Immigration, fonds européens : le député européen F-X. Bellamy repart de Mayotte avec des propositions

À lire également

Les danses traditionnelles mahoraises deviennent un sport à part entière

C’est une idée on ne peut plus originale qui a émergé dans la tête d’un amoureux des danses traditionnelles locales. Mansour Ramia est à l’origine de Moovafrica, un programme de sport basé sur les danses de chez nous. Le concept est adopté à l’international par des centaines de milliers de personnes. Aujourd’hui, le fondateur a besoin de passer à l’étape supérieure, mais le parcours n’est pas de tout repos.

Munia Dinouraini, une benjamine prête à redistribuer les cartes de la politique

Novice en politique, la benjamine de 27 ans du nouveau conseil municipal de Mamoudzou, membre de la majorité, ne veut pas faire de la figuration au cours des six prochaines années. Au contraire, elle compte bien jouer des coudes pour se faire entendre et défendre ses dossiers avec hargne. Portrait d’une enfant de M’Tsapéré, prédestinée à un tel engagement. 

Julien Kerdoncuf, sous-préfet à Mayotte en charge de la lutte contre l’immigration clandestine : “Nous n’avons pas constaté d’arrivées de kwassas liés au Covid”

Alors que l’épidémie de Covid-19 continue sa propagation à Mayotte et que le flou règne sur la situation sanitaire en Union des Comores, la LIC se poursuit, d’ailleurs amplifiée pour limiter l’impact que pourrait avoir l’importation de nouveaux cas sur le territoire. Pour autant, après une baisse, les arrivées de kwassas tendent à reprendre depuis quelques jours, sans qu’elles ne soient a priori imputables au Covid-19. Le point avec Julien Kerdoncuf, sous-préfet délégué à la lutte contre l’immigration clandestine. 

Discorde à la mairie de Mamoudzou

Rien ne va plus à la mairie de Mamoudzou. L’opposition sort les griffes via un courrier envoyé le 23 avril, demandant au maire de réunir les conseillers municipaux. Le courrier signé par neuf d’entre eux pointe du doigt la politique de la mairie pendant la crise sanitaire. L’équipe du maire Mohamed Majani dénonce un coup politique.

Le parlementaire européen a rencontré plusieurs acteurs et institutions clés de l’île pour sa visite d’une semaine dans le 101ème département. L’occasion pour lui de mieux connaître les problématiques du territoire, pour le défendre jusqu’à Bruxelles.

C’est l’heure du bilan pour François-Xavier Bellamy. Après une semaine “intense” sur le terrain, le député européen (Les Républicains) clôt sa visite à Mayotte, la première dans les Outre-mer depuis les élections, avec un meilleur aperçu des réalités du territoire. Des problématiques qu’il a ainsi pu toucher du doigt et qu’il entend bien désormais faire remonter à Bruxelles et à la Commission européenne. “Mayotte concentre beaucoup des difficultés que la République a laissé s’installer sur le territoire, mais aussi un potentiel extraordinaire”, a introduit le parlementaire pour cette conférence de presse de fin de séjour, aux côtés du député Mansour Kamardine.

Celui qui ne cache pas ses positions assez fermes sur l’immigration a tenu à mettre l’accent sur ce sujet crucial pour le 101ème département, en proie à des arrivées massives d’étrangers originaires des Comores ou des pays d’Afrique de l’Est. “Il s’agit d’un vrai sujet européen, au cours des prochaines semaines sera étudié le prochain pacte de la Commission européenne qui doit construire l’organisation de nos frontières”, a-t-il rappelé. “Aucune société ne peut trouver son équilibre si ses frontières ne sont pas maîtrisées.”

Visioconférence avec Frontex

À l’issue de ses rencontres avec les acteurs de la lutte contre l’immigration clandestine, le député européen a proposé d’organiser une visioconférence avec le directeur de Frontex, l’Agence européenne de garde-frontières et de garde-côtes. “Je crois qu’il est indispensable que l’Union européenne s’engage sur ce sujet (…) et que nous échangions pour que Frontex puisse soutenir Mayotte d’une manière ou d’une autre.”

Enfin, au sujet de l’intégration de Mayotte à l’espace Schengen, François-Xavier Bellamy s’est dit “pas opposé”, “mais je pense qu’il faut commencer par mettre fin à cette immigration massive”. Quant au goulot d’étranglement qui empêche les étrangers détenteurs d’un titre de circuler librement sur le territoire national, le député européen a pointé le risque d’appel d’air. Lever ce verrou signifierait que les “Mahorais seraient confrontés 1.000 fois à ce phénomène”.

Une consommation peu satisfaisante des fonds européens

Second sujet et non des moindres : la consommation et la gestion des fonds européens. Une arlésienne à Mayotte, dernier territoire où l’autorité de gestion revient encore à l’État et non à la collectivité. Or, alors que le département nécessite des investissements cruciaux pour son développement, “nous ne sommes pas arrivés à une consommation satisfaisante sur la première programmation 2014-2020”, a déploré François-Xavier Bellamy. Une partie de ces fonds, l’assistance technique, qui vise justement à mieux former les élus pour utiliser cette manne financière, fait particulièrement défaut. Il s’agit à Mayotte du fonds le moins consommé, 20% seulement pour la première session. Résultat : “Nous abordons la deuxième programmation avec les mêmes manques de compétences…” Un sujet sensible qui a d’ailleurs fait l’objet d’un échange assez intense avec la préfecture. “Il faut que l’État transfère enfin l’autorité de gestion au conseil départemental ! Basta !”, a résumé le député Mansour Kamardine. Là encore, François-Xavier Bellamy entend faire remonter ces doléances jusqu’à Bruxelles, pour d’une part que Mayotte continue de bénéficier des fonds nécessaires à son développement, et d’autre part mettre fin à cet imbroglio sur leur gestion. Mission acceptée ?

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte hebdo N°951

Le journal des jeunes

À la Une

Un lycéen de 17 ans agressé mortellement en pleine rue à Cavani

Une semaine après Mtsangadoua, c'est au tour du lycée Bamana à Mamoudzou d'être endeuillé après l'agression mortelle à Cavani d'un de ses élèves ce...

Plus de 20.000 personnes vaccinées à Mayotte : un rythme à maintenir même pendant le ramadan

Si Mayotte a rattrapé son mois de retard pour la vaccination, par rapport au reste du pays, le ramadan risque peut-être de freiner les...

Le sport comme voie d’insertion pour les jeunes mahorais

“Le sport peut changer une vie”. À Mayotte, de nombreux jeunes décrocheurs ou sans activité professionnelle peinent à trouver un emploi. Grâce au projet...

Sublimez-vous avec Djayda chez Sublime institut

Créé à Mayotte depuis un an et demi, le salon d’esthétique Sublime institut est en pleine expansion. Sa fondatrice et gérante, spécialisée dans le...

Pour les acteurs du port de Longoni, Ida Nel doit quitter le navire

Transitaires, pilotes et entrepreneurs dénoncent une ribambelle de dysfonctionnements au sein du port de Longoni, comme des factures disproportionnées et des blocages de conteneurs....