100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Depuis 20 ans à Mayotte !

Marie Grosgeorge, directrice de cabinet du préfet : « Ma priorité absolue est la protection des habitants »

À lire également

Les danses traditionnelles mahoraises deviennent un sport à part entière

C’est une idée on ne peut plus originale qui a émergé dans la tête d’un amoureux des danses traditionnelles locales. Mansour Ramia est à l’origine de Moovafrica, un programme de sport basé sur les danses de chez nous. Le concept est adopté à l’international par des centaines de milliers de personnes. Aujourd’hui, le fondateur a besoin de passer à l’étape supérieure, mais le parcours n’est pas de tout repos.

Munia Dinouraini, une benjamine prête à redistribuer les cartes de la politique

Novice en politique, la benjamine de 27 ans du nouveau conseil municipal de Mamoudzou, membre de la majorité, ne veut pas faire de la figuration au cours des six prochaines années. Au contraire, elle compte bien jouer des coudes pour se faire entendre et défendre ses dossiers avec hargne. Portrait d’une enfant de M’Tsapéré, prédestinée à un tel engagement. 

Julien Kerdoncuf, sous-préfet à Mayotte en charge de la lutte contre l’immigration clandestine : “Nous n’avons pas constaté d’arrivées de kwassas liés au Covid”

Alors que l’épidémie de Covid-19 continue sa propagation à Mayotte et que le flou règne sur la situation sanitaire en Union des Comores, la LIC se poursuit, d’ailleurs amplifiée pour limiter l’impact que pourrait avoir l’importation de nouveaux cas sur le territoire. Pour autant, après une baisse, les arrivées de kwassas tendent à reprendre depuis quelques jours, sans qu’elles ne soient a priori imputables au Covid-19. Le point avec Julien Kerdoncuf, sous-préfet délégué à la lutte contre l’immigration clandestine. 

Discorde à la mairie de Mamoudzou

Rien ne va plus à la mairie de Mamoudzou. L’opposition sort les griffes via un courrier envoyé le 23 avril, demandant au maire de réunir les conseillers municipaux. Le courrier signé par neuf d’entre eux pointe du doigt la politique de la mairie pendant la crise sanitaire. L’équipe du maire Mohamed Majani dénonce un coup politique.

À 37 ans, Marie Grosgeorge vient de débarquer dans le 101ème département en tant que nouvelle directrice de cabinet du préfet. L’ancienne enseignante de sciences économiques et sociales entend bien capitaliser son expérience acquise en Charente-Maritime pour apporter sa pierre à l’édifice sur un territoire où les enjeux politiques et sanitaires sont majeurs. Entretien.

Flash Infos : Depuis le 22 décembre dernier, vous êtes la nouvelle directrice de cabinet du préfet. Comment se sont déroulés vos premiers jours et comment appréhendez-vous ce premier poste ultramarin ?

Marie Grosgeorge : Je suis encore en phase de découverte ! Je m’attache à prendre mes marques sur le territoire et à m’imprégner de l’équipe préfectorale en place, de l’ensemble des services de l’État et des diverses collectivités. Le contexte calendaire actuel est particulier avec les congés scolaires et le Covid-19 qui nous rattrape…

Ce poste de directrice de directrice de cabinet est mon deuxième après celui occupé en Charente-Maritime, qui m’a donné envie de repartir sur les mêmes fonctions dans un environnement tout à fait différent avec des spécificités bien distinctes. L’Outre-mer est un bon défi, très formateur ! L’idée est de pouvoir capitaliser cette première expérience, mais aussi de me confronter à de nouveaux sujets et à de nouvelles problématiques. À la sortie de l’ENA, quand j’ai décidé de rentrer au ministère de l’Intérieur, je savais d’ores et déjà que je voulais vivre une « aventure » ultramarine. C’était un souhait dans ma carrière et je suis ravie que mon choix se soit arrêté sur Mayotte. Ma première impression le confirme à tout haut point.

FI : Vous avez commencé votre carrière en tant qu’enseignante de sciences économiques et sociales. Qu’est-ce qui vous a poussé à reprendre vos études et à intégrer l’École nationale d’administration en 2016 ?

M. G. : J’étais très heureuse comme enseignante, j’en garde d’excellents souvenirs ! Mais j’ai toujours eu cette envie de changer, d’encadrer des équipes, de travailler moins seule… De goûter à l’expérience managériale et de partir à la découverte de la France dans sa globalité.

Après, je n’ai pas de plan de carrière prédéfini ! Je ne peux vous dire aujourd’hui ce que je ferai dans deux ou cinq ans… C’est une deuxième vie professionnelle qui se poursuit pour moi. Et j’ai le souhait de la construire au sein du corps préfectoral, de progresser et de me façonner le bagage professionnel le plus complet possible. La grande richesse de ce métier est de pouvoir travailler dans des territoires aussi riches que variés, dans des endroits que nous n’aurions pas forcément imaginés à nos débuts.

FI : Au sein de la préfecture de Mayotte, vous occupez un poste, que nous pouvons caractériser, de l’ombre. Concrètement, quelles sont vos missions auprès du préfet ?

M. G. : L’un des sujets majeurs qui relève de mon périmètre concerne bien évidemment la lutte contre la propagation du Covid-19, sachant bien évidemment que les caractéristiques de la crise diffèrent ici ! Ainsi, mon expérience acquise par le passé sera forcément utile. Nous devons nous attendre à une dégradation sanitaire importante dans les jours et les semaines qui arrivent. Mais cela ne doit en aucun cas occulter la lutte contre l’insécurité et le trouble à l’ordre public, ainsi que le lien avec les collectivités et les associations pour mener à bien la politique mise en place contre l’immigration clandestine.

L’autre enjeu et non des moindres, qui est encore une fois en lien avec mon passage en Charente-Maritime, porte sur l’acculturation des risques naturels, à travers la préparation des plans de secours et la prévention de la population. Enfin, la particularité propre de mon poste dans le 101ème département réside dans la gestion du service administratif et technique de la police nationale puisque je m’occupe de la paie, des ressources humaines et de la logistique.

FI : Non seulement vous serez en charge de l’organisation quotidienne de la vie préfectorale, mais en plus vous serez également amenée à suppléer le préfet sur différents dossiers et à gérer certains conflits sociétaux. Comment définiriez-vous votre méthode de travail ?

M. G. : Je suis très attaché au dialogue ! Pour la simple et bonne raison que je mets les pieds dans un territoire pour le moment encore méconnu. Il m’apparaît donc indispensable d’être à l’écoute de la réalité mahoraise et de ses spécificités. Pour autant, la sécurité de tous reste une ligne non négociable dans les discussions. La priorité absolue est avant tout la protection des habitants de Mayotte.

Avis Facebook pour l’UE!
Vous devez vous connecter pour afficher et publier des commentaires FB!

Mayotte Hebdo de la semaine

Le journal des jeunes

À la Une

« On ne pouvait plus laisser pourrir les livres »

Les propriétaires d’une maison de la rue Pasky à Mamoudzou veulent récupérer leur rez-de-chaussée, abandonné depuis trois ans par l’association des parents d’élèves du...

Au gymnase de Cavani, 20% des 250 tests quotidiens sont positifs

Si la légère baisse des indicateurs épidémiologiques entre le 5 et le 11 janvier laisse présager une circulation moins active du virus, la course...

À Koungou, un week-end de violences qui laisse des traces

Parties d’une simple embrouille entre jeunes de Koungou, les violences de samedi, dimanche et lundi matin ont laissé place à un climat pesant sur...

Yann Le Bris, procureur de la République : « Une problématique générale d’ordre public »

Si les investigations se poursuivent dans l’espoir d’interpeller les fauteurs de trouble à l’origine du week-end agité sur Koungou et Majicavo, le procureur de...

Plus de 30 millions d’euros pour construire la cité administrative régionale

Commandé sous l'ancienne mandature, le projet de cité administrative régionale sur le site du conseil départemental est bel et bien sur les rails. Les...