L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Procès des coupeurs de route : des premières réponses six ans après

À lire également

Justice à Mayotte : “On va tout faire pour que l’histoire de Stam soit la dernière de ce genre”

On l’appelait Stam. Et l’actualité que connaissent les États-Unis comme la métropole quant aux violences policières faites aux noirs ne peut que faire écho à son histoire. Celle d’un jeune père de famille de Mayotte, tué par balle de la main d’un policier le 23 février à Kawéni. 

Relation sexuelle à 14 ans : une mineure de plus victime des failles de la justice mahoraise

Une simple affaire d’atteinte sexuelle sur une mineure de moins de quinze ans a fini par prendre de l’ampleur au tribunal correctionnel mercredi dernier. Rappelant que le débat sur le consentement, en particulier des mineurs, est toujours cruellement d’actualité, deux ans après l'adoption de la loi sur les violences sexistes et sexuelles. 

Protection animale à Mayotte : « Quand on s’en prend comme ça à des chiens, c’est qu’on n’a plus de limites »

La thématique de la délinquance a mis en lumière, ces dernières semaines, le rapport de jeunes bandes avec les chiens. Torturé par sadisme, utilisé comme arme et objet de rivalités, le « meilleur ami de l’homme » a la vie dure sur le territoire où associations et forces de l’ordre tente tant bien que mal d’endiguer le phénomène.

Rapt de Petite-Terre : après l’appel devant la chambre de l’instruction, case prison et « tournure politique »

Rendue ce jeudi en appel devant la chambre d’instruction de La Réunion, la décision de placer les quatre hommes mis en cause dans l’affaire du rapt de Petite-Terre n’est pas sans soulever de questions selon leur avocat. Me Nadjim Ahamada dénonce notamment une violation des droits de la défense et une motivation politique à l’endroit des divers collectifs contre l’insécurité qui affichent un soutien farouche à ses clients.

Six des neuf accusés comparaissent jusqu’à mardi devant la cour d’assises des mineurs, au tribunal de Mamoudzou. Il leur est reproché d’avoir monté des barrages, volé et agressé des automobilistes à Ongojou, le 8 juin 2016, et à Ironi Bé, le 16 juin 2016. Dès le premier jour, ce mercredi, les juges ont essayé de déterminer un organigramme du groupe.

Les témoins, qu’ils soient à la barre ou en visioconférence, ont un souvenir très précis du matin du 8 juin 2016. Le temps et l’envie de passer à autre chose n’effacent en rien leur mémoire respective, ce qui leur permet de facilement raconter leur déconvenue avec les neuf accusés âgés de 22 à 29 ans, dont six comparaissent ce mercredi. Répartis sur les bancs du tribunal, ces derniers écoutent sans se regarder. D’origine comorienne, ils sont jugés à la fois pour le barrage du matin du 8 juin 2016 à Ongojou, et celui une semaine plus tard à Ironi Bé. Un procédé similaire, détaille l’adjudant de gendarmerie à la tête de la commission rogatoire créée en août de la même année. Sur place la veille, les coupeurs de route se cachent dans la végétation pour dormir. Tôt le matin, ils découpent et placent les troncs d’arbres et les branches à la sortie d’un virage en profitant de l’obscurité. Ainsi, cagoulés et armés de couteaux, battes de baseball, de chombos et même d’un fusil et d’un pistolet, ils interceptent tous les travailleurs matinaux. Ils les sortent des véhicules, les dépouillent, parfois brûlent leurs véhicules et disparaissent avant l’arrivée des gendarmes.

proces-coupeurs-route-premieres-reponses-six-ans-apres
Ils passent devant la cour d’assises des mineurs puisque deux des coupeurs de route l’étaient au moment des
faits.

“Les victimes sont traumatisées, apeurées. Elles ne comprennent pas ce qui vient de leur arriver”, poursuit le gendarme, en visioconférence depuis Lorient (Morbihan). Dans l’après-midi, un témoin, aujourd’hui en métropole, confirme son calvaire. “J’avais tellement peur que ce sont eux qui ont pris mon portefeuille et mes deux cartes bancaires. C’est là qu’ils ont idée que je leur donne mes codes”, raconte ce surveillant de prison. “Ils m’ont attaché les mains avec les lacets de mes chaussures de sécurité et m’ont emmené dans un chemin.” Sous la menace d’une arme, un pistolet ou un fusil, il le ligote également au niveau des pieds. Occupés à aider leurs comparses, ses deux “gardiens” le laissent seul. Ce qui lui permet de se libérer. “Je suis passé à travers la végétation et je suis remonté vers Ongojou. […] À un moment, j’ai dû me cacher, je ne sais pas combien de minutes, je les entendais me chercher. En remontant la route ensuite, j’ai essayé d’arrêter des voitures, mais en me voyant ligoté, elles ont fait demi-tour. Trois hommes sont venus à ma rencontre, et j’ai reconnu un habitant de mon village”, continue-t-il.

Une réponse violente aux décasages et aux expulsions

Outre l’appât du gain, puisque des téléphones et de l’argent ont été volés, les coupeurs de route avancent une autre raison, lors de leurs interrogatoires en 2018 et 2019, pour expliquer leurs attaques. “C’était une réponse à l’expulsion et au décasage de la maison [du chef supposé du groupe]”, expliquent les premiers, avec qui les gendarmes font le rapprochement à partir de 2018 grâce aux empreintes digitales. Sous contrôle judiciaire et donc le seul comparaissant libre, celui que tout le monde désigne comme le meneur est au premier rang de la salle avec sa chemise couleur saumon. Plus âgé, il avait 23 ans au moment des faits et avait été expulsé de Tsoundzou quelques mois avant. Si lui nie toute participation, les autres confirment que la vengeance était l’une de leurs motivations. “Ils ont dit que c’était pour se venger des Mahorais”, confirme l’une des victimes, âgée de 62 ans. Organisé et soudé à l’époque, le groupe semble plus divisé dorénavant. Les accusés se contredisent dans leurs déclarations et même devant les jurés. Pour ces derniers, ils leur restent quatre jours pour démêler tout ça.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte hebdo n°1085

Le journal des jeunes

À la Une

Wuambushu 2 : « un quartier entier de Mamoudzou nettoyé de « ses bangas » »

Après une semaine d’opération « Mayotte place nette », le nouveau nom de Wuambushu 2, Marie Guévenoux a défendu un premier bilan sur la chaîne Sud...

Pêche illégale : Près d’une tonne de poissons saisis au port de M’tsapéré ce lundi

Dans sa lutte contre l’immigration et le travail informel, l’État a décidé d’étendre l’opération Wuambushu 2, ou « Place nette » pour sa dénomination officielle, au...

Fatma : L’événement dédié à l’art mahorais marque un vrai retour

Ce seizième anniversaire du Festival des arts traditionnels de Mayotte (Fatma) est célébré en grande pompe. En relation directe avec la commémoration de l'abolition...

Jugé en récidive, un voleur de téléphone échappe à la prison

Un jeune homme de 19 ans, jugé au tribunal judiciaire de Mamoudzou, ce lundi après-midi, pour des faits de vol commis à Tsararano (Dembéni)...

Comores : Un collectif dénonce les longs délais de délivrance des certificats de mariage

A cause de ces lenteurs, certaines familles franco-comoriennes attendent depuis 2021 la transcription de leurs certificats de mariage. La procédure, qui ne devrait pas...