L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Des discussions passionnées sur l’avortement au colloque Mayotte en Santé

À lire également

Mayotte : la cause de la mort de personnes atteintes du Covid-19 passée sous silence ?

Le conseil d’État a été saisi par une entreprise locale de pompes funèbres concernant de graves accusations de dysfonctionnement dans la gestion de morts atteints du Coronavirus. Si aucune décision n’a encore été rendue, Jean L’Huilier, croque-mort, détaille les raisons qui l’ont motivé à intenter une telle action en justice. 

Mayotte dans le spectre d’une pénurie alimentaire

Les aides alimentaires semblent partir d’une bonne intention. Pourtant, cette initiative pourrait rapidement vider les rayons des magasins et provoquer une pénurie sur l’île, dans quelques semaines, si les acteurs sociaux ne changent pas de stratégie.

 

Le coronavirus a fait son entrée au CRA de Mayotte

Alors qu’associations et syndicats de police s’inquiétaient le mois dernier des conséquences sanitaires qu’impliquait la réouverture du centre de rétention administrative, les derniers ours viennent leur donner raison. Plusieurs cas de coronavirus y ont en effet été détectés, sans que les mesures nécessaires à contenir la propagation du Covid-19 ne soient prises.

“J’ai vraiment cru ne pas avoir de vol”, un médecin raconte son périple ubuesque pour venir renforcer les équipes du centre hospitalier de Mayotte

Jérémie Gallon, comme des dizaines de membres du corps médical a pris la décision de venir prêter main-forte au CHM. Mais comme des dizaines de ses confrères ou collègues, il a d’abord dû, avant de partir “au front” contre la crise sanitaire, affronter “ce que l’administration peut faire de pire”. Récit d’un voyage en absurdie.

 

La deuxième édition du colloque Mayotte en Santé, organisée par l’association Nariké M’Sada, s’est tenue du 18 au 20 septembre au Pôle d’excellence rurale de Coconi. Les conférences sur les addictions et la santé sexuelle ont eu beaucoup de succès, comme celle sur l’interruption volontaire de grossesse (IVG) qui a suscité beaucoup d’échanges.

Ce mercredi 20 septembre, une conférence ayant pour thème l’IVG a rassemblé une salle comble lors du colloque Mayotte en Santé. Christine Fleck, sage-femme, a rappelé la procédure médicale et le déroulement des consultations. Une occasion pour la professionnelle d’indiquer que cette procédure est totalement prise en charge au Centre hospitalier de Mayotte (CHM), sans avance de frais. Les femmes peuvent ainsi accéder jusqu’à sept semaines de grossesse à une IVG médicamenteuse. Entre sept et quatorze semaines, on procède par chirurgie.

Wardal Chanrani, qui travaille en Protection maternelle et infantile (PMI), assure, elle, l’entretien psychosocial obligatoire pour celles qui souhaitent recourir à une IVG. « Notre rôle est de faire le point sur l’état émotionnel de la patiente et de la rassurer. Il n’y a aucun jugement ou remise en question du choix de la patiente, et cet entretien est confidentiel », assure la professionnelle.

L’avortement, un tabou qui persiste

Des rappels lors de cette table ronde qui semblent nécessaires. « À Mayotte, il y a eu les mouvements pour revendiquer le droit à l’IVG, mais aujourd’hui, on a l’impression d’un retour en arrière », regrette Laoura Ahmed, directrice du Centre d’information sur les droits des femmes et des familles (CIDFF), qui insiste sur la nécessité de démocratiser une information claire et objective sur l’IVG. Cette dernière explique que la place de l’Islam dans la culture mahoraise rend le recours à l’avortement tabou. « Les femmes vont entendre leur père leur dire que c’est contre la religion. Or, on ne trouve pas d’interdiction au recours à l’IVG dans les textes », assure-t-elle. Un tabou qui a pour conséquence que Laoura Ahmed a déjà reçu des femmes ayant essayé de pratiquer des avortements elles-mêmes, avec des breuvages à base de plantes.

Le Cadi Saïd Ali Mondroha était présent pour exposer le point de vue des religieux sur la question. Un exercice compliqué face à une assemblée composée majoritairement de femmes, comme lui-même l’a souligné au début de son intervention. « J’aimerais qu’on puisse se réunir avec tous les professionnels pour échanger sur la question », a-t-il assuré, optimiste et persuadé qu’un terrain d’entente idéologique pouvait être trouvé sur le sujet.

Un public particulièrement attentif

Le public a ensuite eu de nombreuses questions et réflexions, montrant l’importance du débat. « Le fait que l’IVG n’est pas directement interdite dans les textes, je ne le savais pas, il faut que les Mahorais le sachent », a affirmé une spectatrice. « Il me semble que dans les textes, il est écrit que le souffle de vie n’arrive qu’au 120ème jour, est-ce que la religion ne pourrait pas trouver un terrain d’entente dans ce passage ? », a demandé une autre.

Le sujet a eu l’air de susciter un tel intérêt que la table ronde a été prolongée après une autre conférence. Moncef Mouhoudhoire, président de l’association Nariké M’Sada, s’est même dit disposé à organiser un événement à part pour parler du sujet. « Le but de ce colloque, que l’on souhaite renouveler annuellement, est de créer un espace de discussion. Cette conférence a eu du succès. De manière générale, les trois espaces ont généralement été complets depuis le début du colloque », commente-t-il après la conférence.

Une discussion nécessaire selon Laoura Ahmed : « Assurer l’accès au droit à l’IVG, c’est protéger les femmes et leur place dans la société. »

Des témoignages de jeunes femmes

Lors de la table ronde sur l’IVG, plusieurs témoignages anonymes de jeunes femmes ont été diffusés. « J’ai eu un problème et ai dû accoucher par césarienne. Je suis retombée enceinte peu de temps après et le médecin m’a conseillé d’avorter, car une autre grossesse à ce moment aurait été dangereux pour ma santé », raconte une première. « Je suis tombée enceinte au lycée. J’ai déçu ma mère, qui a voulu que je garde l’enfant. J’ai dû arrêter d’aller à l’école. […] Aujourd’hui, ça va, mais je regrette d’avoir un enfant, car je n’ai pas l’âge pour ça », déplore une autre.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte hebdo n°1085

Le journal des jeunes

À la Une

Wuambushu 2 : « un quartier entier de Mamoudzou nettoyé de « ses bangas » »

Après une semaine d’opération « Mayotte place nette », le nouveau nom de Wuambushu 2, Marie Guévenoux a défendu un premier bilan sur la chaîne Sud...

Pêche illégale : Près d’une tonne de poissons saisis au port de M’tsapéré ce lundi

Dans sa lutte contre l’immigration et le travail informel, l’État a décidé d’étendre l’opération Wuambushu 2, ou « Place nette » pour sa dénomination officielle, au...

Fatma : L’événement dédié à l’art mahorais marque un vrai retour

Ce seizième anniversaire du Festival des arts traditionnels de Mayotte (Fatma) est célébré en grande pompe. En relation directe avec la commémoration de l'abolition...

Jugé en récidive, un voleur de téléphone échappe à la prison

Un jeune homme de 19 ans, jugé au tribunal judiciaire de Mamoudzou, ce lundi après-midi, pour des faits de vol commis à Tsararano (Dembéni)...

Comores : Un collectif dénonce les longs délais de délivrance des certificats de mariage

A cause de ces lenteurs, certaines familles franco-comoriennes attendent depuis 2021 la transcription de leurs certificats de mariage. La procédure, qui ne devrait pas...