100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Ambdilwahedou Soumaila et Ben Issa Ousseni main dans la main pour le développement de Mamoudzou

À lire également

Les danses traditionnelles mahoraises deviennent un sport à part entière

C’est une idée on ne peut plus originale qui a émergé dans la tête d’un amoureux des danses traditionnelles locales. Mansour Ramia est à l’origine de Moovafrica, un programme de sport basé sur les danses de chez nous. Le concept est adopté à l’international par des centaines de milliers de personnes. Aujourd’hui, le fondateur a besoin de passer à l’étape supérieure, mais le parcours n’est pas de tout repos.

Munia Dinouraini, une benjamine prête à redistribuer les cartes de la politique

Novice en politique, la benjamine de 27 ans du nouveau conseil municipal de Mamoudzou, membre de la majorité, ne veut pas faire de la figuration au cours des six prochaines années. Au contraire, elle compte bien jouer des coudes pour se faire entendre et défendre ses dossiers avec hargne. Portrait d’une enfant de M’Tsapéré, prédestinée à un tel engagement. 

Julien Kerdoncuf, sous-préfet à Mayotte en charge de la lutte contre l’immigration clandestine : “Nous n’avons pas constaté d’arrivées de kwassas liés au Covid”

Alors que l’épidémie de Covid-19 continue sa propagation à Mayotte et que le flou règne sur la situation sanitaire en Union des Comores, la LIC se poursuit, d’ailleurs amplifiée pour limiter l’impact que pourrait avoir l’importation de nouveaux cas sur le territoire. Pour autant, après une baisse, les arrivées de kwassas tendent à reprendre depuis quelques jours, sans qu’elles ne soient a priori imputables au Covid-19. Le point avec Julien Kerdoncuf, sous-préfet délégué à la lutte contre l’immigration clandestine. 

Discorde à la mairie de Mamoudzou

Rien ne va plus à la mairie de Mamoudzou. L’opposition sort les griffes via un courrier envoyé le 23 avril, demandant au maire de réunir les conseillers municipaux. Le courrier signé par neuf d’entre eux pointe du doigt la politique de la mairie pendant la crise sanitaire. L’équipe du maire Mohamed Majani dénonce un coup politique.

C’est un accueil en fanfare qui a été réservé au président du département Ben Issa Ousseni à son arrivée à l’hôtel de ville de Mamoudzou ce mercredi 15 décembre. En compagnie d’Ambdilwahedou Soumaila ils ont présenté les projets cofinancés par la ville de Mamoudzou et le département de Mayotte pour le développement de la commune chef-lieu. Et les équipements sportifs sont au premier rang des priorités.

Tapis rouge, police municipale au garde à vous, danses et chants traditionnels… Pour accueillir le président du département, Ambdilwahedou Soumaila a fait les choses en grand comme pour réaffirmer qu’il est à la tête de la commune chef-lieu de Mayotte. Cette rencontre officielle, en présence des élus du département et ceux de la municipalité était l’occasion de présenter les projets de développement du territoire communal de Mamoudzou. « C’est un moment important qui nous permet d’échanger et visualiser les subventions que le département octroie à la ville », se réjouit Ambdilwahedou Soumaila. Et le département ne lésine pas sur les moyens quand il s’agit de Mamoudzou puisque le total des subventions pour la mandature de cinq ans s’élève à plus de 120 millions d’euros. « C’est à Mamoudzou que nous allons faire le plus d’investissements sur ces cinq ans mais c’est normal. C’est le bassin où il y a plus d’habitants et Mamoudzou doit être la vitrine de Mayotte », justifie Ben Issa Ousseni. Éclairages publics, contournement de Mamoudzou, ou cité administrative, le département apporte très souvent la plus grosse enveloppe. À titre d’exemple, la cité administrative qui sera construite à l’endroit où se trouve actuellement l’hôtel du conseil départemental « a un budget de 40 millions d’euros, porté pratiquement tout seul par le département », affirme Ben Issa Ousseni. Ce projet d’envergure va permettre la création de 600 postes et son architecture sera certainement imposante et différente puisque le président souhaite qu’il soit visible de loin afin de donner de la visibilité au cœur de Mamoudzou. Quant au projet de contournement de la commune, très attendu par la population, le maire assure qu’ils vont tenir le calendrier. « En 2026 nous devrons recevoir le premier bus. Nous devons aller vite, on ne peut pas éternellement parler de projet, il faut passer à la réalisation et main dans la main avec le département nous allons le faire », insiste-t-il.

Les équipements sportifs, le grand enjeu de la ville et du département

Lors de cette rencontre entre les deux hommes, le sport a été au cœur des échanges. Tous s’accordent sur l’importance de créer plus d’infrastructures sportives à Mamoudzou, en perspective des jeux des îles 2027. « Même si nous n’organisons pas les jeux, nous avons besoin de ces équipements », indique Ben Issa Ousseni. « Nous devons créer les conditions pour permettre à nos sportifs d’arriver à l’excellence. Tout ce que nous allons mettre en place va permettre à la jeunesse du territoire de pouvoir s’épanouir dans le sport », ajoute Ambdilwahedou Soumaila. Certains sont déjà en construction depuis quelques années, à l’exemple du stade de Cavani ou du gymnase de M’gombani. Pour l’occasion, toute l’assemblée présente à l’hôtel de ville de Mamoudzou s’est rendue au gymnase de M’gombani pour constater l’avancée du chantier. Il est presque prêt, il pourra être réceptionné par la commune de Mamoudzou en janvier 2022. Quant au stade de Cavani qui a souvent fait polémique à cause de la durée des travaux, la date d’échéance est estimée à fin 2023 par le département.

D’autres structures sportives sont encore en phase de projet, à l’image de la piscine olympique de Kaweni, le complexe sportif de Passamainty, ou le stade de Bamana. Mais tous devront être prêts avant 2027. « La plupart des projets que nous finançons sont aujourd’hui en phase très avancée en matière d’études. Ils nous permettrons d’être au rendez-vous pour les jeux des îles 2027 », promet le président du département. Le maire de Mamoudzou se veut encore plus rassurant puisqu’il espère qu’en « 2025 l’ensemble de ces équipements seront livrés. » Quand on sait que la plupart des travaux réalisés à Mayotte ont systématiquement du retard, qu’importe le financement, le maire de Mamoudzou parait beaucoup trop optimiste.

Mayotte Hebdo de la semaine

Le journal des jeunes

chab6

À la Une

Intrusion au CHM : un homme de 29 ans et un mineur de 17 ans interpellés

La police de Mamoudzou a arrêté deux personnes suspectés de vol, ce jeudi 26 janvier. Ils seraient les auteurs du cambriolage du centre hospitalier...

Après un droit de retrait, ce vendredi matin, la barge reprend

Quelques chanceux ont réussi à prendre les premières barges du service des transports maritimes (STM), ce vendredi matin. Ensuite, à 7h, la rotation s'est...

La Cadéma désavoue le syndicat des Eaux de Mayotte

Au premier point abordé ce jeudi soir, en réunion de conseil, la Cadéma (communauté d’agglomération de Dembéni-Mamoudzou) avait décidé de mettre sa menace à...

Pamandzi ou Bouyouni, le choix se fera en 2023

Un nouveau dossier de présentation sur le projet de la piste longue à Mayotte vient d’être publié par la direction générale de l’aviation civile...

« Est-ce que je me vois à la télé ? » : état des lieux de l’audiovisuel mahorais

Le Conseil de la culture, de l’éducation et de l’environnement de Mayotte (CCEEM) a présenté, ce jeudi 26 janvier, son rapport intitulé « État de...