asd

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Le sortant Azali Assoumani remporte l’élection présidentielle aux Comores

À lire également

Les danses traditionnelles mahoraises deviennent un sport à part entière

C’est une idée on ne peut plus originale qui a émergé dans la tête d’un amoureux des danses traditionnelles locales. Mansour Ramia est à l’origine de Moovafrica, un programme de sport basé sur les danses de chez nous. Le concept est adopté à l’international par des centaines de milliers de personnes. Aujourd’hui, le fondateur a besoin de passer à l’étape supérieure, mais le parcours n’est pas de tout repos.

Munia Dinouraini, une benjamine prête à redistribuer les cartes de la politique

Novice en politique, la benjamine de 27 ans du nouveau conseil municipal de Mamoudzou, membre de la majorité, ne veut pas faire de la figuration au cours des six prochaines années. Au contraire, elle compte bien jouer des coudes pour se faire entendre et défendre ses dossiers avec hargne. Portrait d’une enfant de M’Tsapéré, prédestinée à un tel engagement. 

Discorde à la mairie de Mamoudzou

Rien ne va plus à la mairie de Mamoudzou. L’opposition sort les griffes via un courrier envoyé le 23 avril, demandant au maire de réunir les conseillers municipaux. Le courrier signé par neuf d’entre eux pointe du doigt la politique de la mairie pendant la crise sanitaire. L’équipe du maire Mohamed Majani dénonce un coup politique.

Julien Kerdoncuf, sous-préfet à Mayotte en charge de la lutte contre l’immigration clandestine : “Nous n’avons pas constaté d’arrivées de kwassas liés au Covid”

Alors que l’épidémie de Covid-19 continue sa propagation à Mayotte et que le flou règne sur la situation sanitaire en Union des Comores, la LIC se poursuit, d’ailleurs amplifiée pour limiter l’impact que pourrait avoir l’importation de nouveaux cas sur le territoire. Pour autant, après une baisse, les arrivées de kwassas tendent à reprendre depuis quelques jours, sans qu’elles ne soient a priori imputables au Covid-19. Le point avec Julien Kerdoncuf, sous-préfet délégué à la lutte contre l’immigration clandestine. 

Avec un score de 62,97%, l’ancien putschiste évite un second tour comme en 2019. Les trois gouverneurs de la mouvance présidentielle ont également été déclarés vainqueurs avec plus de 51% des voix. A Mohéli, les neuf candidats de l’opposition contestent les résultats.

C’est une victoire qui n’a pas surpris beaucoup de monde à Moroni. Le président sortant, Azali Assoumani, a été déclaré vainqueur de l’élection présidentielle de ce dimanche 14 janvier. La commission électorale nationale indépendante (Ceni) a proclamé, mardi soir, les résultats provisoires. L’ex-putschiste a obtenu, selon la commission, 62,97%, des voix, occupant ainsi la première position loin devant ses cinq rivaux. Le docteur Salim Issa du parti Juwa de l’ancien président Ahmed Abdallah Sambi est arrivé en deuxième position avec 20,26%. Quant aux autres candidats, leurs scores ne dépassent pas les 19%, à l’instar d’Abdallah Mohamed « Kiki » Daoudou, ancien ministre de l’Intérieur sous Azali, de 2016 à 2021. Avant l’annonce de la victoire du président sortant, ce sont les noms des gouverneurs de l’alliance pour la mouvance présidentielle qui ont été délivrés. Le docteur Zaidou Youssouf, Chamina Ben Mohamed et Ibrahim Mohamed Mze sont désormais les nouveaux gouverneurs des trois îles de l’Union, à savoir Anjouan, Mohéli et Grande Comore. Mais ces résultats tout comme ceux de la présidentielle doivent être confirmés par la cour suprême qui dispose de 15 jours maximum. A Mohéli, les neuf candidats au gouvernorat ont déclaré dans une conférence de presse conjointe, ce mardi, qu’ils ne reconnaissent pas les résultats.

L’opposition dénonce des bourrages d’urnes

Ce 14 janvier, le président sortant affrontait cinq opposants. Dès l’après-midi, Mouigni Baraka, Salim Issa et Bourhane Hamidou ont dénoncé dans une déclaration commune des bourrages d’urnes sur l’ensemble du territoire. Des allégations contestées par le directeur de campagne du président Azali, Houmed Msaidie. Dans son discours prononcé mardi soir au Palais du peuple, le président de la Ceni, Idrissa Saïd a rappelé que la contestation des résultats est garantie dans l’article 255 de la loi organique. Cela se fait par la saisine du juge du contentieux électoral dans les dix jours suivant la proclamation de la commission. Selon les données de cette dernière, le double scrutin de dimanche a enregistré un taux de participation de 16.30% pour le nombre des votants. Arrivé au pouvoir pour la première fois en 1999 à l’issue d’un coup d’État, Azali Assoumani n’est revenu aux affaires qu’en 2016 après avoir fini son premier mandat démocratique de quatre ans en 2006. Mais en 2018, il a modifié la constitution et a changé le système de la présidence tournante. « C’est un moment fort pour notre pays, qui au fil des années fait tout ce qui est en son pouvoir pour consolider la démocratie et l’état de droit », a déclaré le président réélu, devant ses militants justes après la proclamation des résultats.

Les missions d’observation internationale présentes à Moroni le jour du vote, notamment l’organisation de la francophonie, ont relevé un acheminement tardif du matériel, une mobilisation contrastée des électeurs entre autres. Dans certaines localités, les électeurs ne se retrouvaient pas sur les listes.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1097

Le journal des jeunes

À la Une

Un bilan Mayotte Place nette « positif » selon le préfet

Ce mardi 16 juillet, le préfet a tenu une conférence de sécurité, en présence des élus mahorais, pour leur faire le compte-rendu de l’opération...

Dans l’attente de leurs papiers, des jeunes apprennent à créer un jeu vidéo

L’association Web Cup a animé la semaine dernière une formation de création de jeu vidéo au sein du Centre régional information jeunesse de Mayotte...

A Mlezi Maoré : « On a pu amortir les perturbations »

L’année 2023 a été compliquée chez Mlezi Maoré. Faute de financements, l’association qui œuvre dans le social et la santé a dû procéder à...

« Un contrôle interne insuffisant » de l’association Mlezi Maoré

La Chambre régionale des comptes a rendu public vendredi 12 juillet son rapport d’observations sur l’association Mlezi Maoré. Il souligne notamment un « contrôle interne...

Salime M’déré « a tout perdu »

Suite à l’arrêté du préfet de Mayotte du 25 juin dernier, portant démission d’office Salime M’déré a perdu son poste de premier vice-président du...