Transports | Mamoudzou mise sur le covoiturage

Transports | Mamoudzou mise sur le covoiturage L'équipe de la CADEMA, en compagnie du directeur développement durable de la ville Mamoudzou lors de la présentation de la Semaine de la mobilité.

Dans le cadre de la Semaine européenne de la mobilité (SEM), la Communauté d’agglomération Dembéni-Mamoudzou (CADEMA) et la ville de Mamoudzou organisent, du 19 au 22 septembre prochains, plusieurs actions pour promouvoir les modes de déplacement alternatifs à la voiture à Mamoudzou. Durant ces trois jours, le parking "croisiéristes", à la barge, sera gratuit toute la journée pour encourager  l’émergence du covoiturage dans la capitale.

"Chaque jour, ce sont 9 000 véhicules qui traversent Mamoudzou". Lors de son discours sur la présentation de la Semaine européenne de la mobilité (SEM), vendredi, le directeur développement durable de Mamoudzou, Sidi Hamada Moukou, a insisté sur l'importance de "favoriser une prise de conscience collective" sur la nécessité d'agir contre les émissions de gaz à effet de serre dans le 101ème département. Pour y parvenir, la Communauté d'agglomération Dembéni-Mamoudzou (CADEMA) ainsi que la ville de Mamoudzou vont organiser trois jours d'actions, du 19 au 22 septembre prochains, intitulés "Mix and move", afin de promouvoir "les bonnes pratiques en matière de transports". L'accent sera donc mis sur les solutions de transports partagés comme le covoiturage, l'auto-partage ou encore les deux-roues en libre-service. Actuellement, la CADEMA concentre près de deux tiers des déplacements à Mayotte et au vu du nombre de véhicules - en constante augmentation - la formation d'embouteillages est "inévitable" et "cela influe sur l'environnement et la santé de chacun". 

Plusieurs actions sont donc prévues durant ces trois jours, comme la participation à la 4ème journée nationale de la qualité de l'air le 19 septembre ou l'organisation d'une grande balade "modes actifs" du rond-point du Baobab au rond-point Commandant Passot pour "apprendre à circuler autrement", le samedi 22 septembre. Le public est invité à venir en vélo, en trottinette, à pieds… "Améliorer les modes actifs figurent parmi les priorités de la CADEMA", a expliqué Mohamed Hamissi, chef de projet Transport et déplacements à la communauté d'agglomération. Cette opération sera suivie de l'intervention d'un expert de l'Agence régionale de santé (ARS) sur les bienfaits de l'activité physique. Pour clôturer cette semaine de sensibilisation, une séance de fitness "Moovafrica", menée par l'association SUA, sera organisée. "À ce jour, cette discipline est la plus pratiquée dans l'océan Indien et est reconnue par le Ministère de la santé", a rappelé la ville de Mamoudzou. 

Un stationnement gratuit 

Pour arriver à réduire les émissions de gaz à effet de serre, la ville de Mamoudzou a décidé de miser sur le covoiturage. "C'est une pratique en développement qui constitue un mode de déplacement nouveau, complémentaire des autres modes de transports et respectueux de l'environnement", a souligné la CADEMA. Si le principal intérêt du covoiturage reste pour ses utilisateurs la diminution des frais de déplacement (essence, stationnement ou encore contraventions), cette pratique permet surtout, à plus grande échelle, de réduire la circulation automobile et ses conséquences néfastes : embouteillages, pollution, bruit et accidents de la route. Il aurait également, d'après le service public de covoiturage au quotidien pour tous, un impact positif sur le stress et la fatigue. Dans cette optique, la ville va mettre à disposition les cinquante places du parking "croisiéristes", au niveau de la barge, pour évaluer la demande du public. Toute la journée, le stationnement sera gratuit, sous certaines conditions, pour "les personnes venant travailler la journée", dans la capitale. En effet, l'usager devra transporter au minimum deux passagers et devra arriver entre 7h30 et 8h30 pour ne repartir qu'après 15h30. "Nous fermerons le portillon du parking vers 9h. Les premiers arrivés seront les premiers servis", a annoncé Sony Chamsidine, de la CADEMA. Un macaron sera également distribué aux conducteurs. "Aujourd'hui, 20 millions de personnes pratiquent le covoiturage en métropole. Si nous constatons que cela ne marche pas, nous continuerons notre sensibilisation. Les actions ne sont pas imposées mais mises à l'essai", a conclu Sidi Hamada Moukou.

 

Abonnement Mayotte Hebdo