L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

9000 mercis !

Mayotte 2025 : un an après, 30 % accomplis

À lire également

Les danses traditionnelles mahoraises deviennent un sport à part entière

C’est une idée on ne peut plus originale qui a émergé dans la tête d’un amoureux des danses traditionnelles locales. Mansour Ramia est à l’origine de Moovafrica, un programme de sport basé sur les danses de chez nous. Le concept est adopté à l’international par des centaines de milliers de personnes. Aujourd’hui, le fondateur a besoin de passer à l’étape supérieure, mais le parcours n’est pas de tout repos.

Munia Dinouraini, une benjamine prête à redistribuer les cartes de la politique

Novice en politique, la benjamine de 27 ans du nouveau conseil municipal de Mamoudzou, membre de la majorité, ne veut pas faire de la figuration au cours des six prochaines années. Au contraire, elle compte bien jouer des coudes pour se faire entendre et défendre ses dossiers avec hargne. Portrait d’une enfant de M’Tsapéré, prédestinée à un tel engagement. 

Discorde à la mairie de Mamoudzou

Rien ne va plus à la mairie de Mamoudzou. L’opposition sort les griffes via un courrier envoyé le 23 avril, demandant au maire de réunir les conseillers municipaux. Le courrier signé par neuf d’entre eux pointe du doigt la politique de la mairie pendant la crise sanitaire. L’équipe du maire Mohamed Majani dénonce un coup politique.

Julien Kerdoncuf, sous-préfet à Mayotte en charge de la lutte contre l’immigration clandestine : “Nous n’avons pas constaté d’arrivées de kwassas liés au Covid”

Alors que l’épidémie de Covid-19 continue sa propagation à Mayotte et que le flou règne sur la situation sanitaire en Union des Comores, la LIC se poursuit, d’ailleurs amplifiée pour limiter l’impact que pourrait avoir l’importation de nouveaux cas sur le territoire. Pour autant, après une baisse, les arrivées de kwassas tendent à reprendre depuis quelques jours, sans qu’elles ne soient a priori imputables au Covid-19. Le point avec Julien Kerdoncuf, sous-préfet délégué à la lutte contre l’immigration clandestine. 

“ Faire rentrer Mayotte dans le 21ème siècle”. C’est l’objectif fixé par George Pau-Langevin pour le plan Mayotte 2025. La ministre des outre-mer recevait samedi dernier à Paris des mains du préfet Frédéric Veau et d’une délégation d’élus mahorais (les parlementaires, les présidents du conseil départemental et de l’association des maires) le premier bilan d’étape annuel du document stratégique, qui se décline en 6 axes.

Au 10 juin 2016, 95 actions ont été réalisées sur les 324 fixées il y a un an. 167 actions sont en cours de réalisation et ont déjà fait l’objet de premières mesures prises par les administrations. 61 actions sont à relancer. 1 action présente un risque de blocage, en l’occurrence la modernisation des blocs opératoires du CHM (Centre Hospitalier de Mayotte). “La situation financière difficile dans laquelle se trouve le CHM pose problème”, note la ministre.

Un cadre institutionnel performant

Pour cet axe du plan, les principales avancées sont la mise en place de 5 intercommunalités depuis le 1er janvier dernier, la création de la direction des affaires culturelles par décret le 29 mars dernier.

Les priorités à venir sont la poursuite des efforts en matière de données socio-economiques (adressage prévu cette année et mise en place du cadastre), fiabilisation de l’état civil ou encore la régularisation foncière grâce à la création de l’établissement public foncier et d’aménagement.

Une éducation de qualité

Les principales avancées en termes d’éducation sont le classement de tous les collèges et lycées en REP ou REP+, la création d’internats dans le 2nd degré (l’internat de Dembéni ouvrira la rentrée et trois autres projets sont à l’étude), le maintien de l’effort de constructions scolaires (réception de 217 classes (réhabilitation ou construction) et réfectoires entre 2014 et 2015), le développement de l’offre de restauration collective, la création d’un centre de formation des apprentis académiques (actée en avril 2015) ou encore le déploiement de la garantie jeune (parcours intensif de formation et d’accès à l’emploi) à Mayotte en janvier 2017.

Les priorités à venir sont l’extension du programme “passerelle pour le français” dans le système scolaire et la structuration de la mission locale pour accompagner dans les meilleures conditions le déploiement de la garantie jeune en 2017.

Un tissu économique développé

La principale avancée est le lancement de la ligne directe Dzaoudzi-Paris vendredi dernier. Les priorités à venir sont l’extension du Code du travail au 1er janvier 2018, la mise en place du titre emploi service entreprise et du ticket restaurant, l’effectivité de la garantie des salaires ou encore l’extension à Mayotte de l’aide à l’embauche pour les TPE-PME. Secteur sanitaire et cohésion sociale exemplaires.

La principale avancée est la mise en place de la prime d’activité au 1er juillet 2016. Les priorités à venir sont la mise en place de nombreuses prestations sociales entre 2016 et 2021 et l’extension de la couverture sociale des mahorais (un rapport sur la faisabilité de la CMU-C à Mayotte sera rendu par le gouvernement au parlement fin 2016). Une politique de l’habitat et de la ville adaptée Les principales avancées sont la signature de 16 contrats de ville et 3 opérations de résorption de l’habitat informel et indigne en cours (rénovation urbaine de Mamoudzou, Koungou et Dzaoudzi). La priorité à venir est la création d’un établissement public foncier et de l’aménagement (décret d’application en cours de rédaction).

Une gestion durable des richesses naturelles

La principale avancée est la mise en place d’un plan pour les services d’eau et d’assainissement. Les priorités à venir sont la programmation pluriannuelle de l’énergie, le schéma d’aménagement régional (une première version devra être transmise par le conseil départemental en 2016) et la progression des équipements de traitement des déchets (quais de transfert, fermeture d’anciennes décharges, projets de déchetteries).

Le travail de mise en oeuvre des actions restantes va donc se poursuivre et un nouveau bilan sera effectué au ministère en juin ou juillet 2017. “Esperons que dans un an, Mayotte aura effectué un nouveau pas en avant”, se projette George Pau-Langevin.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1076

Le journal des jeunes

À la Une

Barrages : à quelles aides ont droit les entreprises ?

Sur « potentiellement 5.000 salariés » à Mayotte, indique Christian Pichevin, directeur régional des finances publiques (DRFIP) sur l’île, 300 demandes d’activité partielle auraient été formulées...

VIDEO. Les leaders des Forces vives demandent la levée des barrages

Safina Soula et d'autres représentants des Forces vives ont appelé le reste du mouvement à la levée des barrages ce jeudi matin, lors d’une...

Miréréni-Combani : le conflit intervillages s’enflamme

Le face-à-face entre bandes de délinquants basées à Miréréni et Combani s’était quelque peu tassé avec le mouvement social. Cela n’a pas duré. Les...

Barrages : « La sécurité a toujours été la première revendication de la base »

Ce mercredi, plusieurs barrages sont encore en cours sur l’île, malgré une volonté de levée de la part de la majorité des leaders des...

Barrages : Maintien ou non ? Le flou demeure chez les Forces vives

Représentants des Forces vives et principaux groupes de barragistes peinent à s’entendre et beaucoup de gens sur l’île s’interrogent sur la direction que prend...