Publicités

Cérémonie en grande pompe pour les premiers pas du nouveau préfet de Mayotte

À lire également

Les danses traditionnelles mahoraises deviennent un sport à part entière

C’est une idée on ne peut plus originale qui a émergé dans la tête d’un amoureux des danses traditionnelles locales. Mansour Ramia est à l’origine de Moovafrica, un programme de sport basé sur les danses de chez nous. Le concept est adopté à l’international par des centaines de milliers de personnes. Aujourd’hui, le fondateur a besoin de passer à l’étape supérieure, mais le parcours n’est pas de tout repos.

Munia Dinouraini, une benjamine prête à redistribuer les cartes de la politique

Novice en politique, la benjamine de 27 ans du nouveau conseil municipal de Mamoudzou, membre de la majorité, ne veut pas faire de la figuration au cours des six prochaines années. Au contraire, elle compte bien jouer des coudes pour se faire entendre et défendre ses dossiers avec hargne. Portrait d’une enfant de M’Tsapéré, prédestinée à un tel engagement. 

Julien Kerdoncuf, sous-préfet à Mayotte en charge de la lutte contre l’immigration clandestine : “Nous n’avons pas constaté d’arrivées de kwassas liés au Covid”

Alors que l’épidémie de Covid-19 continue sa propagation à Mayotte et que le flou règne sur la situation sanitaire en Union des Comores, la LIC se poursuit, d’ailleurs amplifiée pour limiter l’impact que pourrait avoir l’importation de nouveaux cas sur le territoire. Pour autant, après une baisse, les arrivées de kwassas tendent à reprendre depuis quelques jours, sans qu’elles ne soient a priori imputables au Covid-19. Le point avec Julien Kerdoncuf, sous-préfet délégué à la lutte contre l’immigration clandestine. 

Discorde à la mairie de Mamoudzou

Rien ne va plus à la mairie de Mamoudzou. L’opposition sort les griffes via un courrier envoyé le 23 avril, demandant au maire de réunir les conseillers municipaux. Le courrier signé par neuf d’entre eux pointe du doigt la politique de la mairie pendant la crise sanitaire. L’équipe du maire Mohamed Majani dénonce un coup politique.

Ce lundi, Thierry Suquet est officiellement devenu le nouveau préfet de Mayotte et succède à ce poste à Jean-François Colombet. Après la tenue d’une cérémonie très protocolaire, le délégué du gouvernement a rencontré, pour la première fois, les acteurs phares du département, avec lesquels il devra œuvrer pour l’application locale des politiques gouvernementales.

Sur le quai de l’embarcadère de Dzaoudzi, la barge de 8h30 vient de débarquer son flot de passagers. Mais à peine le pied posé à terre, les voilà stoppés net et filtrés un à un par un cordon de gendarmes mobiles. Une opération de contrôle routinière ? Il semblerait que oui. À l’exception que ce lundi matin, il s’agissait, aussi et surtout, de sécuriser le secteur où doit se tenir d’ici quelques minutes la cérémonie de prise de fonction de Thierry Suquet, nouveau préfet de Mayotte, tout juste arrivé dans le 101ème département.

Autour du monument commémoratif qui trône devant l’entrée de la caserne de la Légion étrangère, aucune personnalité ne semble avoir manqué le rendez-vous. Parlementaires, maires, élus départementaux, recteur, directeurs du service d’incendie et des secours, des forces de l’ordre… Tous ont répondu présents pour rencontrer celui qui sera, pour les mois ou les années à venir, leur premier partenaire sur le territoire.

Premier contact avec les acteurs phares

Entre le chant de la Marseillaise et celui des trompettes, Thierry Suquet, tout sourire et l’air décontracté, salue, les uns après les autres, les acteurs phares avec lesquels il devra désormais travailler étroitement afin de mettre en œuvre les politiques gouvernementales à Mayotte. Puis, une fois le monument décoré de sa gerbe de fleurs, la petite cohorte s’anime pour prendre le chemin de la Case Rocher, à quelques pas de là, où tous ont été invités à prendre “un pot républicain”. De quoi établir un premier contact particulièrement important en ce jour solennel.

Devant l’entrée des nouveaux quartiers du délégué au gouvernement, les services préfectoraux veillent au grain. “Les journalistes, vous ne pouvez pas rentrer aujourd’hui !” La présence des médias risquerait de perturber les échanges entre Thierry Suquet et ses nouveaux coopérateurs. Alors pour en connaître la teneur, la presse est contrainte d’attendre la rencontre prévue spécialement pour eux le lendemain.

Évaluer et corriger en conséquence

Devant le grand portail noir, seul reste Ambdilwahedou Soumaïla, le maire de Mamoudzou. Et évidemment, le premier élu du chef-lieu attend beaucoup du nouveau préfet ! “Les sujets ne manquent pas à Mayotte : la sécurité, l’éducation, le logement indigne, l’immigration clandestine, le défi démographique”, égrène-t-il. Des chantiers déjà opérés, en partie, par Jean-François Colombet, ancien homme fort de la préfecture. “Nous avons beaucoup avancé sur certains points, mais tout n’a pas été parfait”, concède Ambdilwahedou Soumaïla. “Il conviendra d’évaluer ce qui a été fait et de corriger en conséquence.” Un travail commun qui commencera dès le lendemain, Thierry Suquet ayant prévu une visite de courtoisie en mairie de Mamoudzou.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°963

Le journal des jeunes

À la Une

Un avenir incertain pour les taxis de Mayotte

La chambre des métiers et de l’artisanat a tenu un séminaire porté sur l’avenir des taxis à Mayotte ce mercredi. L’occasion de parler des...

À Mayotte, le retour des soirées signe celui du sexisme ordinaire

On dit souvent de Mayotte qu’elle est une société matriarcale. Pourtant, tout comme en métropole, si ce n’est plus, le sexisme est ici aussi...

Balades artistiques et patrimoniales à Mamoudzou

Le projet “Nouveau regard sur ma ville 2021” mis en œuvre par la communauté d'agglomération de Dembéni-Mamoudzou (Cadema) a pour objectif de faire découvrir...

Ces mahorais qui quittent l’île aux parfums pour se construire une carrière

Asma* vit à Paris. Originaire de Mamoudzou, la Mahoraise de 28 ans affirme aujourd’hui ne pas regretter un instant avoir quitté le 101ème département...

Au conseil départemental, “l’opposition constructive” ne lâchera rien

Toujours privés d’hémicycle, les nouveaux élus du conseil départemental étaient réunis ce lundi 19 juillet dans l’Hôtel de ville de Mamoudzou pour une assemblée...