L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Marine Le Pen sur son terrain à Mayotte avant les élections européennes

À lire également

Les danses traditionnelles mahoraises deviennent un sport à part entière

C’est une idée on ne peut plus originale qui a émergé dans la tête d’un amoureux des danses traditionnelles locales. Mansour Ramia est à l’origine de Moovafrica, un programme de sport basé sur les danses de chez nous. Le concept est adopté à l’international par des centaines de milliers de personnes. Aujourd’hui, le fondateur a besoin de passer à l’étape supérieure, mais le parcours n’est pas de tout repos.

Munia Dinouraini, une benjamine prête à redistribuer les cartes de la politique

Novice en politique, la benjamine de 27 ans du nouveau conseil municipal de Mamoudzou, membre de la majorité, ne veut pas faire de la figuration au cours des six prochaines années. Au contraire, elle compte bien jouer des coudes pour se faire entendre et défendre ses dossiers avec hargne. Portrait d’une enfant de M’Tsapéré, prédestinée à un tel engagement. 

Discorde à la mairie de Mamoudzou

Rien ne va plus à la mairie de Mamoudzou. L’opposition sort les griffes via un courrier envoyé le 23 avril, demandant au maire de réunir les conseillers municipaux. Le courrier signé par neuf d’entre eux pointe du doigt la politique de la mairie pendant la crise sanitaire. L’équipe du maire Mohamed Majani dénonce un coup politique.

Julien Kerdoncuf, sous-préfet à Mayotte en charge de la lutte contre l’immigration clandestine : “Nous n’avons pas constaté d’arrivées de kwassas liés au Covid”

Alors que l’épidémie de Covid-19 continue sa propagation à Mayotte et que le flou règne sur la situation sanitaire en Union des Comores, la LIC se poursuit, d’ailleurs amplifiée pour limiter l’impact que pourrait avoir l’importation de nouveaux cas sur le territoire. Pour autant, après une baisse, les arrivées de kwassas tendent à reprendre depuis quelques jours, sans qu’elles ne soient a priori imputables au Covid-19. Le point avec Julien Kerdoncuf, sous-préfet délégué à la lutte contre l’immigration clandestine. 

Tout au long du week-end, Marine Le Pen était à Mayotte pour soutenir la candidature de Jordan Bardella aux élections européennes du 9 juin. La cheffe de file des députés du Rassemblement national a profité de son déplacement pour surfer sur ses sujets de prédilection, dont la lutte contre l’immigration clandestine fait intrinsèquement partie.

Dans le cadre de sa tournée en outre-mer en vue des élections européennes, Marine Le Pen s’est rendue, deux jours durant, à Mayotte, après une escale à La Réunion. Celle qui est actuellement la cheffe de file des députés du Rassemblement national a atterri, samedi matin, à l’aéroport Marcel-Henry avec deux objectifs affichés : voguer sur les problématiques migratoires en vigueur à Mayotte, mais aussi rappeler que le président de son parti, Jordan Bardella (venu à Mayotte en décembre 2022), brigue un second mandat à Strasbourg.

Une centaine de personnes ont assisté à un meeting de la cheffe de file des députés Rassemblement national à Cavani.

Chaudement accueillie durant son séjour, Marine Le Pen a aussi profité de ce week-end sur l’île aux parfums pour revenir sur les propos controversés de l’extrême-droite allemande, incarnée par l’Alternative für Deutschland (AfD), au Parlement européen. Ces derniers, qui constituent par ailleurs un allié de poids du Rassemblement national à l’échelle européenne, ont estimé le mercredi 17 avril dans une question écrite adressée à l’assemblée parlementaire allemande que la France devait « restituer l’archipel de Mayotte à l’Union des Comores ». Ce qui n’avait pas manqué de faire réagir Marie Guévenoux, ministre déléguée chargée des outre-mer sur X (ex-Twitter) au lendemain. « Le Rassemblement national n’aime pas Mayotte », taclait la ministre déléguée.

Embarrassée, Marine Le Pen a tenté de tempérer en indiquant qu’elle envisageait une scission avec cet allié politique historique de son parti.  « L’AfD ferait mieux de s’occuper des problèmes de l’Allemagne et je suis fâchée de cette situation », a assuré la dirigeante du RN à son arrivée à l’aéroport. « Je vais leur expliquer la raison pour laquelle les Mahorais ont par trois fois déjà exprimé leur souhait d’être Français », a-t-elle ajouté.

Au chevet des habitants de Cavani

Le même jour, celle qui réclame la fin du droit du sol à l’échelle nationale, pas qu’à Mayotte, s’est rendue à Cavani, dans la commune de Mamoudzou, où les tensions autour des migrants d’Afrique continentale se cristallisent. Face à une centaine de personnes, elle y a tenu un meeting d’une heure – décrit comme un « échange avec les collectifs civils » dans son programme – au cours duquel les critiques acerbes de la politique des gouvernements successifs sous la présidence d’Emmanuel Macron n’ont pas manqué.

Quelques membres du collectifs mobilisés pour le démantèlement du camp de migrants en place sur le stade de Cavani se sont succédé au micro avant de lui laisser la parole. « Je réitère que les Mahorais vous ont donné leur confiance et je pense que cette fois-ci encore ils seront au rendez-vous », a déclaré Safina Soula, porte-parole du collectif des citoyens de Mayotte 2018 et l’une des représentantes des Forces vives.

Marine Le Pen, plébiscitée par les membres des différents collectifs, a d’abord qualifié la première opération Wuambushu « d’échec ». Puis, comme un contre-pied à la prise de position de l’AfD, elle a vertement blâmé la politique étrangère des Comores et les aides françaises dont bénéficient le pays. « Il va falloir siffler la fin de récréation, parce que si on ne le fait pas, Mayotte n’a pas d’avenir », a-t-elle ajouté sur une petite scène, aux côtés du conseiller départemental du canton de Pamandzi, Daniel Zaïdani, et du député européen RN, André Rougé.

Si le premier, considéré comme un des élus mahorais dont elle est le plus proche, était pressenti pour les élections européennes (il pourrait perdre son éligibilité dans le procès des concerts de Sexion d’Assaut), seul Saïdali Boina Hamissi, délégué départemental du RN à Mayotte, devrait figurer sur la liste de Jordan Bardella, le 9 juin.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1090

Le journal des jeunes

À la Une

« Place nette » : un chantier d’embarcations illégales démantelé

L’opération « Place nette » continue à Mayotte. Cette semaine, une action coordonnée entre les services de l’État et la gendarmerie nationale a été menée cette...

De nouveaux cas de choléra détectés à Passamaïnty

Village qui a connu le premier cas de choléra recensé sur le territoire mahorais à la mi-mars, Passamaïnty compte cinq nouveaux cas autochtones, indique...

Assises : Des jumeaux accusés d’une tentative de meurtre à la hache pour un vélo

En février 2021, un jeune homme de 17 ans a reçu un coup de hache à la gorge à Pamandzi, pour une histoire de...

Trail du Caméléon : Pour Moustafa Maouinda, « courir, c’est un médicament »

Le club d’athlétisme de Mamoudzou (Cam) et la mairie de Mamoudzou lancent la quatrième édition du trail du Caméléon, ce dimanche 26 mai. Moustafa...

« Le festival de Cannes de Mayotte côté théâtre »

Pour sa septième édition, le festival de théâtre lycéen Baobab a été inauguré, ce mercredi 22 mai, au lycée des Lumières à Kawéni. Des...