test

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

La sécurité autour des installations sportives en question

À lire également

Les communes mahoraises ouvriront-elles les écoles le 18 mai ?

Au niveau national, les enfants reprennent officiellement le chemin de l’école à partir d’aujourd’hui. Chez nous, la rentrée a été repoussée au 18 mai, date potentielle du déconfinement. Les plus petits seront les premiers à ouvrir le bal si leurs parents acceptent de les envoyer puisque la décision définitive leur revient. Mais l’ouverture des établissements scolaires ne dépend uniquement que du bon vouloir des maires. Pour le moment, une très grande majorité d’entre eux affirme ne pas être capable de recevoir les élèves, principalement par manque de moyens. Votre commune sera-t-elle prête à ouvrir les écoles dans une semaine ? Réponses des 17 maires. 

Transport scolaire à Mayotte : « Si le département ne bouge pas, il n’y aura pas de bus pour la rentrée scolaire »

Les chauffeurs de la société Matis ont déposé un préavis de grève pour le 18 août, après que le conseil départemental a modifié une clause de l'appel d'offre de marché public du transport scolaire. Dans le dernier texte en date, l'entreprise qui remportera la délégation ne sera plus obligée de reprendre les employés du délégataire sortant. 80 emplois pourraient ainsi être menacés, à l'instar des droits des employés, acquis pour certains depuis 2010.

Les néo-contractuels font leur rentrée

Au programme pour la première journée, une conférence sur "l’éducation prioritaire et le contexte plurilinguisme", des interventions de professionnels de l'Éducation nationale et des ateliers destinés aux enseignants débutants. Au cours de la deuxième journée, était proposée une conférence intitulée "Connaître le système éducatif et ses attentes, ce que l’Éducation nationale attend des élèves du 21ème siècle, les gestes professionnels et la posture de l’enseignant".

Mayotte : Erasmus +, 6 mois pour changer de vie

Pour la première fois, des Mahorais ont pu bénéficier du programme Erasmus + en partant directement de Mayotte. Entre 2018 et 2020, 22 stagiaires sont partis par petits groupes en Angleterre et à Malte pour une durée de 6 mois. Les derniers sont rentrés il y a quelques jours, les yeux remplis d’étoiles. 

Le manque de sécurité dont souffre l’île est un réel problème qui date déjà de plusieurs années. Le syndicat des professeurs d’EPS de Mayotte a prévu d’aborder les points fondamentaux de cette question afin de connaître les mesures qui vont être prises pour améliorer les conditions dans lesquelles ils pratiquent leur profession. Il s’agit d’une part d’assurer la sécurité des enseignants d’EPS et d’autre part celle des élèves se rendant sur les sites sportifs extra-muros. Des efforts considérables restent à faire pour améliorer les structures et les installations sportives afin que les élèves puissent pratiquer leurs activités sans danger. Or le matériel des sites sportifs intramuros n’est pas toujours aux normes, ce qui peut provoquer des incidents. À savoir « un revêtement qui se délite, un gravier trop dur qui cause souvent des éraflures, saignements aux élèves qui tombent, les buts de football et handball, ainsi que les paniers de basket sont rarement solidement fixés», nous explique l’un d’entre eux qui a souhaité garder l’anonymat. C’est donc aux enseignants de vérifier si les buts sont aux normes car bien souvent les communes en charge de l’entretien de ces installations sportives ne le font pas aux dires des enseignants en question.

Des professeurs et des élèves exposés aux dangers extérieurs

Faute de budget suffisant qui permettrait de louer des bus pour assurer leur sécurité sur le trajet pour se rendre sur les sites sportifs se trouvant à l’extérieur des établissements scolaires, ils y vont à pied. Là encore, on constate un véritable manque de sécurité car les enseignants et leurs élèves sont vivement exposés à la menace extérieure et n’ont pas de lieux de replis sur ces sites en cas de problème majeur. Ils sont littéralement livrés à eux-mêmes et doivent parfois emprunter les routes où les voitures circulent à vive allure faute de trottoirs. À Tsimkoura, certains professeurs ont déjà demandé la mise en place de barrières car les voitures roulent à plus de 70 km/h, un accident peut survenir à n’importe quel moment. Lorsque des minibus sont alloués, « il y a 2 minibus pour une classe et l’enseignant ne peut avoir de surveillance sur les deux bus », s’indigne notre témoin. Une fois à l’extérieur, ils doivent en plus négocier avec les jeunes déjà présents sur les plateaux pour pouvoir faire cours. Les professeurs submergés se retrouvent à gérer une classe de 30 élèves et des bandes de jeunes étrangères à leurs établissements. Or, le risque d’agression sur élèves ou professeurs est réel. « Des agressions d’intrus sur les professeurs existent malheureusement », s’indignent-ils. Un professeur syndiqué nous précise qu’il « est difficile de faire fermer les plateaux pour être plus en sécurité car cela dépend du propriétaire, si c’est la mairie ou le Vice Rectorat ». Les professeurs peuvent parfois compter sur l’intervention de la police municipale qui effectue des rondes à certaines heures dans les zones dites sensibles, ou encore sur un médiateur qui les accompagne, ce dernier cas reste plus rare. Frédéric Muller, secrétaire académique du SNEPFSU Mayotte, et co-secrétaire FSU Mayotte, précise qu’il faut parfois « attendre 50 minutes pour que la police municipale, à qui les professeurs communiquent leurs emplois du temps, intervienne ».

Quelles améliorations ?

Quelques petits changements ont tout de même été observés, grâce notamment à la Cellule de Construction de Mayotte, les installations sur certains sites sportifs ont été améliorées. Frédéric Muller relève un point positif « des installations sportives aux normes sont prévues à l’intérieur des nouveaux établissements ». Le fait que les élèves puissent être à l’ombre pendant la pratique de leurs activités sportives est aussi l’une de leurs principales préoccupations afin d’éviter des malaises dus à la déshydratation. Le secrétaire du SNEP -FSU indique que ces deux points sont abordés depuis deux ans avec la Vice-Rectrice, le syndicat réclame « la construction de carbets et de points d’eau qui permettraient aux élèves de se désaltérer ». En plus de cela, il demande la maintenance des installations intra-muros, l’entretien et le gardiennage des installations sportives extra-muros.

Saoudat Mohamed

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1093

Le journal des jeunes

À la Une

Un jeune homme de 22 ans tué à Bonovo ce samedi

Un jeune homme, âgé de 22 ans, a été retrouvé mort avec une large plaie à l’arrière du cou, dans la soirée de samedi,...

Elections législatives : douze candidats à l’assaut des deux circonscriptions mahoraises

La liste des candidats mahorais pour les élections législatives des 30 juin et 7 juillet est désormais connue. Quatre seulement se présentent dans la...

Théophane « Guito » Narayanin ne sera pas candidat aux élections législatives

Battu par Estelle Youssouffa en 2022, au second tour des élections législatives, Théophane « Guito » Narayanin a indiqué par un communiqué, ce vendredi,...

Le Rassemblement national sera défendu par Anchya Bamana

Anchya Bamana est investie officiellement candidate Rassemblement national pour les élections législatives du 30 juin et 7 juillet dans la deuxième circonscription de Mayotte....

Élection au Medef : L’assemblée générale de ce vendredi ajournée par la justice

Saisi par Nizar Assani Hanaffi via un référé, le tribunal judiciaire de Mamoudzou annule ce jeudi les décisions prises par le conseil d’administration du...