Free Porn

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Opération Wuambushu : les maires réaffirment leur mobilisation

À lire également

Les danses traditionnelles mahoraises deviennent un sport à part entière

C’est une idée on ne peut plus originale qui a émergé dans la tête d’un amoureux des danses traditionnelles locales. Mansour Ramia est à l’origine de Moovafrica, un programme de sport basé sur les danses de chez nous. Le concept est adopté à l’international par des centaines de milliers de personnes. Aujourd’hui, le fondateur a besoin de passer à l’étape supérieure, mais le parcours n’est pas de tout repos.

Munia Dinouraini, une benjamine prête à redistribuer les cartes de la politique

Novice en politique, la benjamine de 27 ans du nouveau conseil municipal de Mamoudzou, membre de la majorité, ne veut pas faire de la figuration au cours des six prochaines années. Au contraire, elle compte bien jouer des coudes pour se faire entendre et défendre ses dossiers avec hargne. Portrait d’une enfant de M’Tsapéré, prédestinée à un tel engagement. 

Discorde à la mairie de Mamoudzou

Rien ne va plus à la mairie de Mamoudzou. L’opposition sort les griffes via un courrier envoyé le 23 avril, demandant au maire de réunir les conseillers municipaux. Le courrier signé par neuf d’entre eux pointe du doigt la politique de la mairie pendant la crise sanitaire. L’équipe du maire Mohamed Majani dénonce un coup politique.

Julien Kerdoncuf, sous-préfet à Mayotte en charge de la lutte contre l’immigration clandestine : “Nous n’avons pas constaté d’arrivées de kwassas liés au Covid”

Alors que l’épidémie de Covid-19 continue sa propagation à Mayotte et que le flou règne sur la situation sanitaire en Union des Comores, la LIC se poursuit, d’ailleurs amplifiée pour limiter l’impact que pourrait avoir l’importation de nouveaux cas sur le territoire. Pour autant, après une baisse, les arrivées de kwassas tendent à reprendre depuis quelques jours, sans qu’elles ne soient a priori imputables au Covid-19. Le point avec Julien Kerdoncuf, sous-préfet délégué à la lutte contre l’immigration clandestine. 

Ce jeudi 27 avril, l’association des maires de Mayotte s’est réunie à la mairie de  Mamoudzou, pour notamment échanger sur l’actualité. En fin de réunion, les maires, menés par leur président Madi Madi Souf, ont tenu une conférence de presse pour aborder le point majeur de l’actualité : l’opération Wuambushu et l’intensification des opérations de sécurisation. A Chirongui, au même moment, c’était l’union sacrée des élus, syndicats, collectifs locaux et habitants pour envoyer un message de soutien aux autorités.

Réunis autour de la table, les élus de l’association des maires de Mayotte et des conseillers départementaux ont échangé sur de nombreux points à l’ordre du jour et notamment sur l’opération de lutte contre la délinquance et contre l’habitat insalubre nommée Wuambushu. Au travers d’une déclaration solennelle, « au nom des élus de Mayotte », le président de l’association des maires de Mayotte et premier magistrat de Pamandzi, Madi Madi Souf, s’est exprimé sur la situation « devenue insupportable ».

« Tous les habitants de Mayotte sont privés de leur liberté »

Au travers de son propos, le président a affirmé que « cette violence grandissante a transformé notre île paradisiaque en enfer sur terre ». Il a également tenu a rappelé que les Mahorais avaient confirmé leur choix de s’ancrer dans la République française en 1974, en 1976, en 2000, puis en 2009, lorsque Mayotte a pris le statut administratif de département français. « Cependant, c’est avec désolation que depuis de nombreuses années, tous les habitants de Mayotte sont privés de leur liberté, de certains de leurs droits les plus primaires », ajoute-t-il.  Pour Zamimou Ahamadi, vice-présidente du conseil départemental, « aujourd’hui, on est Français, ça a été très difficile, même si on est Français, les Comores n’acceptent toujours pas le fait que Mayotte est française. On continue le combat, c’est un héritage notre territoire ».

2- Lors de la conférence de presse, chacun à leur tour, les élus ont pu répondre aux questions et donner leur point de vue sur l’opération Wuambushu.

Par la suite, le président de l’association a fait état de l’entrave à la liberté de circulation sur l’île, « par des coupeurs de route, agressant et rackettant nos concitoyens ». Pour lui, la liberté d’entreprendre est aussi touchée, par les incendies des locaux et matériaux, « sans parler de ce climat délétère qui réduit l’attractivité économique au néant ». En complément, Madi Madi Souf, évoque la liberté « de jouir de nos biens » qui est destituée aux habitants lorsque « notre foncier est occupé illégalement, avec le soutien de pseudos associations droits de l’homme ». Enfin, d’un point de vue sécuritaire, les maires jugent que la liberté « d’être tout simplement en sécurité est de plus en plus annihiler à chaque fois que des personnes sont agressées ».

« Un arrêt des inscriptions scolaires » pour les enfants de clandestins

En fin d’année dernière, les maires s’étaient mobilisés pour alerter les institutions nationales en métropole, afin de mettre en exergue la situation de Mayotte et réclamer « un choc de souveraineté » sur ce petit territoire de 374 km². Pour les maires, « cette opération en est la preuve ». C’est dans ce contexte, que les premiers magistrats des villes de Mayotte ont tenu à rappeler qu’ils « soutiennent toute opération qui permettra de ramener paix et sécurité » et qui permettra aussi au 101e département « de sortir de ce chaos ». Concrètement, les maires mahorais demandent au gouvernement « face à l’insurrection actuelle », de déclarer l’état d’urgence à Mayotte, de suspendre instamment la délivrance des titres de séjours à la préfecture de Mamoudzou, de suspendre tout visas d’entrée sur le territoire en provenance de l’Union des Comores. En complément, les maires de Mayotte vont se réunir pour étudier « la question de l’arrêt des inscriptions scolaires de tous les enfants dont les parents sont en situation de clandestinité », complète le président de l’association.

3- Les maires de Mayotte sont « extrêmement fiers » de l’opération, explique Ambdilwahedou Soumaïla, maire de Mamoudzou.

Concernant l’opération Wuambushu, qui a débuté depuis quelques jours sur le territoire, les maires de Mayotte en sont « extrêmement fiers et encourageons à aller encore plus loin dans le temps et plus vite », affirme le maire de Mamoudzou, Ambdilwahedou Soumaïla. Ces opérations de démolition de bidonvilles, « nous les avons demandées, nous les avons souhaitées », réaffirme-t-il. Pour le premier magistrat de Mamoudzou « un bidonville, ça n’a pas lieu d’être en France, donc pas à Mayotte ». Interpellé sur le fait que certains habitants s’étonnaient d’un manque d’informations de la part des premiers magistrats des communes, le maire du chef-lieu a expliqué que, pour lui, « c’est au préfet de donner les détails ». Il a également souligné que « nous encourageons nos populations à nous alerter » et à ne pas faire justice soi-même.

« Tous les maires soutiennent cette opération. Il n’y a jamais eu de convention à signer entre un maire et le préfet concernant l’opération Wuambushu », rappelle le président de l’association des maires.

4- Plus d’un millier de personnes ont convergé vers le sud de Mayotte, jeudi matin, pour affirmer leur soutien à l’État.

Un millier de personnes affichent leur soutien

A Chirongui, il était aussi question d’unité derrière l’État. Près d’un millier de personnes ont rejoint la ville du sud de Mayotte, jeudi matin, pour apporter leur soutien à l’opération. Au milieu des chants et des drapeaux bleu-blanc-rouge, l’ambiance est restée bon enfant. Sur le terrain de foot gorgée d’eau, si certains dans la foule se disaient impatients et « prêts à faire à la place de l’État », le message véhiculé restait celui d’être solidaire avec les forces de l’ordre et Gérald Darmanin, le ministre de l’Intérieur et de l’Outre-mer. « Nous avons foi en notre justice, en notre gouvernement pour mener à bien cette opération. Nous sommes là pour la soutenir », confirme Soula Saïd-Souffou. Le conseiller départemental du canton de Sada-Chirongui était l’un des orateurs du jour, aux côtés des responsables de collectifs locaux et des élus qu’ils soient départementaux ou maires. Le discours, bien qu’appelant à rester aux côtés de l’État, s’est fait plus virulent parfois à l’attention « des associations droits-de-l’hommiste », « la république des juges » et surtout des Comores, rendues coupables d’obstruction au plan initial. « Mayotte n’est pas en état d’urgence, Mayotte est en état de siège », affirme l’élu du canton sur l’estrade, galvanisé par la foule.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1090

Le journal des jeunes

À la Une

Le branle-bas de combat au centre hospitalier

Le service des urgences du centre hospitalier de Mayotte (CHM) tourne avec quatre médecins de jours et trois médecins de nuit, se défend la...

Omar : « C’est chez moi ici, je ne partirai pas »

Des tôles déformées, des cendres et des trous encore fumants sont les restes du chalet d’Omar. L’exploitation de l’agriculteur de M’tsapéré, ciblée régulièrement par...

Musique traditionnelle et électro s’accordent au festival Kayamba

La sixième édition du festival de musique traditionnelle et électronique se déroulera du vendredi 31 mai au samedi 1er juin. Deux dates pour deux...

Les jeunes du RSMA sensibilisés aux violences contre les femmes

Le régiment du service militaire adapté (RSMA) de Mayotte a reçu, ce mardi 28 mai, la cinquième édition de la journée de lutte contre...

« On va partir et voyager autour de l’Europe »

Le mois de l’Europe est célébré pendant tout le mois de mai, dans l’ensemble des États membres afin de rendre hommage à la date...