Free Porn

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Sénatoriales 2023 : Thani repart au Sénat, Saïd Omar Oili y va avec lui

À lire également

Les danses traditionnelles mahoraises deviennent un sport à part entière

C’est une idée on ne peut plus originale qui a émergé dans la tête d’un amoureux des danses traditionnelles locales. Mansour Ramia est à l’origine de Moovafrica, un programme de sport basé sur les danses de chez nous. Le concept est adopté à l’international par des centaines de milliers de personnes. Aujourd’hui, le fondateur a besoin de passer à l’étape supérieure, mais le parcours n’est pas de tout repos.

Munia Dinouraini, une benjamine prête à redistribuer les cartes de la politique

Novice en politique, la benjamine de 27 ans du nouveau conseil municipal de Mamoudzou, membre de la majorité, ne veut pas faire de la figuration au cours des six prochaines années. Au contraire, elle compte bien jouer des coudes pour se faire entendre et défendre ses dossiers avec hargne. Portrait d’une enfant de M’Tsapéré, prédestinée à un tel engagement. 

Discorde à la mairie de Mamoudzou

Rien ne va plus à la mairie de Mamoudzou. L’opposition sort les griffes via un courrier envoyé le 23 avril, demandant au maire de réunir les conseillers municipaux. Le courrier signé par neuf d’entre eux pointe du doigt la politique de la mairie pendant la crise sanitaire. L’équipe du maire Mohamed Majani dénonce un coup politique.

Julien Kerdoncuf, sous-préfet à Mayotte en charge de la lutte contre l’immigration clandestine : “Nous n’avons pas constaté d’arrivées de kwassas liés au Covid”

Alors que l’épidémie de Covid-19 continue sa propagation à Mayotte et que le flou règne sur la situation sanitaire en Union des Comores, la LIC se poursuit, d’ailleurs amplifiée pour limiter l’impact que pourrait avoir l’importation de nouveaux cas sur le territoire. Pour autant, après une baisse, les arrivées de kwassas tendent à reprendre depuis quelques jours, sans qu’elles ne soient a priori imputables au Covid-19. Le point avec Julien Kerdoncuf, sous-préfet délégué à la lutte contre l’immigration clandestine. 

Saïd « S2O » Omar Oili (Néma) et Thani Mohamed Soilihi (Renaissance) ont remporté le second tour des élections sénatoriales, ce dimanche. Le deuxième a bénéficié d’un important report de voix au détriment de Zaïdou Tavanday (Les Républicains). Anchya Bamana (85 voix), Aminat Hariti (21) et Siaka Mahamoudou (7) complètent les résultats du second scrutin.

« Ça été compliqué, surtout quand on a vu les résultats du premier tour, mais on a su se remobiliser », lâche Houssamoudine Abdallah, le maire de Sada et directeur de campagne de Thani Mohamed Soilihi. Le sénateur sortant, étiqueté Renaissance (ex-La République en marche), a eu chaud, en ce dimanche de sénatoriales. A la sortie du premier tour, il était à la troisième place avec 185 voix, derrière Saïd Omar Oili (239) et Zaïdou Tavanday (218). Mais comme souvent, les alliances d’entre-tour ont forgé le destin de cette élection particulière, qui se joue en une journée. En effet, quatre candidats sur les dix ont préféré ne pas se présenter au second tour. Et pas des moindres puisque Nadjim Ahamada (121), Abdoul Doukaïni (84), Mouslim Abdourahamane (41) et Salim Nahouda (39) avaient un stock non négligeable de suffrages. Le candidat MDM, alors quatrième, a rallié le camp du sénateur sortant. Le maire de Bouéni, s’il s’est présenté en tant qu’indépendant, s’inscrit du côté de la majorité présidentielle, tout comme Thani. Assez inquiet, ces dernières semaines, et critiqué en tant que seul candidat présentant un bilan au Sénat, le Sadois retourne finalement au Palais du Luxembourg pour une troisième fois grâce à ses 257 voix.

Les LR toujours aussi divisés

Alors qu’il espérait compter sur les voix du conseil municipal de Mamoudzou, le plus gros contingent de cette élection, Zaïdou Tavanday a peu progressé entre les deux tours (229 voix au final). Il n’en a trouvé que onze de plus (+72 pour Thani Mohamed Soilihi). Il n’a même pas bénéficier du report de voix de son collègue Les Républicains, Abdoul Doukaïni. Ce dernier indiquait simplement « ne pas être candidat au second tour », sans donner publiquement de consignes de vote.

Plus à l’aise qu’en 2017 où il avait vu les postes de sénateurs dévolus à Thani Mohamed Soilihi et Abdallah Assani, Saïd Omar Oili semblait plus confiant et n’a jamais quitté la première place durant tout ce dimanche d’élection (293). « C’est une victoire tout simplement méritée, pas seulement au niveau du score. Vu mon expérience en matière politique et mon engagement pour l’île, les grands électeurs m’ont mis largement en tête avec presque 300 voix », réagit l’ancien président du consécartant l’idée de revanche. L’actuel maire de Dzaoudzi-Labattoir et président de la communauté de communes de Petite-Terre a d’ores et déjà promis, « pour se tenir au fait de ce qui se passe à Mayotte », de rester à la fois aux conseils municipal et communautaire.

Ça ne passe pas pour Anchya et Nahouda

L’ancienne maire de Sada, Anchya Bamana, n’a pas réussi à convaincre et termine à la quatrième place au second tour (85 voix). Beaucoup d’élus de son fief, le maire en tête, ont préféré soutenir le candidat sortant. Pour Salim Nahouda, qui s’est montré offensif et a pu compter sur le soutien de la députée Estelle Youssouffa, c’est la douche froide. Il n’a collecté que 39 voix au premier tour et ne s’est pas représenté ensuite. Le syndicaliste a sans doute été handicapé par le manque de réseau parmi les grands électeurs. Vice-présidente du syndicat des Eaux de Mayotte, Aminat Hariti a payé, elle, le bilan de la collectivité dans la crise de l’eau. Si elle améliore son score entre les deux tours, l’ex-suppléante de Thani Mohamed Soilihi n’engrange que 21 suffrages. Peu connu des grands électeurs, Siaka Mahamoudou ne pouvait espérer mieux que la dernière place, comptabilisant sept voix seulement au second tour.

Déjà candidat en 2017, il peut se préparer maintenant à 2029, la prochaine échéance où Saïd Omar Oili et Thani Mohamed Soilihi devront remettre leurs postes de sénateurs en jeu.

Les résultats des Sénatoriales 2023 à Mayotte

Le second tour

Saïd Omar-Oili* (remplaçante : Sitirati Mroudjae) : 293 voix, Thani Mohamed Soilihi (Salama Ramia) : 257, Zaïdou Tavanday (Marise Ali) : 229, Anchya Bamana (Soumaïla Daoudou) : 85, Aminat Hariti (Oussouldine Abdou) : 21, Siaka Mahamoudou (Charifia Mgazi) : 7. Huit abstentions, quatre blancs et deux nuls.

*En gras, les sénateurs élus

Le premier tour

Saïd Omar-Oili (remplaçante : Sitirati Mroudjae) : 239 voix, Zaïdou Tavanday (Marise Ali) : 218, Thani Mohamed Soilihi (Salama Ramia) : 185, Nadjim Ahamada (Tayza Abdallah) : 121, Anchya Bamana (Soumaïla Daoudou) : 90, Abdoul Doukaïni (Anrifia Saïdina) : 84, Mouslim Abdourahamane (Achiaty Attoumani) : 41, Salim Nahouda (Zaïna Assani) : 39, Aminat Hariti (Oussouldine Abdou) : 11, Siaka Mahamoudou (Charifia Mgazi) : 8. Douze abstentions, un blanc et deux nuls.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1090

Le journal des jeunes

À la Une

Le branle-bas de combat au centre hospitalier

Le service des urgences du centre hospitalier de Mayotte (CHM) tourne avec quatre médecins de jours et trois médecins de nuit, se défend la...

Omar : « C’est chez moi ici, je ne partirai pas »

Des tôles déformées, des cendres et des trous encore fumants sont les restes du chalet d’Omar. L’exploitation de l’agriculteur de M’tsapéré, ciblée régulièrement par...

Musique traditionnelle et électro s’accordent au festival Kayamba

La sixième édition du festival de musique traditionnelle et électronique se déroulera du vendredi 31 mai au samedi 1er juin. Deux dates pour deux...

Les jeunes du RSMA sensibilisés aux violences contre les femmes

Le régiment du service militaire adapté (RSMA) de Mayotte a reçu, ce mardi 28 mai, la cinquième édition de la journée de lutte contre...

« On va partir et voyager autour de l’Europe »

Le mois de l’Europe est célébré pendant tout le mois de mai, dans l’ensemble des États membres afin de rendre hommage à la date...