asd

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Trois années de prison pour avoir donné des coups de machette

À lire également

Justice à Mayotte : “On va tout faire pour que l’histoire de Stam soit la dernière de ce genre”

On l’appelait Stam. Et l’actualité que connaissent les États-Unis comme la métropole quant aux violences policières faites aux noirs ne peut que faire écho à son histoire. Celle d’un jeune père de famille de Mayotte, tué par balle de la main d’un policier le 23 février à Kawéni. 

Relation sexuelle à 14 ans : une mineure de plus victime des failles de la justice mahoraise

Une simple affaire d’atteinte sexuelle sur une mineure de moins de quinze ans a fini par prendre de l’ampleur au tribunal correctionnel mercredi dernier. Rappelant que le débat sur le consentement, en particulier des mineurs, est toujours cruellement d’actualité, deux ans après l'adoption de la loi sur les violences sexistes et sexuelles. 

Protection animale à Mayotte : « Quand on s’en prend comme ça à des chiens, c’est qu’on n’a plus de limites »

La thématique de la délinquance a mis en lumière, ces dernières semaines, le rapport de jeunes bandes avec les chiens. Torturé par sadisme, utilisé comme arme et objet de rivalités, le « meilleur ami de l’homme » a la vie dure sur le territoire où associations et forces de l’ordre tente tant bien que mal d’endiguer le phénomène.

Rapt de Petite-Terre : après l’appel devant la chambre de l’instruction, case prison et « tournure politique »

Rendue ce jeudi en appel devant la chambre d’instruction de La Réunion, la décision de placer les quatre hommes mis en cause dans l’affaire du rapt de Petite-Terre n’est pas sans soulever de questions selon leur avocat. Me Nadjim Ahamada dénonce notamment une violation des droits de la défense et une motivation politique à l’endroit des divers collectifs contre l’insécurité qui affichent un soutien farouche à ses clients.

Andlé Msaidie, 19 ans, a écopé ce mercredi de trois années de prison, dont deux ans avec sursis, pour avoir asséné des coups de machette à un homme qui lui demandait de quitter son terrain à DzaoudziLabattoir. Caillassés lors de leur intervention, sept gendarmes se sont constitués partie civile.

Le dossier qui a occupé trois heures durant les juges de la séance des comparutions immédiates au tribunal correctionnel de Mamoudzou, ce mercredi, comportait « une affaire criminelle qui a été correctionnalisée ». Constat cinglant émis par le substitut du procureur à l’audience, Paul-François Thibault. Il faut remonter au samedi 13 janvier pour visionner dans le judas de la justice la ribambelle de faits reprochés à Andlé « Arrache » Msaidie, 19 ans. Et sa brusque immission dans le week-end des huit personnes qui se sont constituées partie civile à l’audience, dont le commandant de la gendarmerie de Mayotte, Lucien Barth. Flash-back : samedi dernier, en fin de matinée, un homme, propriétaire d’une parcelle en Petite-Terre, se rend sur son terrain afin de vérifier que ce dernier n’est pas occupé illégalement. Il aperçoit un couple, puis tout s’accélère quand il demande au duo de décamper. Un premier jeune homme débarque et scande : « Je vais te tuer ». Un second lui assène un coup de machette dans le dos, puis au visage. L’homme parvient à prendre la fuite, avant d’être ciblé par des jets de cailloux. S’ensuit l’affrontement avec les forces de l’ordre. Alertés vers 9h, les gendarmes sont accueillis sur place par une barricade. Ils reçoivent alors des pierres, puis des barres de fer. Entre-temps, les deux agresseurs ont été rejoints par d’autres individus cagoulés.

Cinq ans de prison requis

Identifiés sur une planche photographique par le propriétaire terrien, Andlé Msaidie et le mineur qui l’accompagnait le jour des faits seront interpellés le lundi 15 janvier. Le premier venait de prendre son poste de stagiaire dans un garage de Petite-Terre lorsqu’il a été placé en garde à vue. Après un examen à la médecine légale, l’homme victime des coups de machette s’est vu prescrire huit jours d’ITT (interruption temporaire de travail). Lui et sept gendarmes qui sont intervenus se sont constitués partie civile pour l’audience. A la barre, Andlé Msaidie confirme son appartenance à la bande « Gotham ». Un temps addict aux stupéfiants, il affirme avoir tout arrêté en 2022. Face à l’accusation, il n’a « cessé de se défausser », voguant de dénégation en dénégation, et s’inscrivant en faux au sujet d’un témoignage à charge de sa copine. Un jeune individu qui est d’une « dangerosité étayée », selon le substitut du procureur, qui a requis cinq années de prison dont quatre fermes.

Après délibéré, le sort d’Andlé Msaidie a été scellé sur les coups de 16h. Le tribunal le condamne à une peine moins importante, trois années de prison dont une assortie d’un sursis probatoire de deux ans.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1097

Le journal des jeunes

À la Une

A Mlezi Maoré : « On a pu amortir les perturbations »

L’année 2023 a été compliquée chez Mlezi Maoré. Faute de financements, l’association qui œuvre dans le social et la santé a dû procéder à...

« Un contrôle interne insuffisant » de l’association Mlezi Maoré

La Chambre régionale des comptes a rendu public vendredi 12 juillet son rapport d’observations sur l’association Mlezi Maoré. Il souligne notamment un « contrôle interne...

Salime M’déré « a tout perdu »

Suite à l’arrêté du préfet de Mayotte du 25 juin dernier, portant démission d’office Salime M’déré a perdu son poste de premier vice-président du...

Fin de la grève à La Poste après trois semaines de mobilisation

Depuis le 26 juin, des salariés de La Poste s’étaient mis en grève. Ils demandaient une prime contre la vie chère et les paiements...

« Vous êtes la fierté de votre village, de votre quartier, de votre ville »

Près de 30 bacheliers de Mamoudzou ont été distingués par la mairie vendredi 12 juillet. Une cérémonie était organisée pour les titulaires des mentions...