À Tsingoni, la répartition des subventions associatives crée l’indignation

À lire également

Les danses traditionnelles mahoraises deviennent un sport à part entière

C’est une idée on ne peut plus originale qui a émergé dans la tête d’un amoureux des danses traditionnelles locales. Mansour Ramia est à l’origine de Moovafrica, un programme de sport basé sur les danses de chez nous. Le concept est adopté à l’international par des centaines de milliers de personnes. Aujourd’hui, le fondateur a besoin de passer à l’étape supérieure, mais le parcours n’est pas de tout repos.

Munia Dinouraini, une benjamine prête à redistribuer les cartes de la politique

Novice en politique, la benjamine de 27 ans du nouveau conseil municipal de Mamoudzou, membre de la majorité, ne veut pas faire de la figuration au cours des six prochaines années. Au contraire, elle compte bien jouer des coudes pour se faire entendre et défendre ses dossiers avec hargne. Portrait d’une enfant de M’Tsapéré, prédestinée à un tel engagement. 

Julien Kerdoncuf, sous-préfet à Mayotte en charge de la lutte contre l’immigration clandestine : “Nous n’avons pas constaté d’arrivées de kwassas liés au Covid”

Alors que l’épidémie de Covid-19 continue sa propagation à Mayotte et que le flou règne sur la situation sanitaire en Union des Comores, la LIC se poursuit, d’ailleurs amplifiée pour limiter l’impact que pourrait avoir l’importation de nouveaux cas sur le territoire. Pour autant, après une baisse, les arrivées de kwassas tendent à reprendre depuis quelques jours, sans qu’elles ne soient a priori imputables au Covid-19. Le point avec Julien Kerdoncuf, sous-préfet délégué à la lutte contre l’immigration clandestine. 

Discorde à la mairie de Mamoudzou

Rien ne va plus à la mairie de Mamoudzou. L’opposition sort les griffes via un courrier envoyé le 23 avril, demandant au maire de réunir les conseillers municipaux. Le courrier signé par neuf d’entre eux pointe du doigt la politique de la mairie pendant la crise sanitaire. L’équipe du maire Mohamed Majani dénonce un coup politique.

Le 30 mai, la mairie de Tsingoni a présenté la distribution des budgets à destination des associations de la commune. Une répartition qui ne plaît pas à tout le monde et qui crée des hauts mais surtout des débats.

24.000 euros, soit 14% du budget annuel des associations, c’est ce que représente le montant attribué pour le clip de la chanteuse Zily par la municipalité de Tsingoni ce dimanche 30 mai. Une décision qui passe mal alors que le tournage ne serait même pas réalisé dans la localité. Mais ce n’est pas tout, l’association qui aurait obtenu cette enveloppe n’en serait pas une… À en croire son numéro de Siret, Yeka Music est une entreprise basée à Châteauroux, dans l’Indre. Une information qui a mis le feu au poudre et qui expliquerait la colère de l’opposition à la mairie de Tsingoni. “Nous ne comprenons pas cette décision”, s’exclame Ibrahima Abdoul Hanyou. “On nous a présenté un tableau qui n’est pas assez détaillé. Nous soupçonnons des financements occultes et nous allons attaquer cette décision au tribunal. Il n’est pas normal qu’un tel budget ne soit pas attribué aux associations de la commune qui œuvrent sur notre territoire”, poursuit-il.

tsingoni-repartition-subventions-associatives-cree-indignation

 

Les associations se mobilisent…

 

La coordinatrice de l’office municipal des sports et entraîneuse de l’équipe Combani Handball, Babja Faoula, déplore un contexte déjà compliqué pour les associations sportives. “Auparavant dans notre club, nous avions 200 licenciés. Depuis la crise sanitaire, nous n’en avons plus que 100. Il faut aujourd’hui relancer notre activité, attirer de nouveaux jeunes, racheter du matériel… Pour cela, il faut des budgets conséquents et bien que nous ayons reçu une subvention de 2.000 euros, nous n’irons pas bien loin”, s’agace-t-elle. Avant d’ajouter : “Je crains que beaucoup d’associations soient dans le même cas de figure que nous et se tournent vers l’OMS pour demander des fonds. Malheureusement, nous ne pouvons pas répondre aux besoins de tous.

Sur Facebook, les internautes incrédules ne décolèrent pas. Ils demandent aux élus de justifier leur choix quant à ce montant accordé aux structures sportives qui accueillent et encadrent pourtant les jeunes de la commune. Une somme qu’ils considèrent dérisoire en comparaison à celle octroyée à Zily pour le tournage de son clip. “Tout le monde a remarqué la grosse différence de budget donné par la mairie à cette chanteuse et au reste des associations. Je pense que nous allons lancer des démarches et nous regrouper avec les autres associations pour faire appel de cette décision auprès de la mairie de Tsingoni”, prévient Babja Faoula.

 

… les élus répondent

 

De son côté, le maire de Tsingoni, Mohamed Bacar, dit ne pas se sentir inquiété par ces accusations. “La commune ne s’exprimera pas à ce sujet”, fulmine-t-il. Preuve en est avec Ambass Ridjali, directeur général administratif en charge de la culture et du sport, qui préfère se ranger derrière la décision votée par le conseil municipal. “Les associations et l’opposition peuvent nous insulter et aller au tribunal administratif, le conseil municipal est serein”, s’agace Mohamed Bacar, visiblement très irrité par les attaques prononcées contre lui et les membres de son équipe. Ambiance !

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayottehebdo n°960

Le journal des jeunes

À la Une

Issihaka Abdillah : « Le paysage politique mahorais est encore très incertain »

À l’annonce des résultats du scrutin pour ce premier tour des élections départementales, certains candidats de l’île étaient déjà en train de nouer les...

Medef : Carla Baltus et sa liste reconduites à l’unanimité à Mayotte

Sans surprise, la présidente sortante du Medef Mayotte a été réélue par les adhérents du syndicat patronal. Elle repart donc pour un mandat de...

Abstention à Paris, renouvellement à Mayotte

Au centre du jeu politico-médiatique, le chef de l’État, Emmanuel Macron, doit scruter les élections départementales et régionales avec une attention particulière. C’est un...

Après plus d’un an d’absence, les cafés Naturalistes signent leur grand retour à Mayotte

Crise sanitaire oblige, les Naturalistes de Mayotte ont dû mettre en stand-by leurs conférences mensuelles, qui signent leur retour ce mardi 22 juin au...

Le cabinet mahorais de conseil au service de l’entrepreneuriat féminin depuis 20 ans

Le 15 juin dernier, le cabinet mahorais de conseil soufflait ses vingt bougies. L’occasion pour sa fondatrice et gérante, Sanya Youssouf, de rappeler son...