asd

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

« Les Mahorais ont besoin de réponses claires »

À lire également

Les danses traditionnelles mahoraises deviennent un sport à part entière

C’est une idée on ne peut plus originale qui a émergé dans la tête d’un amoureux des danses traditionnelles locales. Mansour Ramia est à l’origine de Moovafrica, un programme de sport basé sur les danses de chez nous. Le concept est adopté à l’international par des centaines de milliers de personnes. Aujourd’hui, le fondateur a besoin de passer à l’étape supérieure, mais le parcours n’est pas de tout repos.

Munia Dinouraini, une benjamine prête à redistribuer les cartes de la politique

Novice en politique, la benjamine de 27 ans du nouveau conseil municipal de Mamoudzou, membre de la majorité, ne veut pas faire de la figuration au cours des six prochaines années. Au contraire, elle compte bien jouer des coudes pour se faire entendre et défendre ses dossiers avec hargne. Portrait d’une enfant de M’Tsapéré, prédestinée à un tel engagement. 

Discorde à la mairie de Mamoudzou

Rien ne va plus à la mairie de Mamoudzou. L’opposition sort les griffes via un courrier envoyé le 23 avril, demandant au maire de réunir les conseillers municipaux. Le courrier signé par neuf d’entre eux pointe du doigt la politique de la mairie pendant la crise sanitaire. L’équipe du maire Mohamed Majani dénonce un coup politique.

Julien Kerdoncuf, sous-préfet à Mayotte en charge de la lutte contre l’immigration clandestine : “Nous n’avons pas constaté d’arrivées de kwassas liés au Covid”

Alors que l’épidémie de Covid-19 continue sa propagation à Mayotte et que le flou règne sur la situation sanitaire en Union des Comores, la LIC se poursuit, d’ailleurs amplifiée pour limiter l’impact que pourrait avoir l’importation de nouveaux cas sur le territoire. Pour autant, après une baisse, les arrivées de kwassas tendent à reprendre depuis quelques jours, sans qu’elles ne soient a priori imputables au Covid-19. Le point avec Julien Kerdoncuf, sous-préfet délégué à la lutte contre l’immigration clandestine. 

Le Mouvement pour le développement de Mayotte (MDM), qui s’est réuni récemment à Bandrélé, entend peser de nouveau dans le paysage politique mahorais. Deux candidats sont d’ores et déjà été choisis pour le représenter aux élections législatives de juin, Yasmina Aouny et Issa Issa Abdou.

Autour de la présidente Moizari Ahamada, une partie du bureau du Mouvement pour le développement de Mayotte (MDM) a tenu une conférence de presse, ce jeudi, à Mamoudzou. Créé en 1963, celui qui était à l’époque le Mouvement départementaliste mahorais avait pour but, comme son nom l’indique, la départementalisation de l’île. Mais cette dernière actée, puis les divisions, ont peu à peu fait diminuer la voix du parti. Pourtant, plusieurs sujets concernant l’île méritent d’être portés, estiment ses membres. Scindé en deux camps, le MDM a donc acté sa réunion à Acoua l’année dernière.

Une réconciliation bienvenue pour les 900 adhérents sur l’île et qui va de pair avec le contexte actuel n’est pas loin de penser le bureau. « Il y a vingt ans, on m’a dit que Mayotte était une vraie poudrière, et aujourd’hui ,c’est en train d’exploser. Il faut agir. Si on rate ce virage, ce sera le chaos », dit Issa Issa Abdou d’un ton alarmiste. L’ancien vice-président du conseil départemental joue encore une place centrale dans un parti qu’il juge « rajeunie et féminisée ».

Conscient que les questions d’immigration et de sécurité sont devenues primordiales, le MDM compte s’en emparer, quitte à gommer son image centriste. « Notre slogan sera « Liberté, égalité, sécurité » », prévient d’ailleurs l’ancien élu, désormais candidat aux élections législatives. « Il y a un manque d’anticipation. Les Mahorais ont besoin de réponses claires, à la hauteur de la gravité de la situation », continue-t-il.

Un duo paritaire pour les élections législatives

Prochaine échéance dans le viseur du parti justement, le premier tour des élections législatives aura lieu les 12 et 19 juin. Deux candidats sont déjà désignés. C’est Yasmina Aouny, la militante associative de M’Tsamboro, qui se présente dans la circonscription nord. Issa Issa Abdou, lui, visera le sud. « On est le seul parti à présenter déjà ses deux candidats », fait remarquer Nadjim Ahamada, qui vient de laisser sa place de porte-parole du mouvement et a dorénavant les sénatoriales au programme.

Preuve que l’étiquette du MDM peut se marier avec une autre, la candidate du nord ne désespère pas d’obtenir l’investiture de l’Union populaire, elle qui a été un soutien actif de Jean-Luc Mélenchon ces dernières semaines. Le deuxième candidat lui aussi veut jouer l’ouverture, sans pour autant prétendre à une étiquette d’un parti métropolitain. « On est ouvert à toutes les bonnes volontés », avertit-il.

Ne reste plus qu’à convaincre les Mahorais d’en avoir aussi pour les prochaines échéances électorales.

 

Présidentielle 2022 : le MDM préfère ne pas choisir de candidat

A une semaine du deuxième tour de l’élection présidentielle, le Mouvement pour le développement de Mayotte a décidé de ne pas donner de consignes dans le choix des candidats. « L’heure est grave. On comprend la colère des Mahorais », répond Yasmina Aouny, qui tient quand même à « éviter l’abstention ». Leur parti, réputé centriste, a pourtant œuvré avec les différents présidents, qu’ils soient de gauche ou de droite. « On peut être aux côtés du gouvernement, mais on reste très exigeant. Et on a pleinement conscience qu’il faut pouvoir discuter avec lui, peu importe le bord », explique ainsi la candidate aux élections législatives.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1097

Le journal des jeunes

À la Une

Dans l’attente de leurs papiers, des jeunes apprennent à créer un jeu vidéo

L’association Web Cup a animé la semaine dernière une formation de création de jeu vidéo au sein du Centre régional information jeunesse de Mayotte...

A Mlezi Maoré : « On a pu amortir les perturbations »

L’année 2023 a été compliquée chez Mlezi Maoré. Faute de financements, l’association qui œuvre dans le social et la santé a dû procéder à...

« Un contrôle interne insuffisant » de l’association Mlezi Maoré

La Chambre régionale des comptes a rendu public vendredi 12 juillet son rapport d’observations sur l’association Mlezi Maoré. Il souligne notamment un « contrôle interne...

Salime M’déré « a tout perdu »

Suite à l’arrêté du préfet de Mayotte du 25 juin dernier, portant démission d’office Salime M’déré a perdu son poste de premier vice-président du...

Fin de la grève à La Poste après trois semaines de mobilisation

Depuis le 26 juin, des salariés de La Poste s’étaient mis en grève. Ils demandaient une prime contre la vie chère et les paiements...