L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Votez !

Post-élection aux Comores : L’Union européenne et la France expriment leur « préoccupation »

À lire également

Les danses traditionnelles mahoraises deviennent un sport à part entière

C’est une idée on ne peut plus originale qui a émergé dans la tête d’un amoureux des danses traditionnelles locales. Mansour Ramia est à l’origine de Moovafrica, un programme de sport basé sur les danses de chez nous. Le concept est adopté à l’international par des centaines de milliers de personnes. Aujourd’hui, le fondateur a besoin de passer à l’étape supérieure, mais le parcours n’est pas de tout repos.

Munia Dinouraini, une benjamine prête à redistribuer les cartes de la politique

Novice en politique, la benjamine de 27 ans du nouveau conseil municipal de Mamoudzou, membre de la majorité, ne veut pas faire de la figuration au cours des six prochaines années. Au contraire, elle compte bien jouer des coudes pour se faire entendre et défendre ses dossiers avec hargne. Portrait d’une enfant de M’Tsapéré, prédestinée à un tel engagement. 

Discorde à la mairie de Mamoudzou

Rien ne va plus à la mairie de Mamoudzou. L’opposition sort les griffes via un courrier envoyé le 23 avril, demandant au maire de réunir les conseillers municipaux. Le courrier signé par neuf d’entre eux pointe du doigt la politique de la mairie pendant la crise sanitaire. L’équipe du maire Mohamed Majani dénonce un coup politique.

Julien Kerdoncuf, sous-préfet à Mayotte en charge de la lutte contre l’immigration clandestine : “Nous n’avons pas constaté d’arrivées de kwassas liés au Covid”

Alors que l’épidémie de Covid-19 continue sa propagation à Mayotte et que le flou règne sur la situation sanitaire en Union des Comores, la LIC se poursuit, d’ailleurs amplifiée pour limiter l’impact que pourrait avoir l’importation de nouveaux cas sur le territoire. Pour autant, après une baisse, les arrivées de kwassas tendent à reprendre depuis quelques jours, sans qu’elles ne soient a priori imputables au Covid-19. Le point avec Julien Kerdoncuf, sous-préfet délégué à la lutte contre l’immigration clandestine. 

La porte-parole du service diplomatique de l’Union européenne s’est dit préoccupée par rapport aux informations qui font état de violence post-électorale et d’affrontements entre opposants et forces de sécurité. Entre-temps, trois opposants ont contesté la victoire d’Azali Assoumani devant la haute cour.

La journée du vendredi a plutôt été calme dans la capitale Moroni, mais la ville semblait morte. L’appel à manifester après la prière hebdomadaire, lancé par l’opposition, n’a pas eu de répondants. On ignore pourquoi les rassemblements n’ont pas eu lieu. Toutefois, cela n’a pas empêché l’Union européenne de réagir par rapport aux évènements de ces derniers jours, notamment les vagues de contestation qui ont ébranlé Moroni. Dans une déclaration publiée ce 19 janvier, la porte-parole de l’UE pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, a rappelé que « l’Union européenne suit de près le déroulement des élections du Président et des gouverneurs aux Comores, qui ont eu lieu le 14 janvier 2024 ». La diplomatie européenne dit prendre acte des résultats provisoires annoncés par la commission électorale indépendante (Ceni), le 16 janvier. Toutefois, a-t-elle poursuivi, « nous prenons note avec inquiétude des accusations, formulées par l’opposition, de dysfonctionnements, irrégularités et fraude électorales ». Ils ont cité aussi l’accréditation sélective et tardive octroyée aux observateurs électoraux. Les accréditations ont été délivrées la veille, tard dans la soirée. « Il était minuit quand nous les avions reçues », a confirmé un des observateurs. La porte-parole de l’Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité a exprimé sa préoccupation sur les émeutes qui ont éclaté depuis mercredi paralysant la capitale durant deux jours. « L’UE est particulièrement préoccupée par les informations faisant état de violence post-électorale et d’affrontements entre opposants et forces de sécurité – qui auraient fait au moins un mort et six blessés le 18 janvier », a ajouté Nabila Massrali, qui appelle « tous les acteurs à faire valoir leurs intérêts légitimes en respectant la légalité et rappelle l’obligation des autorités comoriennes de garantir en tout moment le droit à la liberté d’expression, de réunion et de manifestation pacifique ».

Routes barrées

La diplomatie française silencieuse jusqu’ici a également indiqué pour sa part qu’elle suit avec attention la situation actuelle en Union des Comores tout en exprimant sa préoccupation face aux tensions et aux violences de ces derniers jours. Depuis mercredi, la rue conteste la victoire d’Azali Assoumani. Ces émeutes ont fait un mort et plusieurs blessés, selon un bilan officiel. Paris appelle tous les acteurs comoriens à la retenue et au dialogue. Après un premier communiqué du 15 janvier où ils félicitaient le peuple comorien pour sa participation aux élections, les États-Unis reconnaissent désormais que les préoccupations sérieuses soulevées après la publication des résultats publiés mardi par la commission électorale doivent être abordées pour « maintenir la paix et le bien-être de la nation ». Dans sa déclaration de ce vendredi 19 janvier, l’ambassade des États-Unis aux Comores appelle les autorités à assurer une totale transparence et une clarification des résultats annoncés mardi qui placent Azali Assoumani en tête avec 62.97%, avant la certification de la cour suprême. La haute cour a jusqu’au 30 janvier pour publier les résultats définitifs. A ce propos, trois candidats, dont le docteur Salim Issa du parti Juwa ont déjà introduit des requêtes auprès de la haute cour. Selon la loi, toute contestation devait parvenir à la cour suprême au plus tard samedi. L’ancien ministre de l’Intérieur, Abdallah Mohamed « Kiki » Daoudou, réclame l’annulation du vote du 14 janvier et pointe des bourrages d’urnes. Le dernier candidat qui a saisi le juge du contentieux électoral est le leader du mouvement Woneha, Hamidou Bourhane. Les partisans du président Azali eux, veulent une révision du taux de participation (16.30% selon la Ceni), selon eux pas conforme. Si les gens ne doutent pas une seule seconde que le score recueilli par l’ex-putschiste sera révisé, les chances de voir la cour suprême aller à l’encontre de la Ceni sont en revanche plus que minces pour ne pas dire inexistantes. En attendant, en dépit de l’accalmie retrouvée, à Moroni, la population vit dans l’incertitude.
D’ailleurs, vendred,i de nombreuses localités avaient manifesté à travers la Grande Comore, après la prière hebdomadaire, scandant des slogans hostiles au président Azali Assoumani. Au sud, des routes étaient barrées, à l’instar de Singani, la localité d’origine du président de la Ceni. En France, la diaspora organisait, ce dimanche, une manifestation à la place d’Aix à Marseille.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte hebdo n°1084

Le journal des jeunes

À la Une

Un nouveau cas de choléra détecté à Koungou ce jeudi

La préfecture de Mayotte et l’Agence régionale de santé (ARS) confirment qu’une nouvelle personne atteinte du choléra a été identifiée, ce jeudi 11 avril....

TME : Catégorie entreprise innovante

Par les perspectives qu’elles offrent pour l’économie mahoraise et les nouvelles filières qu’elles développent, cinq structures ont retenu notre attention dans la catégorie entreprise...

Deux scénarios possibles pour le contournement routier de Combani

Le conseil départemental a décidé, ce mardi, de reprendre la main sur les prochaines étapes de la construction du contournement routier de Combani, le...

Des stades pleins pour les finales des tournois ramadan

Les finales des tournois de ramadan sponsorisés par Orange se sont tenues ce jeudi 11 avril, journée de fête de l’Aïd-el-fitr. Les dernières rencontres...

Comores : Trente-huit détenus s’évadent de la prison de Moroni

Un militaire qui figure parmi les détenus serait à l’origine de la débandade de ce jeudi matin, selon les déclarations du chef du parquet...