L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

9000 mercis !

Mansour Kamardine : « ça va, la vie politique est ainsi faite »

À lire également

Les danses traditionnelles mahoraises deviennent un sport à part entière

C’est une idée on ne peut plus originale qui a émergé dans la tête d’un amoureux des danses traditionnelles locales. Mansour Ramia est à l’origine de Moovafrica, un programme de sport basé sur les danses de chez nous. Le concept est adopté à l’international par des centaines de milliers de personnes. Aujourd’hui, le fondateur a besoin de passer à l’étape supérieure, mais le parcours n’est pas de tout repos.

Munia Dinouraini, une benjamine prête à redistribuer les cartes de la politique

Novice en politique, la benjamine de 27 ans du nouveau conseil municipal de Mamoudzou, membre de la majorité, ne veut pas faire de la figuration au cours des six prochaines années. Au contraire, elle compte bien jouer des coudes pour se faire entendre et défendre ses dossiers avec hargne. Portrait d’une enfant de M’Tsapéré, prédestinée à un tel engagement. 

Discorde à la mairie de Mamoudzou

Rien ne va plus à la mairie de Mamoudzou. L’opposition sort les griffes via un courrier envoyé le 23 avril, demandant au maire de réunir les conseillers municipaux. Le courrier signé par neuf d’entre eux pointe du doigt la politique de la mairie pendant la crise sanitaire. L’équipe du maire Mohamed Majani dénonce un coup politique.

Julien Kerdoncuf, sous-préfet à Mayotte en charge de la lutte contre l’immigration clandestine : “Nous n’avons pas constaté d’arrivées de kwassas liés au Covid”

Alors que l’épidémie de Covid-19 continue sa propagation à Mayotte et que le flou règne sur la situation sanitaire en Union des Comores, la LIC se poursuit, d’ailleurs amplifiée pour limiter l’impact que pourrait avoir l’importation de nouveaux cas sur le territoire. Pour autant, après une baisse, les arrivées de kwassas tendent à reprendre depuis quelques jours, sans qu’elles ne soient a priori imputables au Covid-19. Le point avec Julien Kerdoncuf, sous-préfet délégué à la lutte contre l’immigration clandestine. 

Éléments importants de la majorité départementale, Mansour Kamardine et Tahamida Ibrahim ont cédé leurs sièges de conseillers départementaux, ce dimanche 2 octobre, lors de l’élection partielle. Ce revers électoral digéré, les deux ex-conseillers départementaux souhaitent « bonne chance » à leurs successeurs.

À Sada, la défaite de Mansour Kamardine, ancien maire de la commune et sans doute l’homme politique le plus connu de l’île, a été une surprise. Malgré une mobilisation importante entre les deux tours de l’élection départementale partielle (66.2% de suffrages exprimés), le Sadois et Tahamida Ibrahim n’ont pas réussi à combler leur léger retard du premier tour sur Soula Saïd-Souffou et Mariam Saïd Kalame (voir Flash Infos de ce lundi). « Quand on est Mahorais, quand on voit les souffrances au quotidien, quand on est investi depuis sa jeunesse, on a forcément envie de s’impliquer. Mais ça va, la vie politique est ainsi faite », constate celui qui reste tout de même député.

Alors qu’il a remporté les législatives en juin contre une coalition d’autres candidats, cette-fois-ci, l’élection était jouée d’avance selon lui, dénonçant par là une aide extérieure venue du port.  « Quand j’ai vu ce qui se passait ce week-end, j’ai compris qu’on allait perdre. On a vu des hordes de jeunes arrivés en camions pour distribuer des victuailles, mabawas et alcools. À Chirongui, les militants m’ont dit que le combat est inégal », raconte-il, avant de souhaiter quand même « bonne chance aux vainqueurs ».

« Les gens mélangent avec ce qui se passe à la mairie de Chirongui »

Au conseil départemental, même s’il n’assurait pas de vice-présidence et que la présidence a été laissée à Ben Issa Ousseni, la voix du Sada comptait, notamment dans le conflit opposant le délégataire du port au Département.  « C’est une question de vie pour les Mahorais. J’espère soit que le conseil départemental prenne la mesure de ce qui se passe, soit que le gouvernement s’attaque aux dysfonctionnements. » Même s’il restera attentif à ce qui se passe du côté de Longoni, il concède qu’il y a « trop d’enjeux pour une seule personne ».

« J’avais commencé à faire pas mal de choses », regrette également Tahamida Ibrahim, binôme de Mansour Kamardine. « Je ne sais pas, il faudrait leur demander », répond-elle, quand on la questionne sur le choix des habitants de son canton de se tourner vers le camp d’en face. Conseillère municipale de Chirongui, elle reconnaît que cette double-étiquette l’a peut-être pénalisée vu les déboires cette année de la municipalité. « J’ai l’impression que les gens mélangent avec ce qui se passe à la mairie de Chirongui », admet-elle. Toutefois, même si cette défaite est amère, celle qui est enseignante à Dembéni estime « qu’il n’y a pas mort d’homme » et compte continuer à s’investir en politique. Et l’ex-conseillère départementale a déjà prévenu. « On ne fera pas appel à la justice » pour provoquer une nouvelle élection partielle.

 

Quelles incidences sur la majorité au Département ?

En quittant le conseil départemental, Tahamida Ibrahim laisse le siège de deuxième vice-présidente en charge des finances et des affaires européennes. Alors qui pourra le combler la semaine prochaine (une nouvelle séance doit se tenir douze jours après l’élection) ? Soula Saïd-Souffou et Mariam Saïd Kalame ne sont pas fermés à l’idée de travailler avec la majorité, même si Ben Issa Ousseni a publiquement soutenu leurs adversaires. Interrogée dimanche soir, la candidate de Chirongui s’attendait d’ailleurs à un appel du président du conseil départemental « dans la soirée ». Comme indiqué ci-dessus, Mansour Kamardine s’est impliqué dans les affaires maritimes en prenant la présidence du conseil portuaire. Là aussi, il y a un poste à combler désormais.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1077

Le journal des jeunes

À la Une

Barrages : « Tout ce travail risque de se retourner contre nous »

Ce jeudi, plusieurs représentants des Forces vives, dont Safina Soula, ont tenu une conférence de presse à Mamoudzou pour demander à leurs confrères de...

Barrages : Des élus restés sur leur faim de leur déplacement à Paris

Le déplacement en début de semaine d’une poignée d’élus mahorais n’a pas permis d’en savoir davantage sur les engagements pris récemment par le gouvernement...

Un couvre-feu à Tsingoni après les incendies criminels

Les derniers affrontements entre des bandes de Miréréni et de Combani ont entraîné de lourds dégâts matériels dans le quartier Mogoni. La municipalité de...

Crise de l’eau : Un nouveau décret pour les aides « dans les tuyaux »

L’aide exceptionnelle de l’État à destination des entreprises les plus affectées par la crise de l’eau est prolongée jusqu’au 29 février. Elle pourrait inclure...

« Elle n’a jamais accepté que son seul fils épouse une Mahoraise »

Le matin du 3 juin 2016, à Labattoir, une dame de 60 ans a porté trois coups de machette à la tête d’une septuagénaire....