L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

9000 mercis !

Présidentielle 2022 : Derrière Macron, un comité se met localement en ordre de marche

À lire également

Élection présidentielle 2022 : quels projets de santé à l’heure de prendre le pouls démocratique ?

À l'aube de l'élection présidentielle des 10 et 24 avril prochains, Flash Infos et Mayotte Hebdo vous proposent chaque semaine un tour d'horizon des...

L’eldorado du vote enseignant

À l'aube de l'élection présidentielle des 10 et 24 avril prochains, Flash Infos et Mayotte Hebdo vous proposent chaque semaine un tour d'horizon des...

En campagne pour Valérie Pécresse, Éric Ciotti promet la fin du droit du sol à Mayotte

En visite dans le 101ème département du vendredi 11 au dimanche 13 mars, Éric Ciotti a pris part à une réunion publique à Bandrélé...

Présidentielle 2022 : Emmanuel Macron demande aux Mahorais leur soutien “pour poursuivre son engagement »

Comme il l’avait fait avec l’ensemble des Français pour annoncer sa candidature, le président de la République Emmanuel Macron a choisi de s’adresser aux...

La campagne du président de la République s’accélère. Emmanuel Macron a dévoilé une grande partie de son programme, ce jeudi. Localement, son comité de soutien, dont les trois porte-paroles viennent d’être nommés, va intensifier sa présence sur le terrain. Explications avec Hélène Pollozec, conseillère départementale du Modem (mouvement démocrate).

Flash Infos : Qu’est-ce qui change avec l’annonce du programme, ce jeudi ?

Hélène Pollozec : Nous avions pour habitude de défendre le bilan du gouvernement, ces derniers mois. Là, nous allons pouvoir nous appuyer sur le programme annoncé et donner toutes les informations nécessaires.

FI : À quatre semaines de l’élection, n’est-ce pas un peu tard pour lancer officiellement le comité de soutien ?

H.P. : Nous avons déjà commencé à travailler en amont. Nous nous doutions qu’Emmanuel Macron allait se représenter. Ce n’est pas une surprise.

FI : Est-ce la bonne stratégie de faire campagne aussi tard ?

H.P. : C’est très bien. Il reste président le plus longtemps possible. Au vu de la crise ukrainienne, nous avions besoin qu’il le soit.

FI : Comment s’organise le comité ? Avez-vous beaucoup de militants locaux ?

H.P.: Il y a trois nominations à la tête du comité. Je suis présente pour le Modem. Il y a Aminat Hariti, la référente de La République en marche (LREM). Pour représenter Agir, le troisième est Mohamadi Madi Ousséni, le maire de Chiconi. Concernant les militants, il y en a de nos trois partis. À cela s’ajoutent les militants de Territoire de progrès [le parti fondé par Jean-Yves Le Drian et Olivier Dussopt, l’aile gauche de la majorité présidentielle].

FI : Beaucoup de maires lui ont donné leurs signatures. Est-ce le signe d’une dynamique à Mayotte ? 

H.P. : Cela montre qu’il est vu comme un président à l’écoute des habitants. Il y a eu beaucoup d’échanges localement. Nous savons qu’il y a des partis bien implantés [Emmanuel Macron était troisième en 2017, derrière François Fillon et Marine Le Pen, ndlr.]. À Mayotte, nous avons conscience qu’il y a un risque que Marine Le Pen soit en tête au premier tour.

FI : Des visites pour soutenir le candidat sont-elles prévues ?

H.P. : Non, à cause de l’enclavement aérien, c’est très compliqué de faire venir des membres de son équipe depuis la métropole. Il y aura, par contre, des grands meetings à l’échelle régionale. Nous avons trouvé les dates et les lieux. Nous sommes en attente de validation.

FI : Le président et son équipe ont cette réputation de tout décider. Est-ce le cas ?

H.P. : Pas du tout. Nous avons été souvent consultés ces dernières semaines pour donner nos idées sur le territoire.

FI : La politique en Outre-mer semble pourtant absente de son programme. 

H.P. : Là, c’est le programme national qui a été donné. Il y a des choses qui nous concernent : l’immigration par exemple, le droit d’asile et les demandes de titre de séjour. Si ces dernières sont refusées, cela entraînera une obligation de quitter le territoire. Mais tout n’a pas été dévoilé. Chaque territoire aura sa spécificité.

FI : Le cas de Mayotte a bien été abordé, jeudi soir, quand un journaliste a osé comparer la situation de l’île à l’occupation de la Crimée par les Russes. 

H.P. : Le président a très bien répondu, je trouve. Il a rappelé l’attachement que les Mahorais et les Mahoraises ont avec la République. Ils ont choisi la France.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1077

Le journal des jeunes

À la Une

Barrages : « Tout ce travail risque de se retourner contre nous »

Ce jeudi, plusieurs représentants des Forces vives, dont Safina Soula, ont tenu une conférence de presse à Mamoudzou pour demander à leurs confrères de...

Barrages : Des élus restés sur leur faim de leur déplacement à Paris

Le déplacement en début de semaine d’une poignée d’élus mahorais n’a pas permis d’en savoir davantage sur les engagements pris récemment par le gouvernement...

Un couvre-feu à Tsingoni après les incendies criminels

Les derniers affrontements entre des bandes de Miréréni et de Combani ont entraîné de lourds dégâts matériels dans le quartier Mogoni. La municipalité de...

Crise de l’eau : Un nouveau décret pour les aides « dans les tuyaux »

L’aide exceptionnelle de l’État à destination des entreprises les plus affectées par la crise de l’eau est prolongée jusqu’au 29 février. Elle pourrait inclure...

« Elle n’a jamais accepté que son seul fils épouse une Mahoraise »

Le matin du 3 juin 2016, à Labattoir, une dame de 60 ans a porté trois coups de machette à la tête d’une septuagénaire....