L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Votez !

Hamada Issilamou est le nouveau maire de Tsingoni

À lire également

Les danses traditionnelles mahoraises deviennent un sport à part entière

C’est une idée on ne peut plus originale qui a émergé dans la tête d’un amoureux des danses traditionnelles locales. Mansour Ramia est à l’origine de Moovafrica, un programme de sport basé sur les danses de chez nous. Le concept est adopté à l’international par des centaines de milliers de personnes. Aujourd’hui, le fondateur a besoin de passer à l’étape supérieure, mais le parcours n’est pas de tout repos.

Munia Dinouraini, une benjamine prête à redistribuer les cartes de la politique

Novice en politique, la benjamine de 27 ans du nouveau conseil municipal de Mamoudzou, membre de la majorité, ne veut pas faire de la figuration au cours des six prochaines années. Au contraire, elle compte bien jouer des coudes pour se faire entendre et défendre ses dossiers avec hargne. Portrait d’une enfant de M’Tsapéré, prédestinée à un tel engagement. 

Discorde à la mairie de Mamoudzou

Rien ne va plus à la mairie de Mamoudzou. L’opposition sort les griffes via un courrier envoyé le 23 avril, demandant au maire de réunir les conseillers municipaux. Le courrier signé par neuf d’entre eux pointe du doigt la politique de la mairie pendant la crise sanitaire. L’équipe du maire Mohamed Majani dénonce un coup politique.

Julien Kerdoncuf, sous-préfet à Mayotte en charge de la lutte contre l’immigration clandestine : “Nous n’avons pas constaté d’arrivées de kwassas liés au Covid”

Alors que l’épidémie de Covid-19 continue sa propagation à Mayotte et que le flou règne sur la situation sanitaire en Union des Comores, la LIC se poursuit, d’ailleurs amplifiée pour limiter l’impact que pourrait avoir l’importation de nouveaux cas sur le territoire. Pour autant, après une baisse, les arrivées de kwassas tendent à reprendre depuis quelques jours, sans qu’elles ne soient a priori imputables au Covid-19. Le point avec Julien Kerdoncuf, sous-préfet délégué à la lutte contre l’immigration clandestine. 

Suite à la condamnation de Mohamed Bacar par le tribunal correctionnel, le conseil municipal de Tsingoni devait choisir son successeur. C’est chose faite, ce dimanche 21 mai, avec l’élection de Hamada Issilamou, qui recueille 24 des 33 voix.

C’est devant la soixantaine de personnes de la MJC de Tsingoni qu’Hamada Issilamou a pu exulter, ce dimanche matin, après la déclaration des résultats. Celui qui fait partie de l’équipe municipale depuis 2014 accède au siège d’édile de la commune, en emportant 24 des 33 voix du conseil, contre 9 pour Ali Abdou, son seul opposant, et candidat déjà malheureux lors des élections de 2020. Dans le camp de la majorité, c’est le bonheur qui dominait, avec une Inchati Bacar qui ne parvenait pas à contenir ses larmes. « C’est un grand soulagement. Ce n’était pas facile de mobiliser, nous n’avons pas dormi de la semaine », confiait celle qui était maire intérimaire depuis la destitution de Mohamed Bacar.

Hamada Issilamou et Mohamed Bacar, maire et père

Après une longue attente des bulletins de vote imprimés (la possibilité pour les votants d’écrire le nom de leur favori étant exclue, étant donné que certains conseillers municipaux ne savent pas écrire), Hamada Issilamou a exprimé « toute [son] émotion » à l’assemblée. « Mon ambition pour le reste de la mandature est de placer le conseil municipal sous le signe de la continuité, mais aussi du renouvellement », a déclaré le nouvel édile de Tsingoni, qui n’a pas manqué de livrer un long hommage à Mohamed Bacar, récemment condamné pour prise illégale d’intérêts. « Il sera difficile de lui succéder, lui qui est immensément bon, talentueux, rassembleur », a-t-il déclamé sous les applaudissements. « Je lui dois tout, comme beaucoup qui sont ici présents. Il m’a tout appris de la gestion des affaires publiques, celui qui est une source de sagesse et qui nous a laissé une commune saine, la boussole pour garder le cap. La majorité et la population se sentent orphelins de votre absence », ajoutait-il au sujet de l’ex-maire qui était absent.

De quoi rassurer les cadres Les Républicains présents, à l’image de Ben Issa Ousseni, président du conseil départemental, et d’Ambdilwahedou Soumaïla, maire de Mamoudzou, tout sourire après la victoire de leur confrère. Anchya Bamana, ancienne maire de Sada et candidate pressentie aux prochaines élections sénatoriales, était également présente pour le sacre de Hamada Issilamou. Après avoir été membre du cabinet d’Ibrahim Boinahéry (2014-2020) et adjoint de Mohamed Bacar chargé de l’économie et du développement touristique (2020-2023), le Tsingonien accède donc à la plus haute marche de la commune jusqu’en 2026, date des prochaines élections municipales. Quant à Ali Abdou, il a félicité le nouveau maire et a annoncé qu’il « formerait un groupe d’opposition en bonne et due forme pour contrôler le travail effectué et rendre des comptes à la population ». Reste désormais à espérer une bonne gestion de la commune de l’ouest, avant de, peut-être, rejouer le match dans trois ans.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte hebdo n°1084

Le journal des jeunes

À la Une

Un nouveau cas de choléra détecté à Koungou ce jeudi

La préfecture de Mayotte et l’Agence régionale de santé (ARS) confirment qu’une nouvelle personne atteinte du choléra a été identifiée, ce jeudi 11 avril....

TME : Catégorie entreprise innovante

Par les perspectives qu’elles offrent pour l’économie mahoraise et les nouvelles filières qu’elles développent, cinq structures ont retenu notre attention dans la catégorie entreprise...

Deux scénarios possibles pour le contournement routier de Combani

Le conseil départemental a décidé, ce mardi, de reprendre la main sur les prochaines étapes de la construction du contournement routier de Combani, le...

Des stades pleins pour les finales des tournois ramadan

Les finales des tournois de ramadan sponsorisés par Orange se sont tenues ce jeudi 11 avril, journée de fête de l’Aïd-el-fitr. Les dernières rencontres...

Comores : Trente-huit détenus s’évadent de la prison de Moroni

Un militaire qui figure parmi les détenus serait à l’origine de la débandade de ce jeudi matin, selon les déclarations du chef du parquet...