Projet de loi Mayotte : “Nous ne pouvons plus être la sous-région de La Réunion”

À lire également

Les danses traditionnelles mahoraises deviennent un sport à part entière

C’est une idée on ne peut plus originale qui a émergé dans la tête d’un amoureux des danses traditionnelles locales. Mansour Ramia est à l’origine de Moovafrica, un programme de sport basé sur les danses de chez nous. Le concept est adopté à l’international par des centaines de milliers de personnes. Aujourd’hui, le fondateur a besoin de passer à l’étape supérieure, mais le parcours n’est pas de tout repos.

Munia Dinouraini, une benjamine prête à redistribuer les cartes de la politique

Novice en politique, la benjamine de 27 ans du nouveau conseil municipal de Mamoudzou, membre de la majorité, ne veut pas faire de la figuration au cours des six prochaines années. Au contraire, elle compte bien jouer des coudes pour se faire entendre et défendre ses dossiers avec hargne. Portrait d’une enfant de M’Tsapéré, prédestinée à un tel engagement. 

Julien Kerdoncuf, sous-préfet à Mayotte en charge de la lutte contre l’immigration clandestine : “Nous n’avons pas constaté d’arrivées de kwassas liés au Covid”

Alors que l’épidémie de Covid-19 continue sa propagation à Mayotte et que le flou règne sur la situation sanitaire en Union des Comores, la LIC se poursuit, d’ailleurs amplifiée pour limiter l’impact que pourrait avoir l’importation de nouveaux cas sur le territoire. Pour autant, après une baisse, les arrivées de kwassas tendent à reprendre depuis quelques jours, sans qu’elles ne soient a priori imputables au Covid-19. Le point avec Julien Kerdoncuf, sous-préfet délégué à la lutte contre l’immigration clandestine. 

Discorde à la mairie de Mamoudzou

Rien ne va plus à la mairie de Mamoudzou. L’opposition sort les griffes via un courrier envoyé le 23 avril, demandant au maire de réunir les conseillers municipaux. Le courrier signé par neuf d’entre eux pointe du doigt la politique de la mairie pendant la crise sanitaire. L’équipe du maire Mohamed Majani dénonce un coup politique.

Ce lundi 3 mai au lycée des Lumières de Kawéni avait lieu le séminaire de lancement du projet de loi “Mayotte”. Les représentants institutionnels présents ce jour sont revenus tour à tour sur les problématiques inhérentes au territoire mahorais. Le député Mansour Kamardine n’a quant à lui pas caché sa lassitude concernant la dépendance de l’île aux parfums vis-à-vis de sa voisine réunionnaise.

Mayotte est aujourd’hui dos au mur, l’État n’a pas à choisir ce qui est bon pour nous. Il faut que les Mahorais saisissent cette opportunité d’être entendus et que les choses avancent.” À l’occasion du lancement de la consultation pour le projet de loi Mayotte, le parlementaire Mansour Kamardine a rappelé que “l’égalité sociale” demeure pour lui un enjeu central à Mayotte. Afin de travailler sur cette thématique deux délégués choisis par la préfecture seront chargés de recenser les propositions traitant de « l’égalité des droits sociaux”. Leur objectif ? Le rattrapage général des cotisations sociales avec un alignement de celles-ci avec la métropole à l’horizon 2036. Une promesse qui ne date pas d’hier. En effet, dix ans après la départementalisation du territoire, de nombreuses divergences subsistent encore entre les prestations sociales en métropole et celles à Mayotte.

 

Traduire ce projet en article de loi

 

Nous sommes le ministère qui connaît le mieux les spécificités des territoires ultramarins. Nous sommes ici pour jouer un rôle d’avocat et convaincre les autres ministères. À terme, notre mission sera de traduire ce projet en article de loi.” Par ces mots, la directrice générale des Outre-mer, Sophie Brocas, affiche sa volonté d’agir pour l’avenir de Mayotte et de défendre les intérêts des citoyens de l’île. Pour rappel, le projet de loi “Mayotte” s’articulera autour de quatre autres thématiques : la sécurité et l’immigration, le développement accéléré du territoire, la jeunesse et l’insertion et le renforcement du conseil départemental. “Tout remontera à Paris, il y aura un énorme travail de synthèse.” Jean-François Colombet, préfet de Mayotte, s’engage avec ses collaborateurs à prendre en compte chaque idée, chaque projet, chaque proposition formulée par les citoyens du 101ème département…

À la suite de la proposition minimaliste du gouvernement d’ouvrir un seul créneau par semaine à la compagnie aérienne Air France à destination de Mayotte, celle-ci rebrousse finalement chemin. Selon le député Mansour Kamardine, encore une fois, l’État se plie aux désidératas de La Réunion et condamne Mayotte à devenir le seul département français à ne pas être desservi par la compagnie nationale. “Il y en a marre. Nous ne pouvons plus être la sous-région de La Réunion.” Reste à savoir si les habitants s’exprimeront en masse au cours de la concertation qui doit s’étaler jusqu’au 21 mai.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°955

Le journal des jeunes

À la Une

Loi Mayotte : Les motifs impérieux s’invitent dans les débats, portés par un groupe de médecins du CHM

En pleine audience du préfet pour la consultation sur la loi programme, des personnels soignants ont décidé d'interpeller le représentant de l’État au sujet...

Réouverture des salles de sport à Mayotte : une bouffée d’oxygène après trois mois sous tension

Après trois longs mois de fermeture, les salles de sport de Mayotte peuvent à nouveau accueillir du public depuis ce lundi. Malgré les difficultés...

Ramlati Ali : « Le gouvernement n’a pas découragé Air France, la discussion est en cours »

Piste longue, non-venue d'Air France, campus connecté, grève des sages-femmes. Au cours de la dernière semaine, la député de la majorité, Ramlati Ali, a...

Le CNAM et le rectorat de Mayotte s’allient pour la formation professionnelle

Le conservatoire national des arts et des métiers et le rectorat de Mayotte viennent de signer un accord cadre pour mutualiser leurs réseaux afin...

Tortues : deux braconniers condamnés à 18 mois de prison ferme par la chambre d’appel de Mamoudzou

Ce jeudi 6 mai avait lieu le procès en appel de deux braconniers de tortues interpellés au mois de février en Petite-Terre. Résultat ?...