Publicités

Les instruments traditionnels de Mayotte mis à l’honneur par les CM2 de Mongomé

À lire également

Balades artistiques et patrimoniales à Mamoudzou

Le projet “Nouveau regard sur ma ville 2021” mis en œuvre par la communauté d'agglomération de Dembéni-Mamoudzou (Cadema) a pour objectif de faire découvrir...

Depuis le mois de mars, les élèves de CM2 de l’école primaire Mongomé à Pamandzi travaillent sur un projet de valorisation du patrimoine immatériel mahorais pensé par le musée de Mayotte. Au programme : création d’un film d’animation sur les instruments traditionnels de l’île aux parfums.

C’est une course contre la montre dans laquelle s’est lancé le musée de Mayotte pour inventorier et préserver la culture musicale mahoraise de l’île. “Il y a urgence ! Beaucoup de choses sont en train de disparaître, nous nous devons de continuer à mettre en avant ces richesses culturelles”, confie Nathalie Vlody, la chargée de la valorisation du patrimoine immatériel du musée. Avec le lancement du projet “Les instruments traditionnels de Mayotte”, l’objectif est simple : créer un outil de transmission permettant de présenter au grand public les instruments de musique typiques du 101ème département. Pour cela, le musée a travaillé en lien avec la société mahoraise Anteou studio graphique. Celle-ci a réalisé les images du futur court-métrage animé et la classe de Lisette, institutrice de CM2 à l’école primaire de Mongomé, a travaillé à l’élaboration du script, des voix off et des génériques.

 

En studio à la rentrée prochaine

 

Très fiers de leur travail, les élèves de primaire ont exposé le projet avec beaucoup de sérieux et de précisions. “À partir des croquis et du scénario que nous a présenté le musée, nous avons rédigé les dialogues et choisi les chansons du film d’animation. À la rentrée prochaine, nous irons en studio pour nous enregistrer et prêter nos voix aux personnages”, détaille Ilyana. De plus, en s’appuyant sur le script rédigé en classe, les futurs collégiens ont réalisé avec la directrice de leur école une pièce de théâtre sur la même thématique. L’occasion pour eux de monter sur les planches devant leurs familles, de chanter, mais aussi de mettre en lumière des instruments traditionnels. “Je savais déjà jouer de la musique et ce projet m’a permis d’accompagner mes camarades au Fumba et au Kayamba”, raconte Nia, ravie de pouvoir mettre en avant la culture musicale de son île.

 

Un projet made in Mayotte

 

Pour toucher le cœur des Mahorais, rien n’a été laissé au hasard. La musique du générique en shimaoré a été soigneusement choisie par les enfants. “Les paroles signifient : Vous qui avez appelé, nous sommes là aujourd’hui, venez on va jouer pour calmer les cœurs, nous qui savons bien jouer, nous qui savons bien danser, nous allons vous montrer”, récite avec beaucoup d’assurance Radhua, l’une des autres élèves de CM2. Une introduction poétique à la musique mahoraise qui annonce une histoire accessible aux petits comme aux grands où un jeune mahorais se laisse guider par la mascotte du Musée de Mayotte, Ankil, vers une découverte des instruments de musique traditionnels. Aujourd’hui, le musée espère que la vidéo sera largement diffusée, dès sa sortie en début d’année 2022, par les institutions à Mayotte et partout ailleurs pour diffuser la culture musicale mahoraise au-delà des mers.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°963

Le journal des jeunes

À la Une

Un avenir incertain pour les taxis de Mayotte

La chambre des métiers et de l’artisanat a tenu un séminaire porté sur l’avenir des taxis à Mayotte ce mercredi. L’occasion de parler des...

À Mayotte, le retour des soirées signe celui du sexisme ordinaire

On dit souvent de Mayotte qu’elle est une société matriarcale. Pourtant, tout comme en métropole, si ce n’est plus, le sexisme est ici aussi...

Balades artistiques et patrimoniales à Mamoudzou

Le projet “Nouveau regard sur ma ville 2021” mis en œuvre par la communauté d'agglomération de Dembéni-Mamoudzou (Cadema) a pour objectif de faire découvrir...

Ces mahorais qui quittent l’île aux parfums pour se construire une carrière

Asma* vit à Paris. Originaire de Mamoudzou, la Mahoraise de 28 ans affirme aujourd’hui ne pas regretter un instant avoir quitté le 101ème département...

Au conseil départemental, “l’opposition constructive” ne lâchera rien

Toujours privés d’hémicycle, les nouveaux élus du conseil départemental étaient réunis ce lundi 19 juillet dans l’Hôtel de ville de Mamoudzou pour une assemblée...