui « n’ont pas les moyens de payer des sorties comme celles-là ». Une chose est sûre, tous les enfants ont quitté le bateau les yeux émerveillés et le sourire aux lèvres. Mission accomplie pour l’association !

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°966

Le journal des jeunes

À la Une

En plus de son plan propreté, Mamoudzou s’attaque à son trafic routier

Ce vendredi 17 septembre, le maire de Mamoudzou, Ambdilwahedou Soumaïla, a présenté son plan propreté 2020-2030 et signé un arrêté de voirie pour expérimenter...

Dans les yeux des jeunes mahorais avec “Nouveau regard sur ma ville 2021”

Vendredi dernier avait lieu le vernissage de l’exposition photographique “Nouveau regard sur ma ville 2021”. Un projet mis en place par la communauté d'agglomération...

Stéphane Bijoux, député européen : « Notre responsabilité, c’est d’accompagner nos planteurs, nos éleveurs et aussi nos pêcheurs »

Lundi 13 septembre, le député européen de La Réunion Stéphane Bijoux présentait devant le parlement de l'Union sont rapport intitulé "Vers un renforcement du...

Compagnies maritimes : la baisse des rotations pénalise les entreprises de Mayotte

Depuis l’annonce en juin d’une réduction du nombre de navires de CMA-CGM au port de Longoni, les patrons de l’île tirent la sonnette d’alarme....

Mon Pouleti : une polémique qui prend des ailes

Le nouvel abattoir Mon Pouleti a-t-il raté sa dernière campagne de publicité ? Ou au contraire, a-t-il fait un coup de maître ? Les...