L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

“Et si on changeait vraiment ?” La liste NEMa présente ses candidats aux les élections départementales 2021

À lire également

Les danses traditionnelles mahoraises deviennent un sport à part entière

C’est une idée on ne peut plus originale qui a émergé dans la tête d’un amoureux des danses traditionnelles locales. Mansour Ramia est à l’origine de Moovafrica, un programme de sport basé sur les danses de chez nous. Le concept est adopté à l’international par des centaines de milliers de personnes. Aujourd’hui, le fondateur a besoin de passer à l’étape supérieure, mais le parcours n’est pas de tout repos.

Munia Dinouraini, une benjamine prête à redistribuer les cartes de la politique

Novice en politique, la benjamine de 27 ans du nouveau conseil municipal de Mamoudzou, membre de la majorité, ne veut pas faire de la figuration au cours des six prochaines années. Au contraire, elle compte bien jouer des coudes pour se faire entendre et défendre ses dossiers avec hargne. Portrait d’une enfant de M’Tsapéré, prédestinée à un tel engagement. 

Discorde à la mairie de Mamoudzou

Rien ne va plus à la mairie de Mamoudzou. L’opposition sort les griffes via un courrier envoyé le 23 avril, demandant au maire de réunir les conseillers municipaux. Le courrier signé par neuf d’entre eux pointe du doigt la politique de la mairie pendant la crise sanitaire. L’équipe du maire Mohamed Majani dénonce un coup politique.

Julien Kerdoncuf, sous-préfet à Mayotte en charge de la lutte contre l’immigration clandestine : “Nous n’avons pas constaté d’arrivées de kwassas liés au Covid”

Alors que l’épidémie de Covid-19 continue sa propagation à Mayotte et que le flou règne sur la situation sanitaire en Union des Comores, la LIC se poursuit, d’ailleurs amplifiée pour limiter l’impact que pourrait avoir l’importation de nouveaux cas sur le territoire. Pour autant, après une baisse, les arrivées de kwassas tendent à reprendre depuis quelques jours, sans qu’elles ne soient a priori imputables au Covid-19. Le point avec Julien Kerdoncuf, sous-préfet délégué à la lutte contre l’immigration clandestine. 

Mercredi 5 mai, Maymounati Moussa Ahamadi et Ali Omar du parti Nouvel Élan pour Mayotte (NEMa) dévoilaient leur programme pour briguer les élections départementales du canton de Dzaouzi-Labattoir. Leur mot d’ordre ? “Cap sur la jeunesse”.

« Nous devons créer une continuité dans la rupture. » C’est par ces mots que Saïd Omar Oili, le président du parti Nouvel Élan pour Mayotte, a introduit la conférence de presse organisé mercredi dernier pour présenter ses deux protégés qui se lancent dans la course aux élections départementales. « Aujourd’hui, le monde a changé. Nous avons besoin d’un renouvellement de la classe politique pour répondre aux besoins de la population.” Le maire de Dzaouzi a insisté sur l’importance pour les candidats de bien connaître leur circonscription. “Si vous ne maitrisez pas la géographie et la démographie, vous ne pouvez pas faire de politique durable. À Mayotte, nous sommes face à un déficit de données à combler pour calibrer les politiques publiques en fonction des besoins du territoire.”

liste-nema-presente-candidats-elections-departementales-2021

“Incarner l’espoir dans la nouvelle génération”

Maymounati Moussa Ahamadi, candidate avec la liste NEMa, a également présenté les grandes lignes de son programme. “Nous sommes à l’ère des transitions. Nous devons être dans une transition politique. À Mayotte, 60% de la population a moins de 20 ans. La jeunesse doit être une priorité ultime.” Avec son collègue Ali Omar, les deux candidats désirent mettre l’accent sur l’éducation et la formation des jeunes afin de leur offrir un avenir meilleur. “Les Mahorais ont une qualité de vie qui n’est pas à la hauteur de leur combat pour une Mayotte française. Nous nous devons de leur donner des conditions de vie dignes, de pouvoir s’instruire, travailler, se former, se loger. Nous devons changer réellement avec des hommes capables de travailler au quotidien pour la population.

“Les projets ne se feront pas sans moyens”

Ali Omar a montré sa volonté de soutenir les institutions mahoraises. “Aujourd’hui, le Département ne supporte pas assez les communes. Il faut que nous nous battions pour financer nos projets. Les projets ne se feront pas sans moyens.” L’un des enjeux mis en avant par les candidats de NEMa est l’enclavement de certaines zones de l’île. “Il faut sortir les gens qui vivent dans le noir, sans eau ni électricité de cette situation précaire.
Maymounati Moussa Ahamadi, quant à elle, a rappelé les chiffres tristement élevés de la précarité à Mayotte, “Sur l’île, le taux de pauvreté atteint 77% contre 14% en métropole, tout doit converger vers la lutte contre la pauvreté.

“Le premier objectif est de ne pas subir Mayotte mais de la choisir”

La candidate aux élections départementales souhaite “proposer une offre de formation qui permettrait aux Mahorais de rester sur le territoire”. Un objectif partagé par son collègue Ali Omar, qui dit avoir à cœur de placer l’action sociale et le développement de l’économie aux centres de leurs futurs projets. Parmi les infrastructures qui pourraient voir le jour ? La création d’un CFA. Celui-ci permettrait de former des jeunes et leur donner une chance de s’insérer dans le monde professionnel.

“Penser développement humain pour répondre aux enjeux internationaux”

Ali Omar a affiché une volonté de développement au niveau local, mais aussi une ouverture du territoire à l’international. “Nous ne pouvons pas vivre en autarcie.” Le candidat a rappelé les différents enjeux de ce petit territoire insulaire et a pointé l’intégration de celui-ci à l’échelle régionale pour assurer sa place de “porte d’entrée de l’Europe”. Enfin, pour répondre aux problèmes d’insécurité prégnants sur le territoire, le duo prône des changements profonds et durables au sein de la société afin d’offrir à chacun une égalité des chances de s’épanouir et de vivre dignement à Mayotte. “Pourquoi les jeunes n’ont pas d’autre alternative que la violence ? Regardons les profondeurs de ce mal être et trouvons les solutions adéquates.” Rendez-vous dans les urnes le 20 juin prochain.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1089

Le journal des jeunes

À la Une

Choléra : Les écoles de Majicavo-Lamir et Majicavo-Koropa fermées par précaution

La présence de plusieurs cas de choléra dans la commune de Koungou a amené la municipalité à prendre des mesures drastiques. Les écoles des...

Comores : Azali Assoumani invité au 80e anniversaire du débarquement de Normandie

Au cours du dernier entretien téléphonique entre le président comorien et Emmanuel Macron, les deux dirigeants ont, entre autres, discuté de la coopération et...

Ambdilwahedou Soumaïla : « ce seront deux années d’engagements »

Maire de Mamoudzou depuis 2020, Ambdilwahedou Soumaïla se retrouve confronté à toutes les crises du territoire, sanitaire, social, migratoire et insécurité. Un contexte qu’il...

Une convention pour un centre intercommunal de santé dans le Sud signée avec le ministre Frédéric Valletoux

Si la journée de jeudi était consacrée au choléra lors de la visite du ministre délégué chargé de la Santé et de la Prévention,...

Des collégiens de Kawéni à Marseille pour des battles de danse

Deux équipes du collège Kawéni 1 et du lycée Bamana, à Mamoudzou, participeront aux championnats de France de danse battle hip-hop à Marseille, de...