test

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

« Avec plus de moyens, des morts auraient pu être évitées »

À lire également

Mayotte : la cause de la mort de personnes atteintes du Covid-19 passée sous silence ?

Le conseil d’État a été saisi par une entreprise locale de pompes funèbres concernant de graves accusations de dysfonctionnement dans la gestion de morts atteints du Coronavirus. Si aucune décision n’a encore été rendue, Jean L’Huilier, croque-mort, détaille les raisons qui l’ont motivé à intenter une telle action en justice. 

Mayotte dans le spectre d’une pénurie alimentaire

Les aides alimentaires semblent partir d’une bonne intention. Pourtant, cette initiative pourrait rapidement vider les rayons des magasins et provoquer une pénurie sur l’île, dans quelques semaines, si les acteurs sociaux ne changent pas de stratégie.

 

Le coronavirus a fait son entrée au CRA de Mayotte

Alors qu’associations et syndicats de police s’inquiétaient le mois dernier des conséquences sanitaires qu’impliquait la réouverture du centre de rétention administrative, les derniers ours viennent leur donner raison. Plusieurs cas de coronavirus y ont en effet été détectés, sans que les mesures nécessaires à contenir la propagation du Covid-19 ne soient prises.

“J’ai vraiment cru ne pas avoir de vol”, un médecin raconte son périple ubuesque pour venir renforcer les équipes du centre hospitalier de Mayotte

Jérémie Gallon, comme des dizaines de membres du corps médical a pris la décision de venir prêter main-forte au CHM. Mais comme des dizaines de ses confrères ou collègues, il a d’abord dû, avant de partir “au front” contre la crise sanitaire, affronter “ce que l’administration peut faire de pire”. Récit d’un voyage en absurdie.

 

Face au manque d’effectif, plusieurs médecins du centre hospitalier de Mayotte (CHM) ont décidé de faire grève ce lundi, et de faire entendre leurs revendications aux abords de l’hôpital, à Mamoudzou.

Ce lundi matin, devant le centre hospitalier de Mayotte (CHM), une trentaine de médecins viennent manifester leur désarroi. « La santé en danger ! », scandent tout au long de la matinée les 34 médecins grévistes présents à Mamoudzou, ce lundi matin. C’en est trop pour eux, qui dénoncent le manque de moyens mis en place pour attirer de nouveaux praticiens. « Il y a eu six départs dans mon service, et ils ne sont plus que trois à le faire tourner », illustre Matthias Muszlak, pédiatre et secrétaire du syndicat des praticiens hospitaliers de Mayotte (SPHM). « On est quasiment au service minimum en permanence », déplore-t-il.

Le cortège commence à déployer ses banderoles au niveau de l’entrée principale du CHM, avant de bloquer le carrefour permettant de rejoindre le dispensaire de Jacaranda, en s’asseyant au sol. Pour beaucoup, c’est un geste fort de la part d’une profession qui n’a pas l’habitude de faire grève bien longtemps, par souci des patients. Peu après, les manifestants continuent leur marche pour présenter leurs messages devant les urgences, face à un dispensaire fermé, avant de rejoindre le rond-point de la barge puis la préfecture, devant laquelle une minute de silence est observée, pour « la mort du CHM.

« Des mesures pour faire venir des médecins »

« Avec plus de moyens, des morts auraient pu être évitées », dénonce Naouëlle Bouabbas, chirurgien-dentiste au CHM, pensant notamment au service des urgences. « Il nous est de plus en plus difficile d’assurer des soins de qualité », confie Sophie Fouchard, une des médecins qui a organisé la mobilisation de ce jour. « Il faut des mesures pour faire venir des médecins qui s’investissent sur le long terme », martèle celle qui assure que les équipes médicales tirent sur la ficelle.

Les réunions avec les différentes instances concernées n’auraient pas abouti, alors que les manifestants affirment alerter sur la situation dégradée de l’hôpital depuis plusieurs mois. Les visites ministérielles sur le territoire, au cours desquelles le SPHM a pu exprimer ses attentes lors de réunions, n’ont pas non plus porté leurs fruits. « Aujourd’hui, tout reste lettre morte », regrette Sophie Fouchard.

L’arrivée des Padhue (Praticiens diplômés hors Union Européenne) interpelle également les médecins actuellement en place à Mayotte. Le manque d’équivalence de diplôme inquiète sur la bonne prise en charge des patients et montre, selon plusieurs manifestants, le choix d’une solution de facilité. « Ils vont faire la même chose que nous en étant payé quatre fois moins », s’insurge Charlène Ledoux, médecin et vice-présidente du SPHM.

Personne ne peut affirmer combien de temps durera la grève, mais sûrement « pas longtemps », comme l’affirment plusieurs médecins, qui ne souhaitent pas mettre davantage en danger la santé des patients. La direction du CHM a proposé un rendez-vous à midi aux grévistes, mais ces derniers affirment ne pas être dupes, à l’image de Charlène Ledoux. « On sait que c’est pour la forme », avance celle qui voit la manifestation de ce lundi comme un cri d’alerte.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1093

Le journal des jeunes

À la Une

Un jeune homme de 22 ans tué à Bonovo ce samedi

Un jeune homme, âgé de 22 ans, a été retrouvé mort avec une large plaie à l’arrière du cou, dans la soirée de samedi,...

Elections législatives : douze candidats à l’assaut des deux circonscriptions mahoraises

La liste des candidats mahorais pour les élections législatives des 30 juin et 7 juillet est désormais connue. Quatre seulement se présentent dans la...

Théophane « Guito » Narayanin ne sera pas candidat aux élections législatives

Battu par Estelle Youssouffa en 2022, au second tour des élections législatives, Théophane « Guito » Narayanin a indiqué par un communiqué, ce vendredi,...

Le Rassemblement national sera défendu par Anchya Bamana

Anchya Bamana est investie officiellement candidate Rassemblement national pour les élections législatives du 30 juin et 7 juillet dans la deuxième circonscription de Mayotte....

Élection au Medef : L’assemblée générale de ce vendredi ajournée par la justice

Saisi par Nizar Assani Hanaffi via un référé, le tribunal judiciaire de Mamoudzou annule ce jeudi les décisions prises par le conseil d’administration du...