test

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Comores : Un appel au renforcement de la surveillance du choléra

À lire également

Mayotte : la cause de la mort de personnes atteintes du Covid-19 passée sous silence ?

Le conseil d’État a été saisi par une entreprise locale de pompes funèbres concernant de graves accusations de dysfonctionnement dans la gestion de morts atteints du Coronavirus. Si aucune décision n’a encore été rendue, Jean L’Huilier, croque-mort, détaille les raisons qui l’ont motivé à intenter une telle action en justice. 

Mayotte dans le spectre d’une pénurie alimentaire

Les aides alimentaires semblent partir d’une bonne intention. Pourtant, cette initiative pourrait rapidement vider les rayons des magasins et provoquer une pénurie sur l’île, dans quelques semaines, si les acteurs sociaux ne changent pas de stratégie.

 

Le coronavirus a fait son entrée au CRA de Mayotte

Alors qu’associations et syndicats de police s’inquiétaient le mois dernier des conséquences sanitaires qu’impliquait la réouverture du centre de rétention administrative, les derniers ours viennent leur donner raison. Plusieurs cas de coronavirus y ont en effet été détectés, sans que les mesures nécessaires à contenir la propagation du Covid-19 ne soient prises.

“J’ai vraiment cru ne pas avoir de vol”, un médecin raconte son périple ubuesque pour venir renforcer les équipes du centre hospitalier de Mayotte

Jérémie Gallon, comme des dizaines de membres du corps médical a pris la décision de venir prêter main-forte au CHM. Mais comme des dizaines de ses confrères ou collègues, il a d’abord dû, avant de partir “au front” contre la crise sanitaire, affronter “ce que l’administration peut faire de pire”. Récit d’un voyage en absurdie.

 

En une semaine, l’épidémie a fait seulement deux décès aux Comores. Le pays est parvenu à guérir quatorze patients qui avaient été contaminés. Jusqu’alors, l’île d’Anjouan n’a enregistré aucun cas. Toujours est-il que les autorités font toujours face à quelques difficultés d’ordre légistique.

comores-appel-renforcement-surveillance-cholera
Le docteur Naouirou Mhadji.

L’Union des Comores est-il en train de maîtriser l’épidémie du choléra identifié pour la première fois à la Grande Comore, le 2 février ? S’il est tôt pour crier victoire, les signaux eux seraient plutôt encourageants même si le docteur Naouirou Mhadji temporise. Dans un entretien accordé à Flash Infos, le médecin a fait le point sur la situation de la maladie, qui notons-le ne semble pas encore inquiéter pour le moment la population. A Moroni, tout comme en dehors de la capitale, les citoyens n’ont pas encore changé leurs habitudes quotidiennes. Pourtant, il y a encore des cas actifs, six, pour être plus précis, selon dernier bulletin publié par le ministère comorien de la Santé. Jusqu’à samedi, on comptait toujours deux décès, enregistrés le lendemain de la déclaration officielle du choléra. En huit jours, le pays a eu à gerer un total de 22 cas sur 29 dépistés, dont onze importés. Mais quatorze d’entre eux sont guéris.  Malgré cela, la vigilance doit être de mise insiste, le docteur Naouirou Mhadji. « Certes, nous avons pu localiser les cas contacts, les lieux de résidence, ils bénéficient d’un suivi quotidien. Touetois, à l’heure actuelle, il est compliqué de se prononcer sur la tendance dans la mesure où le choléra est une épidémie qui se contamine très vite. Une fois qu’un cas est identifié, la population court un risque. D’un moment à l’autre, il peut y avoir une flambée de cas », rappelle le directeur de la lutte contre la maladie, au sein du ministère dédié. A propos du taux de létalité qui est en baisse, 9% selon le bulletin du 10 février – depuis le 2 février, seuls des décès sont à déplorer – le docteur Naouirou Mhadji attribue ce succès à la rapidité dont ont fait preuve les autorités sanitaires. « Nous réagissons vite. Une fois le cas détecté, on l’envoie à l’hôpital de Samba pour la prise en charge. Nous avons renforcé les différentes structures pour que tout le monde soit prêt », a ajouté le médecin, qui se trouvait déjà sur l’île d’Anjouan afin d’identifier les sites d’admission au cas où un cas serait identifié.

Aucun cas à Anjouan

Notons que contrairement à la Grande Comore et Mohéli, Anjouan est épargnée. Sur les deux passagers du bateau originaires de l’île, – l’un est décédé à l’hôpital El-Maarouf- pendant que l’autre a très vite été localisé et il s’est avéré qu’il ne présentait pas de symptômes. Il prend donc les médicaments de prévention et aucun cas ne s’est développé dans son quartier encore moins l’île. Tout est parti d’un bateau arrivé de la Tanzanie le 30 janvier. Après son accostage, l’on a découvert que le mécanicien était déjà décédé avant que les passagers ne rentrent dans les eaux comoriennes. Le même jour, un passager succombe. C’est à ce moment-là que les autorités ont commencé à chercher à savoir les causes de ces décès suspects. Des dépistages sont alors effectués et ont confirmé la présence de l’épidémie du choléra chez six personnes. Immédiatement, les mesures de prévention sont prises d’abord pour les 25 personnes qui se trouvaient abord, dont 14 membres d’équipage tous des étrangères. Cinq d’entre eux étaient hospitalisés sur la terre ferme, dans un centre situé au nord de la capitale. Les autres ont été confinés dans le bateau recevaient des médicaments de prévention. Actuellement, ils ont été libérés car guéris. Même si le bulletin de santé de ce samedi fait état de 83 cas contacts. Depuis le 2 février jusqu’à avant-hier, le pays a enregistré 22 cas confirmés. A partir du 4 février, on a commencé à détecter des cas autochtones. S’agissant de la riposte, la sensibilisation se poursuit. « Dans les communautés, le dispositif de lavage des mains dans les foyers doit être obligatoire, la désinfection aussi. Car comme vous le savez, la plupart des citernes sont ouvertes. Imaginez si quelqu’un porteur du virus utilise le même récipient pour faire les ablutions à la maison. Il sera facile de contaminer les autres. D’où l’intérêt de renforcer les mesures partout jusqu’aux écoles », recommande le directeur de la lutte contre la maladie, qui a assisté à une rencontre, samedi, avec les maires et les préfets d’Anjouan pour les sensibiliser sur les dangers du choléra.

Jeudi, le ministère de la Santé avait demandé l’appui des ulémas à la Grande Comore, où trois zones font l’objet d’un suivi croissant. Il s’agit de Moroni, la région Mitsamihuli au nord (certains passagers du bateau sont originaires) et enfin au sud à Foumbouni. Globalement, il y a cinq patients admis au centre de Samba. Quant aux problèmes soulevés, on peut citer entre autres, les difficultés du personnel des sites à répondre aux questions des interlocuteurs sur la maladie, insuffisance de ressources humaines pour mener les investigations des cas confirmés. Samedi, le Fonds des Nations Unies pour l’enfance a remis des équipements, notamment des seaux au ministère de la Santé.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1093

Le journal des jeunes

À la Une

Élections législatives : Une bataille plus rude au sud avec huit candidats contre quatre au nord

Ils sont finalement douze à s’être inscrits auprès de la préfecture de Mayotte, la semaine dernière, pour se présenter devant les électeurs mahorais, les...

L’art donne vie au futur lycée de Longoni

Prévus jusqu’en 2025, les travaux du futur lycée des métiers du bâtiment de Longoni avancent. Pour marquer le coup, le chantier a ouvert, ce...

Des employeurs prêts à « casser les stéréotypes » sur le handicap

Alors que les entreprises de plus de vingt salariés doivent compter 6 % de travailleurs handicapés, à Mayotte, ce taux est de 0,7 %....

Kawéni 2 remporte “Questions pour une école championne”

Commencée en février, la compétition « Questions pour une école championne » s’est achevée mercredi dernier, avec la victoire d’une des équipes du collège Kawéni 2....

« Cette dissolution bouleverse la synchronisation des élections présidentielles et législatives »

Thomas M’Saïdié, maître de conférences HDR à l’« Université de Mayotte » (l’universitaire s’oppose au statut d’institut universitaire), revient sur la dissolution de l’Assemblée nationale effectuée...