100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Depuis 20 ans à Mayotte !

Opération séduction du préfet et du directeur de l’ARS pour inciter les Mahorais à faire la 3ème dose

À lire également

Covid-19 à Mayotte : des indicateurs en nette baisse mais la vigilance reste de mise

Confiné depuis quatre semaines, le 101ème département reprend du poil de la bête. Les taux d'incidence et de positivité ont été divisés par deux...

Au service réanimation du CHM de Mayotte, “on bouffe du Covid, matin, midi, et soir”

À l’hôpital, les effets de la seconde vague se font ressentir avec une force inédite. Et ce malgré les évacuations sanitaires vers La Réunion,...

Week-end sous haute tension au centre hospitalier de Mayotte

Le centre hospitalier de Mayotte vient de vivre deux jours critiques et s'est retrouvé au bord de la rupture. Si le personnel soignant a...

À Tsoundzou 2, le processus bien ficelé du test RT-PCR

Ouvert six jours sur sept, le centre de dépistage de Tsoundzou 2 déborde de volontaires au test RT-PCR. Et pour cause, il est dédié...

Le nouveau directeur de l’agence régionale de santé de Mayotte, Olivier Brahic, et le préfet, Thierry Suquet, ont visité le centre de vaccination de la MJC de M’Gombani ce mercredi matin. L’occasion pour les deux autorités de faire le point sur la situation sanitaire liée au Covid et appeler tous ceux qui sont éligibles à réaliser leur troisième dose de rappel.

Donner l’exemple. Voilà comment résumer en trois mots la visite d’Olivier Brahic, le nouveau directeur de l’agence régionale de santé de Mayotte, ce mercredi matin au centre de vaccination situé dans la MJC de M’Gombani. Et c’est naturellement devant les caméras que le successeur de Dominique Voynet s’est prêté au jeu de la troisième dose. Une médiatisation nécessaire car depuis les récentes annonces du gouvernement, les principaux concernés ne se bousculent pas au portillon… Pour preuve, seulement 2.000 personnes ont procédé à leur injection de rappel. Un chiffre bien en deça des espérances alors que « la population éligible au bout de cinq mois s’élève entre 25 et 30.000 personnes en ce moment ».

« Nous voyons bien que nous avons un effort complémentaire à faire pour que l’ensemble de la population se présente dans les centres de vaccination », admet Olivier Brahic. Pourtant, les semaines sont comptées ! À partir du 15 janvier, le pass sanitaire ne sera valide qu’à condition d’avoir reçu le précieux sésame pour les personnes majeures. Une échéance qui intervient d’ailleurs un mois plus tôt pour les plus de 65 ans. « La troisième dose, c’est la poursuite de la démarche. Nous n’avons pas connu de crise liée au variant Delta à Mayotte parce que les gens se sont vaccinés et cela a beaucoup contribué à protéger Mayotte, donc il faut continuer dans cette voie », ajoute Thierry Suquet, lui aussi présent, comme pour convaincre les plus réticents.

Convaincre la population par tous les moyens

À l’heure actuelle, « 71% de la population éligible est vaccinée avec les deux doses et 86% avec une dose », annonce le préfet de Mayotte. Un tiers de cette cible n’est donc pas encore convaincue par les discours des autorités. Pour inverser la tendance, la préfecture et l’ARS s’appuient une nouvelle fois sur les collectivités. « Elles ont un rôle très important via les centres communaux d’action sociale. Elles doivent aller vers ces personnes et les ramener dans les centres de vaccination », indique Olivier Brahic. Suffisant ? Pas sûr ! Raison pour laquelle l’agence régionale de santé va lancer une nouvelle campagne de communication pour sensibiliser davantage les plus réticents.

Ces rappels sont d’autant plus importants puisque le variant Omicron se situe aux portes de Mayotte. Un cas est déjà détecté chez nos voisins Réunionnais et les vacances imminentes risquent de le faire entrer sur le territoire mahorais. « Ce variant a des mutations très nombreuses, et l’organisation mondiale de la santé le qualifie de très préoccupant », rappelle le directeur général de l’ARS Mayotte. Heureusement, la situation sanitaire liée au Covid est toujours bonne sur l’île. « Nous avons l’un des taux les plus bas de France », précise Olivier Brahic. Il ne faudrait pas que ce variant Omicron vienne retirer à Mayotte sa casquette de bonne élève.

Mayotte Hebdo de la semaine

Le journal des jeunes

À la Une

« On ne pouvait plus laisser pourrir les livres »

Les propriétaires d’une maison de la rue Pasky à Mamoudzou veulent récupérer leur rez-de-chaussée, abandonné depuis trois ans par l’association des parents d’élèves du...

Au gymnase de Cavani, 20% des 250 tests quotidiens sont positifs

Si la légère baisse des indicateurs épidémiologiques entre le 5 et le 11 janvier laisse présager une circulation moins active du virus, la course...

À Koungou, un week-end de violences qui laisse des traces

Parties d’une simple embrouille entre jeunes de Koungou, les violences de samedi, dimanche et lundi matin ont laissé place à un climat pesant sur...

Yann Le Bris, procureur de la République : « Une problématique générale d’ordre public »

Si les investigations se poursuivent dans l’espoir d’interpeller les fauteurs de trouble à l’origine du week-end agité sur Koungou et Majicavo, le procureur de...

Plus de 30 millions d’euros pour construire la cité administrative régionale

Commandé sous l'ancienne mandature, le projet de cité administrative régionale sur le site du conseil départemental est bel et bien sur les rails. Les...