Naïma Madi Mahaladi représentera l'île à Miss France

Naïma Madi Mahaladi représentera l'île à Miss France

C'est à l'issue d'une belle petite cérémonie à l'échelle de Mayotte que Naïma Madi Mahaladi, 19 ans, a été désignée comme la reine de beauté 2016 de l'île au lagon. Melissa Keisler (Première Dauphine) et Myriam Cassim (Deuxième Dauphine) complètent le podium.

La lauréate s'est dite heureuse et émue à la sortie de l'événement: "je ne pensais pas qu'une fille d'un petit village puisse obtenir la couronne, je suis fière aujourd'hui de représenter la femme mahoraise". Et la jeune femme ne cache pas ses ambitions : "J'espère pouvoir être dans le top 5 au concours Miss France".

Les premières réactions ne se sont pas fait attendre, notamment sur les réseaux sociaux. Malgré les nombreux messages de félicitations, quelques commentaires désobligeants d'internautes mal intentionnés notamment sur l'apparence de notre nouvelle miss comme l'année dernière et comme souvent dans ce genre d'événement, ont fait leur apparition sur la toile. Durant la cérémonie plusieurs interludes ont entrecoupé les des défilés des candidates dans diverses tenues (plage, soirée, traditionnelles). Musique, danse, défilés de mode, diverses étaient les animations proposées par l'organisation de l'événement.

Mais une question a animé le débat autour de la cérémonie à savoir la capacité d'accueil du cinéma pour un tel événement. 260 places, l'espace disponible dans cette salle est limité et cela s'est ressenti dans la difficulté pour trouver des billets.

Au total, ce sont 80 invitations pour deux personnes (soit 160 places) qui ont été données au Conseil départemental en échange des subventions attribuées sans compter les invitations pour les partenaires. Par conséquent le nombre de places à vendre était restreint.

Mais la vraie question n'est pas là, mais plutôt de savoir pourquoi Mayotte n'a toujours pas une salle omnisport de type zénith qui pourrait accueillir beaucoup plus de public (quelques milliers de personnes) ce qui permettrait de proposer des tarifs dégressifs selon la proximité avec la scène. Ainsi le grand public pourrait lui aussi profiter de l'événement.

En attendant, la question reste posée. L'organisation de l'événement dans un grand espace couvert et fermé comme le gymnase de Pamandzi ou de Cavani pourrait fournir une alternative. La piste de réflexion est lancée, reste à savoir si elle serait réellement engagée…

GD

Abonnement Mayotte Hebdo